Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
plastique-mediterranee

Coopération Franco-Turque en Méditerranée : de vrais enjeux existent !

Alors que s’écharpent régulièrement les Présidents Macron et Erdogan, l’intérêt de tous, et plus particulièrement des peuples qui vivent sur le pourtour de la Méditerranée voudrait qu’ils coopèrent dans l’urgence.

Car chaque année, près de 230 000 tonnes de plastique sont jetées dans la mer Méditerranée1 d’après un rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, établi à Gland en Suisse.

Pour prendre la mesure de ce chiffre, il faut imaginer 500 conteneurs vidés dans la mer tous les jours !

D’après l’honorable institution, si rien est fait, ce chiffre pourrait doubler en 20 ans1 et atteindre 500 000 tonnes ! Les auteurs de l’étude évoquent une “mare plasticum”.

À l’heure actuelle, l’Egypte est le pollueur n°1 en matière de plastiques rejetés en mer avec 74 000 tonnes par an.

L’Italie arrive en 2e position avec 34 000 tonnes de plastique jetés en mer tandis que la Turquie complète ce malheureux podium avec 24 000 tonnes.

Si l’on compte en plastique par habitant, la palme revient au Monténégro, avec huit kilos par an et par habitant, suivi de la Bosnie Herzégovine et de la Macédoine du Nord.

La présence de ce pays dans le classement m’a étonné puisqu’il n’a pas d’accès à la mer. Les experts comptent-ils le plastique déversé dans ses rivières comme le fleuve Vardar, qui traverse le pays, notamment la capitale Skopje, et se jette dans la région grecque de Thessalie au cœur d’un parc national de toute beauté ?

Le rapport ne le précise pas. Mais imaginer des torrents de plastique déversés dans cet écosystème fragile, une des zones humides les plus vastes d’Europe qui abrite de nombreuses espèces d’oiseaux et des chevaux sauvages, est assez déprimant.

Un sujet vous tient à cœur et vous souhaitez créer une pétition ?

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Du plastique s’ajoute au plastique

Selon les rédacteurs du rapport, Julien Bouché et Guillaume Billard, ces déchets sont des “macros plastiques” qui s’additionnent aux microplastiques déjà présents dans la mer. Il y aurait 1 million de tonnes de microplastiques sous forme de sédiments au fond de l’eau, de quoi étouffer plus d’un poisson… et asphyxier lentement toute la faune et la flore de la région.

Car à long terme, ces plastiques empoisonnent les poissons et la mer. Ils recèlent en effet des substances chimiques nocives tels que des adoucissants et des retardateurs de flammes qui contaminent l’eau, les plantes et les animaux.

Ces molécules sont de puissants perturbateurs endocriniens.

Et ce n’est qu’une question de temps avant que la santé humaine ne soit sensiblement affectée par leur présence dans les eaux méditerranéennes.

Les microplastiques sont soit le fruit d’une lente dégradation des plastiques plus gros, soit directement dérivés de l’activité humaine. C’est la poussière de pneu (53%), les textiles (33%), les microbilles des cosmétiques (12%) et des pellets (2%). Chaque année 13 000 tonnes de microplastiques sont rejetés dans la mer Méditerranée.

Des solutions simples pour sortir de la nasse

Pour faire baisser le niveau de pollution de plastique, les rédacteurs du rapport préconisent :

  • Une meilleure collecte des déchets dans les 100 principales villes côtières de la Méditerranée ;
  • L’interdiction de certains plastiques ;
  • Le nettoyage systématique des plages ;
  • La fixation d’objectifs de réduction de plastique pour la zone ;
  • La coopération entre les acteurs publics, privés et les instituts de recherche ;
  • Une fiscalité dissuasive pour certains plastiques.

À ces mesures, il faudrait ajouter un objectif méditerranéen pour la généralisation de l’usage d’emballages 100% recyclables ou biodégradables. C’est le verre, le papier, le carton, les “plastiques” végétaux, comme le chanvre…

Les experts estiment que cela ne peut se faire qu’avec une meilleure coopération entre les acteurs privés, les acteurs publics et les instituts de recherche.

En creux, les propositions du rapport montrent que le problème vient surtout d’un déficit de volonté politique.

Il est plus facile, en effet, de lancer des conflits pour tenter d’exploiter davantage les hydrocarbures de Méditerranée orientale comme le fait la Turquie en ce moment. Mais est-ce réellement ce dont les populations ont besoin ?

Et si on commençait par sortir le pétrole transformé en plastique tapi au fond des mers ?

Solidairement,

Julien

 

P.S. : Vous avez déjà signé cette pétition ? Faites passer le message à votre entourage : transférez tout simplement cet email à vos contacts ou partagez cet article sur Facebook en cliquant ici.

P.P.S. : Vous voulez réagir à cet article ou évoquer votre ressenti ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Une étude révèle que nous ingérons en moyenne 5 grammes de plastique par semaine.

Les microparticlules de plastique sont partout.

Arrêtons de remplir nos poubelles et les océans de plastique !

S’abonner
Notification pour
25 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Huguette BIHL CHTEPENKO
1 année il y a

Je suis horrifiée, je n’imaginais pas que l’on rejette des tonnes de plastique dans la mer consciemment ! On devrait en informer les élèves dans toutes les écoles, car nos enfants vont hériter de toute cette merde sur laquelle nous fermons les yeux car nous sommes les consommateurs !

pascal Bleuse
1 année il y a

éduquons éduquons !!

Lucie
1 année il y a

Merci pour cet article instructif.

Manioc
1 année il y a

Un moyen simple de lutte est par l’argent
Quand arrivera-t-on en France à faire payer la taxe d’enlèvement des ordures ménagères par tout le monde et selon le nombre d’habitant de chaque famille, selon le nombre de containers remis à l’enlèvement au lieu d’un système de calcul basé sur la valeur locative adressé aux seul propiétaires?

Michel
1 année il y a

Les déchets plastiques sont le seul et unique fait de la non ou mauvaise éducation des HUMANOIDES.
Eduquer est la solution mais vous ne l’évoquez même pas dans vos solutions proposées.
Voir le résultat incroyable obtenu à Singapour.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

25
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x