Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email

Au sud, c’étaient les coraux…

Où se trouvent les coraux ?

Quelque part dans les mers chaudes au large de l’Australie, c’est vrai.

Et aussi dans de nombreuses imaginations.

Les amoureux de la nature et des océans sont nécessairement attirés par la beauté de ces écosystèmes si particuliers.

Ils sont foisonnants, colorés, gais, vivants. On voit du bleu, du rouge, de l’orange, du violet et d’autres couleurs.

Leurs formes sont variées.

Ils tapissent le fond des mers tropicales qu’ils habillent élégamment.

 

Des bâtisseurs de récifs

Les coraux sont des animaux. (1)

Ils appartiennent à la famille des cnidaires qui est celle des méduses, des gorgones et des anémones de mer. (2)

Ils se fixent sur des rochers et développent un exosquelette dur (qui forment les récifs) ou mou.

Ils attrapent leurs proies grâce à un orifice muni de tentacules. Ils se nourrissent ainsi de micro-organismes et de déchets végétaux. (1)

Ils forment des colonies géantes que l’on appelle des récifs ou des barrières. Ils vivent en symbiose avec de nombreux végétaux unicellulaires et des bactéries.

Cet ensemble constitue un écosystème riche qui sert de terrain de chasse, de refuge ou de lieu de reproduction à de très nombreuses espèces marines. (2)

Les coraux sont un des trésors les plus étonnants et les plus précieux de la planète.

 

La grande barrière de corail

Le récif le plus connu et le plus étendu est situé au nord-est de l’Australie. On l’appelle la grande barrière de corail.

On la verrait depuis l’espace.

Elle a été inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 1981.

Elle est longue de 2600 km et couvre un territoire de 350 000 km2, soit plus de la moitié de la France. (3)

Elle est constituée de plusieurs colonies de coraux.

Ils se répartissent sur 2000 îles et 3000 récifs !

Cet ensemble compte 400 espèces de coraux, 1500 espèces de poissons et 4000 espèces de mollusques. (3)

S’y promènent aussi parfois la grande tortue verte qui peut peser plus de 200 kg et le discret dugong, un grand herbivore marin de 450 kg. (4,5)

Aujourd’hui 35% de la zone où se situe la grande barrière de corail se trouve protégée.

C’est le plus grand parc naturel marin du monde.

 

Pirates des Caraïbes

Il existe d’autres grands récifs coralliens, notamment au Belize, au large du Mexique, dans la mer des Caraïbes.

Il compte 70 espèces de coraux durs, 30 de coraux mous. Il compte aussi plus de 500 espèces de poissons et abrite des lamantins et des tortues. Il a été inscrit au patrimoine de l’Unesco en 1996.

C’est un récif très menacé par la pollution et le tourisme de masse.

Un peu plus loin, au sud de la Floride, le parc national de Dry Tortugas. On est déjà dans l’océan Atlantique à l’est du golfe du Mexique. (7)

Le récif est long de 322 km et large de 6 km environ.

Il protège 1400 espèces de plantes et d’animaux marins et 500 espèces de poissons.

40 espèces de coraux y ont installé leurs colonies.

 

Terres de France et mer de corail

La France d’outre-mer est aussi un extraordinaire réservoir de coraux.

Le grand récif de Nouvelle-Calédonie est le deuxième plus grand ensemble corallien du monde.

Il s’étend sur 1600 km et a été construit par 419 espèces de coraux qui hébergent 11 000 espèces d’animaux et de végétaux marins.

D’autres coraux se trouvent au large des territoires d’outre-mer notamment aux Antilles en Guadeloupe et en Martinique, mais aussi dans l’océan indien à Mayotte ou la Réunion et enfin dans le Pacifique en Polynésie française et à Wallis et Futuna.

En tout, la France d’outre-mer concentre 10% des coraux dans le monde, ce qui en fait le 4ème pays avec le plus de coraux au monde.

L’ensemble des coraux français s’étend sur 58 000 km2.

Mais ce trésor est menacé.

D’après un bilan récent de l’IFRECOR, une administration qui s’occupe de la défense des récifs coralliens, 70% des coraux du Pacifique seraient en bon état. En revanche, dans les Antilles et l’océan indien où les territoires sont plus peuplés 62% des récifs seraient dégradés. (8)

Ce projet vous intéresse et vous souhaitez à votre tour vous impliquer dans la préservation des récifs coralliens ?

Rendez-vous sur le site de Coral Guardian et découvrez comment adopter un corail, pour vous ou l’un de vos proches et agissez en faveur de la biodiversité marine !

Ailleurs dans le monde…

Les coraux ne représentent que 0,1% de la surface des océans.

Mais ils sont répartis à différents endroits.

Outre ceux que je vous ai cités, vous en trouverez aussi au large des Philippines et de l’Indonésie.

L’un des plus anciens est peut-être celui de la baie de Kimbe en Papouasie Nouvelle-Guinée.

On y trouve 60% de la biodiversité des espèces de coraux !

On trouve aussi des coraux dans les mers froides. Au large du Portugal, du Royaume-Uni et de la Scandinavie se trouvent également des récifs coralliens protégeant de nombreux poissons.

 

Des écosystèmes en péril

Malheureusement, partout dans le monde les coraux sont menacés.

Ces systèmes sont magnifiques mais fragiles.

Ils subissent la surpêche, la surexploitation des ressources, le tourisme de masse, l’absence de traitement des déchets, les terrassements, les défrichements et de nombreuses autres activités humaines.

L’augmentation de la température pourrait aussi leur être fatale.

20% des coraux auraient déjà disparu !

Et sur les 80% restants, seuls 30% seraient dans un état satisfaisant.

Face à cette situation, tous les pays disposant de récifs coralliens ont mis en place des plans de sauvegarde.

La France s’est récemment dotée d’un plan pour tenter de sauvegarder ce trésor planétaire.

67% des récifs coralliens de l’outre-mer français sont placés dans une zone protégée. La navigation de plaisance est réduite dans ces zones et le dragage y est interdit.

De même, les autorités tentent de limiter la pollution chimique venant des zones habitées voisines et de favoriser la restauration d’écosystèmes tampons. (9)

De leur côté, certains chercheurs tentent de recréer des coraux et certains rêvent de fonder un conservatoire mondial des coraux. (10)

 

Et vous, que pouvez-vous faire pour sauver les coraux ?

Voici quelques idées pour éviter de participer à ce jeu de massacre, même si je suis certain que vous êtes déjà adeptes de ces bonnes pratiques (10) :

  1. Ne jetez pas de détritus dans la nature ;
  2. Ne jetez pas de ballons de baudruche ;
  3. Limitez dans la mesure du possible votre utilisation du plastique et utilisez les circuits de recyclage ;
  4. N’utilisez pas ou peu de crème solaire chimique lorsque vous allez au bord de la mer : couvrez-vous, utilisez des produits naturels et surtout évitez d’aller dans l’eau le corps badigeonné de crème chimique !
  5. Si vous naviguez, ne jetez pas votre ancre sur les coraux ;
  6. Évitez les lieux de tourisme de masse proches des coraux.

Je sais que tout cela a un effet limité.

Si le sujet vous tient vraiment à cœur, l’idéal est d’entrer en contact avec les associations et les organismes qui se sont spécialisés dans la défense des coraux comme Coral Guardian ou d’autres. (11)

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Références 

(1) https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/animaux-corail-15718/

(2) https://www.youtube.com/watch?v=t08qsWsY1ac

(3) https://www.environnement.gouv.qc.ca/jeunesse/sais_tu_que/2012/1112-barriere-corail.htm

(4) https://www.oceano.org/ressources/7-especes-de-tortues-marines/

(5) https://www.wwf.fr/especes-prioritaires/dugong

(6) https://www.tresorsdumonde.fr/barriere-de-corrail-du-belize/

(7) https://www.drytortugas.com/

(8) http://outremer.mnhn.fr/la-ponte-du-corail/la-nouvelle-caledonie

(9) https://www.ecologie.gouv.fr/protection-des-recifs-coralliens-dans-outre-mer-francais

(10) https://www.oceano.org/ocean-en-questions/quelles-solutions-pour-sauver-les-coraux/

(11) https://www.coralguardian.org/

S’abonner
Notification pour

14 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Baptiste
3 mois il y a

Merci pour ce partage ! continuons à sensibiliser notre entourage !

3 mois il y a

Je travaille dans une petite association en Martinique qui fait de la restauration corallienne et de la sensibilisation sur le vaste sujet qu’est le corail. Nous avons besoin de soutien => https://www.lassomer.fr/je-donne/
Merci.. !!

Roche
3 mois il y a

Merci pour cet article tres interessant. Il y a des scientifiques qui essaient de redonner vie aux coraux au moyen de boutures de coraux en bonne sante ou de tres jeunes coraux
Parfois ca marche tres bien. Il faut eduquer les enfants sur la defense de l environnement des la maternelle.

cinefreak
3 mois il y a
Répondre à  Roche

Bonjour
Oui éduquer les jeunes mais aussi tenter de faire réfléchir les adultes : si je roule dans une grosse voiture ou si je prends l’avion sans nécessité, le CO2 émis renforce l’effet de serre pas seulement là où je passe mais partout ailleurs, comme si j’étais un envahisseur. Même chose si je multiplie les achats de produits qui ont fait des centaines ou des milliers de kilomètres pour arriver ici.
La défense de l’environnement et la prévention du réchauffement commencent chez moi et par l’usage que je fais des ressources de la planète. Mon intérêt ultime est de vivre dans un environnement sain, celui de mon voisin est le même (mais en est-il conscient ?) et je dois commencer par éviter ce qui nuit à tous, dans la mesure de mes possibilités.

JeanBaptiste
3 mois il y a

Il y a aussi The Coral Planters qui est une asso française https://thecoralplanters.org/

François
3 mois il y a

Merci Julien de ce très bel article bien documenté. Il manque juste deux couleurs pour être parfait, le jaune et le vert… 😉
Je pense que nous sommes à une époque où être aux aguets de chaque soubresaut des écosystèmes peut devenir contre-productif !
La nature a une puissance que l’humain voudrait orgueilleusement s’accaparer, maîtriser, et diriger, comme certains tentent actuellement de la faire partout dans le monde avec des projet pharaoniques de dangereux psychopathes mégalos au travers de la géo-ingénierie et des différents projets HAARP (Sujet intéressant pour un article futur …???)
Selon les vrais experts climatologues, la quantité de CO2 supplémentaire est négligeable, et le réchauffement éventuel est estimé à 0,7 centième de degré par an je crois…
Le Groenland n’a-t-il pas pour nom originel Greenland ??? Ce qui induit que ce territoire glacé était dans un passé proche luxuriant de végétation…
La nature est sauvage et elle change à sa guise sans nous demander notre accord, elle s’adapte et évolue, et les dangers pour nos écosystèmes ne viennent pas seulement de comportements individuels je pense, mais plus de la volonté des psychopathes sus-nommés de vouloir diriger la nature et se prendre pour Dieu…

Helene Behringer
3 mois il y a

Merci pour toutes ces infos bien documentées sur les coraux et comment aider à leur sauvegarde, chacun a son niveau.
Helene

Cinefreak
3 mois il y a

Comme une grande majorité, sinon tous les coraux, ont un squelette calcaire, ils sont menacés, en plus des raisons ci dessus, par l’acidification des océans consécutive au réchauffement des eaux et à l’augmentation du taux de CO2 dans l’eau (l’océan absorbe de plus en plus de CO2 atmosphérique). Réduire drastiquement les émissions de CO2 est vital pour les coraux et pour la biodiversité des océans (et donc pour l’humanité), cela veut dire 4 ou 5 fois moins de carburants et combustibles fossiles (transports et chauffage) . Mais en 2021 tous les pays ont recommencé à émettre beaucoup trop de CO2 après le très court répit dû à la pandémie, et 2021 a été autant consommatrice de fossiles qu’en 2011: aucune réduction depuis 10 ans. https://www.lemondedelenergie.com/energies-fossiles-part-rapport/2021/06/15/
et on constate un « rebond » pour 2022. On annonce le « pic » pour 2025 mais d’une part ce n’est pas sûr du tout, et d’autre part dans 3 ans il sera trop tard.

Marianne
3 mois il y a

Outre leur magnifique beauté et leur incroyable structure, les coraux font partie des écosystèmes marins, de par leur fonction de protection et de nourriture. Ils sont source de biodiversité dans les océans car ils font partie du zooplancton à la base de la chaîne alimentaire qui contribue à l’équilibre du monde vivant sous les mers, mais aussi sur les terres. De nombreuses espèces d’animaux marins et terrestres (dont nous sommes, nous les humains) se nourrissent en effet de poissons. Si les coraux meurent, cet équilibre se rompt et nous en serons inévitablement affectés.

Aurel
3 mois il y a

ET LA MER ROUGE ALORS ???

Biomes
3 mois il y a

« Je sais que tout cela a un effet limité » Effectivement les bons comportements du tourisme de masse ne suffiront pas, surtout quand on passe de 4 milliards d’habitants en 1970 à 8 milliards en 2023.

BONNEVILLE
3 mois il y a
Répondre à  Biomes

La Destruction des coraux est principalement du au tourisme, pas les navigateurs le touriste qui débarque et qui n’a pas conscience de l’écosystème, c’est du au pollutions, Mercure,(Mine d’or) vous ne connaissez pas votre sujet, parlez donc de El Nino, votre article est incomplet et ne sert pas la cause de la nature. UN NAVIGATEUR qui à été sur les récifs LUI.

Romeonet
3 mois il y a
Répondre à  BONNEVILLE

Je crois que j’ai mal compris votre commentaire, ou alors vous avez mal lu l’article, ou peut-être que c’est moi qui ai mal lu : les conseils donnés sont bons il me semble, rejet plastique en mer, (et consommation permanente de plastique en général), ancrage en plein récif, crème solaire (bien pourrie) en milieu aquatique… tout est résumé. Oui ne ne sont pas les autochtones qui polluent (quoique) mais bien les « touristes » et autres « jemenfoutistes ». Pourquoi évoquez vous El Niño qui est, il me semble (je peux me tromper), un courant marin chaud naturel, qui, certes, peut être destructeur ?

Romeonet
3 mois il y a
Répondre à  Biomes

Au contraire, c’est le tourisme de masse qui pollue le plus donc si tout le monde applique certaines règles de bon sens, on éradique le problème

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

14
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x