Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email

Après l’hydrogène vert… voici le gaz vert. Et il n’a rien d’hilarant.

Après l’hydrogène vert, voici le gaz vert !

C’est la nouvelle énergie renouvelable en vogue.

Et elle ne vient pas seule.

Elle est accompagnée de son lot de polémiques, de défenseurs et de contestataires. (1,2,3)

Et si vous n’en avez pas encore entendu parler, cela devrait arriver assez vite près de chez vous à moins que vous habitiez sur l’Île de la Cité à Paris.

Car la France compte aujourd’hui 1200 sites de méthanisation. Mais 800 sont en construction à l’heure actuelle. (1,2)

Et le gouvernement a prévu d’en installer plus de 8000 dans les 5 années à venir. (1,2)

De quoi s’agit-il?

De grandes cuves à déchets organiques

Le gaz vert ou biogaz, c’est essentiellement du méthane obtenu à partir de déchets organiques. (3)

Ces déchets peuvent être des végétaux, des boues de stations d’épuration, des déjections animales, des huiles de fritures usagées, des déchets de l’agroalimentaire ou de la restauration collective, des restes d’animaux d’abattoirs et même parfois du charbon ! (1,2)

Vous ne trouverez probablement pas tous ces déchets sur un seul site.

Chaque site utilise ce qui passe à sa portée.

Les élevages concentrationnaires de vaches utilisent les bouses, des fermes dans le nord et l’est de la betterave et d’autres sites récupèrent les invendus ou les ratés des usines agroalimentaires. (4)

Certains fermiers consacrent une part de leur production agricole pour alimenter leurs méthaniseurs.

Les déchets sont mis à fermenter à 38°C dans de grandes cuves que l’on appelle des digesteurs.

Ils peuvent être chauffés à 70°C pour épurer davantage les résidus que l’on appelle aussi digestat. (2)

Dans les cuves, des bactéries s’activent et produisent du biogaz.

Ce dernier est ensuite épuré pour devenir du biométhane qui est injecté dans le circuit GRDF. (1)

Une partie peut être brûlée pour produire de l’électricité. Elle est alors vendue à EDF.

Campagnes contre villes

Sur le papier, l’idée paraît très bonne.

Mais dans les faits, elle comporte de nombreux défauts, surtout pour ceux qui habitent à côté des méthaniseurs.

Or, les premiers à subir les inconvénients des méthaniseurs habitent généralement à la campagne.

Les gens des villes ne se rendent pas compte de cette situation.

Car lorsqu’un méthaniseur s’installe dans une localité, le prix de l’immobilier s’effondre.

Cela est dû potentiellement aux odeurs, mais aussi au risque de pollution et aux incessants allers/retours de camions si le site est d’importance.

Du carbone pour le méthaniseur…

Pour que la fermentation fonctionne, il faut mettre dans la cuve 20 à 30% de carbone.

Ce carbone on le trouve dans les végétaux. Ce n’est donc pas un problème pour de petits méthaniseurs locaux de ferme. Ces derniers utilisent ce qu’ils ont sur place : paillage, déchets agricoles ou forestiers etc. (1,2)

En revanche, les grands méthaniseurs industriels ont besoin d’apports conséquents.

C’est pour cela que l’on a créé les CIVE : culture intermédiaire à vocation énergétique. (5)

L’objectif de ces cultures est de nourrir les méthaniseurs pour faire le méthane ou des distilleries pour faire du bioéthanol qui servira à faire des biocarburants. Personne, pour l’instant, ne l’appelle pétrole vert !

Dans les méthaniseurs, on met aussi du maïs, du fourrage ou d’autres cultures qui pourraient servir à nourrir les hommes et les bêtes. (2)

La surface utilisée aujourd’hui pour le méthane ou les biocarburants représenterait 3 à 4 départements français.

C’est déjà beaucoup.

Mais si la France arrive à 8000 méthaniseurs, il faudra l’équivalent de 30 départements français pour produire… 10% du gaz français (2)

L’équation globale serait donc plutôt négative.

Et s’il n’y a pas assez de végétaux, il faut mettre du charbon.

Ce gaz est de moins en moins vert…

Produire de l’énergie à partir des déchets organiques, cela semble être le top du recyclage !

Mais dans la pratique, le bénéfice environnemental est plus que contestable.

Des rivières et des sols sont contaminés. Des déchets industriels sont abandonnés dans des champs.

Des analyses des sols ont été faites et ce qu’on a retrouvé fait froid dans le dos : des métaux lourds, un perturbateur endocrinien, des bactéries dangereuses pour la santé humaine …

De plus le développement de cette filière profite surtout aux gros céréaliers, grands consommateurs de pesticides en tous genres

On nous vend une technique pour produire de l’énergie renouvelable et au final nos sols sont pollués. Et l’Etat soutient et finance tout ça…

Dites STOP !

Des résidus qui augmentent l’effet de serre et tuent les abeilles !

À l’issue de la méthanisation, il y a 10% de méthane et 90% de résidus que l’on appelle le digestat.

Il est épandu dans les champs comme engrais.

Mais, il n’est pas dit que ce soit une bonne chose.

En effet, le digestat est à 80% liquide et 20% solide. Il contient de l’azote sous la forme d’ammoniac. (2)

Lorsque l’ammoniac s’évapore, il s’oxyde et devient le protoxyde d’azote, un gaz dont l’effet de serre est 298 fois supérieur à celui du CO2. (2)

Cet effet s’ajoute aux éventuelles fuites de méthane qui peuvent se produire. Entre 1 et 10% du méthane pourrait ainsi s’échapper.

Par ailleurs, les émanations du digestat auraient sur les sols un effet délétère. Elles tueraient les vers de terre et même les abeilles aux alentours.

C’est un produit qui appauvrirait le sol plus qu’il ne l’enrichirait. ((1,2)

S’ajoutent à ce problème un risque de pollution de l’eau, un risque de nuisances olfactives et un risque d’explosion ou d’incendies. (6,7)

Bref, les méthaniseurs sont loin d’être une panacée !

Le site de Corcoué près de Nantes

Le plus grand méthaniseur de France devrait ouvrir ses portes en 2024.

Le projet s’appelle Metha Herbauges.

Il est situé sur la colline de Corcoué sur Logne en Loire-Atlantique. (8)

Le site est gigantesque.

Il compte huit digesteurs. Les autres bâtiments servent de précuves ou de salles de réception des liquides.

J’ai compté plus d’une quarantaine de bâtiments sur le plan du site. (8)

Cette installation géante devrait accueillir tous les ans 500 000 tonnes de déchets organiques :

  • 370 000 tonnes seraient des effluents d’élevages.
  • 130 000 tonnes viendraient des cultures intermédiaires.

Cela fait 1400 tonnes de déchets qui entrent tous les jours, soit 40 à 50 camions de 30 tonnes qui entrent et autant qui sortent pour aller alimenter les fermes alentour en digestat.

Quel trafic !

Que faut-il penser de l’augmentation du nombre de sites de méthanisation ?

Comme toujours en matière d’énergie et d’environnement, il y a des aspects positifs et d’autres qui le sont beaucoup moins.

Il semble que les méthaniseurs familiaux ou de ferme de petite taille ne posent pas de grands problèmes, sauf peut-être de sécurité.

Cette méthode de production du gaz est du reste en train de se développer dans de nombreux pays pauvres où les familles trouvent avec cette technique un moyen facile de valoriser leurs déchets et d’accéder à une source d’énergie peu chère. (9)

Néanmoins, les sites gigantesques demandent une quantité phénoménale de déchets ce qui conduit à des aberrations agricoles comme les fameuses cultures intermédiaires.

Par ailleurs, espérer résoudre tous les problèmes énergétiques de la France grâce aux méthaniseurs paraît illusoire.

En clair, le nucléaire et le pétrole ne sont pas encore prêts d’être détrônés par les méthaniseurs.

Et il est évident qu’un déploiement massif de ces sites n’a de sens que si :

1/ les locaux sont d’accord ;

2/ Le nombre de grands sites reste limité ;

3/ la législation évolue et que les contrôles sur les sites sont intensifiés notamment par rapport au risque de pollution ;

4/ de nouvelles expertises plus précises sont réalisées sur le digestat avant que tout le monde ne se mette à en répandre partout et que cela ne provoque une nouvelle catastrophe écologique !

Bref, vous n’avez pas fini d’entendre parler des méthaniseurs en bien et en moins bien !

 

Solidairement,

Julien

 

P.S. : Cliquez ici pour partager la pétition « STOP – Les méthaniseurs ça pue et ça pollue ! »

P.S.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Produire de l’énergie à partir des déchets organiques, cela semble être le top du recyclage !

Mais dans la pratique, le bénéfice environnemental est plus que contestable.

Des rivières et des sols sont contaminés. Des déchets industriels sont abandonnés dans des champs.

Des analyses des sols ont été faites et ce qu’on a retrouvé fait froid dans le dos : des métaux lourds, un perturbateur endocrinien, des bactéries dangereuses pour la santé humaine …

De plus le développement de cette filière profite surtout aux gros céréaliers, grands consommateurs de pesticides en tous genres

On nous vend une technique pour produire de l’énergie renouvelable et au final nos sols sont pollués. Et l’Etat soutient et finance tout ça…

Dites STOP !

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Références 

  1. https://www.france.tv/france-5/sur-le-front/3308995-biocarburants-biogaz-le-grand-enfumage.html
  2. https://www.youtube.com/watch?v=DjYgx6HWIgA
  3. https://www.grdf.fr/particuliers/choisir-gaz/definitions-biogaz-biomethane
  4. https://www.semencemag.fr/methanisation-biogaz-matieres-vegetales.html
  5. https://agriculture.gouv.fr/quest-ce-quune-culture-intermediaire-vocation-energetique
  6. https://www.rincent-air.fr/post/methanisation-campagne-de-mesure-odeurs
  7. https://agriculture.gouv.fr/risques-lies-aux-installations-de-methanisation
  8. https://www.methaherbauges-corcoue.fr/le-projet-en-detail/
  9. https://www.youtube.com/watch?v=WQxedDMPMOE
S’abonner
Notification pour

32 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Catherine
1 mois il y a

Bonjour
Pour celles et ceux qui seraient intéressés, je signale un reportage sur la methanisation (environ 35 mn à partir de 1 h 11-12 Titre Les déchets) effectué par Cash investigation. Il reste 2 jours pour le voir en replay, 2e chaîne. instructif.

Jean Jacques FAUCHER
1 mois il y a

Bonjour
Comme je le craignais on fait encore l’amalgame entre le petit méthaniseur qui est peut être intéressant ???? et les gros industriels qui sont absolument négatifs……
Salut

JPaul
1 mois il y a

meme les petites unités dite familiale (20t/j) on des problèmes car les contrôles préfecture n’existent. Les contrôles sont au bon vouloir des exploitants.
Seule une pétition de riverains peut faire bouger le Préfet et encore.
Et que dire de la participation financière de l’état dans ces installations qui peut monter jusqu’à 80%!!
certain on sentit la bonne affaire !!

Pâquerette
1 mois il y a

Hélas, pas de solution miracle ! Toujours pile et face. Alors on peut choisir de ne surtout pas bouger au vu des effets négatifs de l’éolien, du solaire, du méthane, etc…. Et on continue à faire plus de la même chose même si on va droit dans le mur comme c’est le cas. Ne faut-il pas se méfier des effets d’échelle ? Petit méthaniseur, tout va bien, méga méthaniseur la catastrophe !! A ce compte, restons le derrière sur nos chaises et attendons la désertification de la planète.
Pensons d’abord à réduire nos déchets, nos dépenses énergétiques, nos modes de consommation accélérée, réduisons le nombre d’enfants par famille (oups, tout le monde sursaute car il ne faut pas parler de surpopulation mondiale), et regardons ce que chacun peut faire pour plus de sobriété, heureuse comme la qualifiait Pierre R. Non je ne signerai pas cette pétition qui reste bloquée sur du refus sans alternative lucide.

Varoquier
1 mois il y a

Comme toujours les bonnes idées se révèlent souvent être de fausses bonnes idées. Les réflexions devraient être faites avant le lancement et non quand on ne peut plus arrêter les idioties. Le problème c’est qu’on ne peut pas empêcher les industriels de s’engouffrer dans les projets qui leur rapporte des énormes subventions pour installer leur usines qui par la suite leur feront de gigantesques bénéfices. Rien à faire de l’environnement et de l’avenir de la planète à moins que ça ne serve d’alibis, alors là ou est le problème?.

1 mois il y a

Attention à bien critiquer ces technologies….je fais partie du mouvement Energie Partagée avec des projets EnR (énergies renouvelables)gérés par des citoyens et il existe une charte sur la méthanisation. Dans certaines conditions, ces projets sont corrects …mais il faut bien veiller aux dimensionnements et type d’intrants prévus ainsi que le génération de gaz à injecter dans le réseau public (versus la création d’électricité qui est aberrante).
Michel

KNOERR
1 mois il y a

Il n’est pas fait mention des grosses quantités de bio déchets issues des foyers en France: entre 60 et 100kg par habitant et par an qui partent actuellement en majorité dans un incinérateur ou en enfouissement. Si une moyenne de 40 à 60 kg/hab/an pouvait alimenter un methanisateur, ce serait une part du mix énergétique. Bien sûr cette quantité doit diminuer en faisant la chasse au gaspillage alimentaire à tous les niveaux

Poirier
1 mois il y a

Alors on ne fait rien? Je ne signerai pas. On ne peut faire une généralité des pires exemples. Et surtout, que proposez-vous ?
Quant à l’accord des riverains…qui souvent font taire les cloches, les grenouilles, les coqs… Il ne faut pas ainsi exacerber la ville contre la campagne.
Enfin, moi je n’aimerais pas vivre à côté d’une centrale nucléaire par exemple…

Verger
1 mois il y a

Il est absolument faux de dire qu’il y a des odeurs autour d’un metaniseur bien géré. L’énergie tout le monde en veut mais il ne faut pas en produire ,quelle impasse ?

Stéphan Malecki
1 mois il y a

Je suis d’accord avec l’ensemble des derniers commentaires laissés sur votre pétition.
Pour toutes les nouvelles solutions alternatives de production d’énergie qui sont mises en place,éolien, bio gaz, solaire, pour les nouvelles mobilités électriques , hydrogène, on arrête pas de critiquer et de demander leur abandon.
C’est sûr il y a, pour l’instant des inconvénients.Mais cadrons et laissons les process technologiques s’améliorer et se mettre en place. Sinon on fait quoi ? On continue avec les enérgies fossiles,vous voulez qu’on parle des destructions et pollutions que représentent l’exploration et l’extraction de ces énérgies à l’échelle planétaire ? Je ne parle même pas des pollutions dues à l’usage et de la dépendance dont on est victime par rapport aux pays producteurs, sans compter que la ressource va bientôt arriver à sa fin, déclenchant même des conflits armés.Comme pour les autres ressources planétaires d’ailleurs, eau, minerais, bois, sable pour la construction, phosphore pour les engrais, terres arables………
On continue à produire du CO2 et autres gaz à effet de serre en masse entrainant toujours une aggravation durable du changement climatique que l’on connait aujourd’hui avec les conséquences catastrophiques que l’on constate déjà. Au moment où je vous parle 30 des 56 réacteurs nucléaires français sont à l’arrêt par manque d’eau pour les refroidir. Et oui des centrales nucléaires qui produisent 80% de l’électricité que l’on consomme.
L’avantage de votre pétition est qu’elle démontre la difficulté à produire une énergie que l’on consomme en beaucoup trop grande quantité et qu’il est urgent de moins consommer tout en trouvant des alternatives à sa fabrication. Sachant que pour l’instant les énergies dites vertes ou renouvelables représentent pinuts sur ce que l’on consomme en énergie, quelques petits % .

Catherine BASSETT
1 mois il y a

Je ne suis pas totalement contre, surtout pour les petits mais c’est toujours la même chose : on tombe toujours dans les excès ! J’ai l’impression que nos gouvernements ne savent pas se maîtriser, à chaque nouveauté c’est du « Aller on fonce », comme le tout électrique. Il y a un méthaniseur en construction pas très loin de chez moi. Il se construit dans un coin de campagne où la route est très étroite, belle petite route de campagne, on ne peux pas se croiser à deux voitures, et on nous a annoncé que lorsque l’usine marchera à plein se sera 70 camions par jours !! (35 aller-retour). Rien que ça où est l’écologie ! Et la route ? vont-ils la laisser telle quelle ? Il y a des habitations très proches, difficile à élargir sur toute la longueur. Je plains les pauvres gens qui y habitent…j’ai beaucoup de doutes. Et je rejoins madame Françoise Plain, c’est exactement ce qu’on nous a dit…De toutes façons nous n’arriverons jamais à ne pas polluer, Je pense qu’il faut de la diversité. Alors oui, je signe !

Costarramone
1 mois il y a

Le sujet de la méthanisation est bien plus complexe que ce qu’en fait cet article. Une fois de plus le nimby( c’est bien mais pas devant chez moi) prend le pas sur l’intérêt collectif. je me pose la question de l’évolution du prix de l’immobilier a coté des puits de pétrole ou de gaz dans le monde…et pourtant on continue, moi y compris, de consommer de l’énergie a tout va. Les efforts à faire sont sans commune mesure avec les efforts déjà faits. la méthanisation est une des, petites, clés vers une certaine hypothétique indépendance énergétique. Je ne souhaite donc pas signer une pétition aussi mal ficelée.

JiPen
1 mois il y a

Le plus important me semble-t-il dans la transition énergétique, c’est de cesser de penser « gigantesque », et de produire au plus près de l’usage.

PLAIN Françoise
1 mois il y a

Des hectares et des hectares de maïs pour un méthanisateur qu’on nous a présenté comme n’utilisant que le fumier des vaches. Arbres et haies arrachés pour toujours plus de place pour le maïs à perte de vue. Ici, on tue toute biodiversité en parlant d’énergie verte…

KNOERR
1 mois il y a
Répondre à  PLAIN Françoise

pourriez vous m’indiquer où le maïs à perte de vue sert à alimenter un methaniseur car en France il est interdit d’y mettre plus de 15% et qu’il est bien plus rentable remédiantes de vendre son maïs pour d’autres utilisations que de le transformer en méthane! Et que ces 15% de culture dédiée ( maïs ou autre ) ne sont dans 99% des cas jamais atteint (plutôt 3 à 5% pour permettre de réguler le processus de methanisation. Quant aux cultures intermédiaires cela permet de ne pas laisser le sol à nu ce qui est une bonne chose. Les digestifs peuvent aussi être composés et cela devient un produit qui permet de remettre du carbone dans les terres agricoles appauvries.

Fanfan
1 mois il y a
Répondre à  KNOERR

Le digestat est très polluant, en majorité liquide, s’infiltre dans les craquelures du couvert végétal et atteint la nappe phréatique. Ce digestat tue les vers de terre. Autrefois il y en avait 2 tonnes/ha et aujourd’hui 200 kg !! Voulez-vous aggraver la situation ? Une émission a été diffusée sur TVLIBERTES, en janvier/février 2022, au cours de laquelle, une personne est venue expliquer toutes les nuisances de cette aberrante production de méthane. Nous avons le nucléaire, énergie complètement décarbonée. Ils étudient en ce moment la possibilité de la réutilisation des déchets nucléaires pour produire de l’énergie. Solution beaucoup plus rentable.
Attention aux projets de méthaniseurs montés en catimini, faisant l’objet d’omerta pour l’imposer aux populations !!

JailsP
1 mois il y a

Je ne suis pas en phase avec cette pétition.
L’humanité à besoin de la méthanisation.
Il faut cependant mettre en place des gardes fou pour stopper les dérivés et en faire une source d’energie, fiable, propre et bénéfique.

Pénicaud Patrick
1 mois il y a

Et donc?
Le nucléaire ? Le charbon ? Le pétrole ?
Les éoliennes ?
Tout ça pollue et produit des GES.
Le solaire ?
Peut-être. Reste la question du stockage, de la productivité, des batteries, des terres rares, etc.
Donc, que proposez-vous ?
Être contre ce qui est pour et pour ce qui est contre ne fait pas avancer le schmilblick, c’est fatiguant. Vraiment.

Une solution pourrait peut-être être dans la création d’unités familiales, locales, décentrées, a-centrées, sans dangers et déjà éprouvées de longue date.
Que ce soit pour la production de gaz dit vert, et de picohydraulique, petits systèmes éoliens, tous en circuit de proximité immédiate.
Et de savoir comment réduire ses besoins électriques, énergétiques, sans que cela coûte, au contraire.
Mais les solutions innovantes low tech efficaces individuelles non lucratives pour certains dans une économie centralisée captatrice n’est pas à l’ordre du jour. Et pourtant…

Hadrien BENOIT
1 mois il y a

Bien que juste sur certains points, cet article est incomplet et erroné sur d’autres. Si vous le souhaitez, je serais heureux d’échanger pour vous faire part de mes commentaires.

Marc VOLLMER
1 mois il y a

Les cultures intermédiaires servent de piège à nitrates ,donc elles sont doublement bénéfiques pour l’environnement ; de plus il ne faut pas oublier de préciser que ce ne sont pas des cultures de production alimentaire
Enfin l’incorporation de cultures alimentaire ( maïs ……) dans les methaniseurs est limitée a 15 % du volume total

Fanfan
1 mois il y a
Répondre à  Marc VOLLMER

Utiliser de la terre agricole pour produire des céréales à mettre dans le méthaniseur au lieu de l’utiliser à la production humaine, une véritable aberration ! Nous ne sommes pas autosuffisant on a besoin de nos terres cultivables !! Quand un agriculteur a de la mauvaise terre, peu rentable à cultiver, c’est une solution pour lui de gagner de l’argent en cultivant une céréale à mettre dans le methaniseur collectif. Dans le 28, 47 agriculteurs se sont regroupés.

laetitia Legrain
1 mois il y a

Très facile de cracher sur la méthanisation qui est un gaz naturel que l’on peut réutiliser pour réinjecter dans le système de chauffage.ca pue beaucoup moins que les gaz d’échappement. Faut cesser de parler de sujet que vous ne maitrisez pas, surtout à l’heure ou le prix du gaz étranger qui nous étouffe !!!.trouvez des solutions plutôt que de cracher dans la soupe, bien joué je me désabonne!!!

Trini
1 mois il y a

Bonjour, quelle serait la bonne solution ? Si ce système de methanisation n’est pas protecteur de notre planète, vers quelle bonne énergie se diriger? Je suis d’accord d’émettre des critiques mais il faut proposer une alternative. Merci

Gil
1 mois il y a
Répondre à  Trini

Il,y a un certain nombre d’années les Français ( je ne parle que de ce que je connais ;je ne sais pas pour les autres pays ) produisaient un peu moins de 200 kgs de déchets par habitants et par an . Nous sommes à plus de 460 kgs habitants/an maintenant malgré les efforts de tri entrepris un peu partout . Notre mode de vie , poussé par des industriels avides d’argent , est consommation , consommation , consommation . Le bon sens voudrait qu’on réduise drastiquement notre furieuse tendance au gaspillage en tous genres . Le jour du dépassement de toutes les ressouces annuelles de la planète et maintenant arrivé à fin juillet . Il était en octobre il n’y a pas si longtemps . Dans l’indifférence générale . Les méthaniseurs rapportent de l’argent , beaucoup d’argent ( public les trois quart du temps…!)
On n’est pas près de les voire disparaître

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

32
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x