Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

Démocratie et écologie : est-ce compatible ?

La démocratie libérale ou parlementaire ou encore occidentale est un concept récent. (1)

La notion de démocratie en elle-même est beaucoup plus ancienne.

 

Une invention athénienne…

En grec ancien, démos veut dire le peuple et kratos le pouvoir ou la force.

La démocratie est l’exercice du pouvoir par le peuple.

Mais chez les Athéniens, le peuple n’était constitué que des citoyens athéniens, c’est-à-dire des hommes libres de la ville.

Les femmes et les esclaves étaient exclus de l’exercice du pouvoir.

La vie civique dépendait totalement de l’esclavage : les uns travaillaient et liberaient du temps aux autres, qui pouvaient ainsi prendre des décisions.

En cela, la démocratie athénienne était assez proche d’une grande oligarchie qui est le pouvoir d’une minorité sur l’ensemble de la population.

Pas de charbon et de pétrole, pas de démocratie libérale

Pour Jean-Marc Jancovici, ingénieur et dirigeant de la société Carbone 4, la démocratie telle que nous la connaissons aujourd’hui, est un sous-produit de la révolution industrielle. (2,3)

L’arrivée massive de machines dans l’économie a permis de faire des travailleurs des hommes et des femmes libres.

Le salariat s’est développé ainsi que la citoyenneté avec le droit de vote pour tous, y compris les femmes.

Jancovici estime que les esclaves d’aujourd’hui sont les machines. (4)

Elles sont nourries au pétrole. Or, il estime que le pic de production a été atteint en 2008. Un épuisement des hydrocarbures dans les années qui viennent est à prévoir. (5)

Que se passerait-il si, tout à coup, l’on supprimait les tracteurs, les voitures, tout l’électroménager et les ordinateurs ?

 

Va-t-on vers une décroissance subie ou maîtrisée ?

L’ingénieur est persuadé que, dans une telle hypothèse, les anciennes hiérarchies reviendraient et la démocratie disparaîtrait. (6)

Car pour que la masse puisse participer aux prises de décision, il lui faut pouvoir y consacrer du temps et il lui faut de l’instruction.

Si tout le monde travaille 12 heures par jour arc-bouté sur son champ, ce n’est pas forcément possible.

Dans le scénario de Jancovici, leur coût va augmenter tandis que le réchauffement climatique va accentuer la pression sur l’ensemble des secteurs économiques.

Et si l’on ne fait rien, d’ici quelques décennies, on vivra une décroissance subie.

L’économie s’effondrerait d’elle-même.

Jancovici propose un ralentissement accompagné, qui serait moins douloureux.

Et pour que cela fonctionne, il faut que les citoyens soient partie prenante, c’est-à-dire qu’ils puissent discuter les options possibles et donner leur avis par le vote.

 

Réduire la consommation par 5

Pour autant, si l’on voulait atteindre les objectifs prévus dans l’accord de Paris, il faudrait que la consommation de chaque personne ne produise pas plus de 2 tonnes de CO2 par an. (7)

Et, en France, la moyenne est de 10 tonnes de CO2 émises par an par Français.

Le seul moyen de parvenir à 2 tonnes est de limiter drastiquement la consommation.

Quels sont les secteurs qui émettent le plus d’émissions de gaz à effet de serre ? L’agriculture (24%), l’industrie (21%), les transports (14%), l’électricité et le chauffage (25%), le bâtiment (6%), le numérique (4%). (8)

Cela veut donc dire réduire la consommation dans tous ces domaines.

Et le faire d’une manière qui soit concertée, voire approuvée par les populations.

Qui va accepter de réduire sa consommation ?

Concrètement, cela veut dire que la voiture individuelle risque de devenir un vélo individuel, que la consommation de gaz et d’électricité risque d’être limitée, que l’agriculture biologique serait développée à plus grande échelle et que les villes et les territoires seraient réorganisés.

L’urbanisme serait pensé différemment avec moins de parking, potentiellement moins de m2 par personne, la vie serait plus locale, y compris pour les vacances.

Les voyages seraient limités ou interdits.

Mais qui, dans le fond, est réellement prêt à accepter une telle réduction d’activité et de possibilités ?

Tout le monde est prêt à sacrifier quelque chose appartenant aux autres.

Ceux qui ne voyagent pas sont d’accord pour interdire l’avion.

Ceux qui ne consomment pas de viande sont prêts à l’interdire.

Ceux qui n’ont rien sont partants pour que l’on prenne à ceux qui ont.

Les personnes seules, citadines et sans enfants sont prêtes à laisser tomber la voiture mais les mères de famille nombreuse ou les citoyens vivant à la campagne s’y refusent.

Bref, notre société n’est absolument pas prête à faire tous ces changements.

 

Donner une orientation positive aux changements

Pour que ces changements puissent se faire, il est impératif de penser le futur d’une manière plus concrète.

Il faut notamment prévoir de réels bénéfices pour les populations.

Si des sacrifices sont consentis, tout le monde a besoin de savoir à quoi ils servent.

Par exemple, une révolution agricole doit aboutir à un meilleur accès aux produits biologiques et à la création de nouveaux emplois compatibles avec les aspirations de la population.

De même, les efforts sur les transports doivent améliorer la qualité de l’air en ville.

La qualité de l’eau du robinet doit être améliorée.

Les efforts sur l’urbanisme doivent aider à faire baisser le sentiment d’insécurité ou augmenter la convivialité, etc.

Les citoyens ne feront des efforts que :

  • s’ils ont le sentiment de participer à quelque chose d’utile,
  • que ces efforts leur apportent des bénéfices personnels plus ou moins quantifiables ou observables ;
  • que tout le monde participe à l’effort.

Par ailleurs, les populations ont besoin d’être parties prenantes et de se sentir fières de ce qui est accompli.

 

Augmenter les formes de dialogue social au niveau local et national

L’un des moyens de créer un sentiment d’appartenance est de faciliter le dialogue et la prise de décision collective.

Cela passe par plus de démocratie directe et locale.

Il est grand temps de réintroduire des référendums nationaux réguliers.

Il est nécessaire de mettre en place des référendums locaux pour les grandes décisions des villes et des communes.

La France, contrairement à la Suisse, n’a pas cette habitude de la consultation systématique des citoyens, mais une grande partie des Français sont prêts à jouer le jeu. (9)

Les autres suivront.

Il suffit de mettre en place les règles de ces consultations et beaucoup de décisions controversées, locales ou nationales, passeraient beaucoup mieux.

Le problème est que la tendance actuelle ne va pas exactement dans ce sens. Même les députés ne votent plus les décisions importantes.

Ont-ils voté pour l’envoi de missiles scalp en Ukraine par exemple ? Non.

 

L’élégance à la française

Si l’on veut mettre en œuvre une écologie réussie, il faut l’associer à une éthique et même à une esthétique.

Les Français aiment leur patrimoine.

Les villes et villages de France sont souvent restaurés. Ils accueillent, l’été, des festivals, des concerts ou des expositions.

Les journaux aiment faire des classements des plus beaux villages du pays, des lieux de charme, etc.

L’écologie moderne peut se construire dans le sillage de cet héritage culturel et architectural.

Chiche ?

 

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

P.S.S. : Cliquez ici pour partager cet article sur Facebook.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

(1) https://www.cairn.info/la-democratie-liberale–9782130357339-page-5.htm
(2) https://www.carbone4.com/
(3) Jancovici / Polony : « L’écologie doit-elle être autoritaire ? » Marianne, Youtube
(4) Idem
(5) Idem
(6) https://www.cairn.info/la-democratie-liberale–9782130357339-page-5.htm
(7) Jancovici / Polony : « L’écologie doit-elle être autoritaire ? » Marianne, Youtube
(8) https://www.viande.info/les-emissions-de-gaz-effet-de-serre-dans-le-monde
(9) https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/documentation/votations/20230618.html

S’abonner
Notification pour

45 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Louise
8 mois il y a

Je suis assez d’accord.C’est urgent de protéger la nature, c’est nous protéger. Juste je pense que notre démocratie est malade…ne fonctionne pas vraiment, et qu’il y a encore des esclaves….combien de personnes travail mais n’ont pas assez d’argent pour manger correctement ni pour avoir un logement décent.

MAURICE bernard
8 mois il y a

JM Jancovici est un vrai scientifique, un homme de valeur, je l’ai entendu défendre le nucléaire, mettre en avant l’hydrogène, mais son raccourci « 4 trajets avion par vie » m’a décu, même si l’on peut considérer que cette moyenne serait exact.
Mais ce qui me déçoit plus, c’est qu’il n’insiste pas pour dire qu’il n’y a que deux solutions viables pour l’avenir, le nucléaire seul capable d’énormes productions d’électricité, et l’hydrogène liquéfié pour l’automobile.
Quant à l’hydrogène gazeux, il est déjà utilisé dans l’industrie qui ne nécessite pas de surproduction ponstuelle.

Véronique
8 mois il y a
Répondre à  MAURICE bernard

JM Jancovici a BEAUCOUP changé depuis qu’il est devenu Young Leader (marionnette de Davos). Et certaines de ses assertions le desservent totalement comme celle que vous reprenez quant aux « 4 trajets avion par vie ».
Je vous invite à vous intéresser aux travaux de Gunter Pauli. Vous serez agréablement surpris et j’ose croire que cela vous fera entrevoir d’autres solutions que les 2 seules que vous préconisez (Quand bien même je sois moi-même une ardente défenseur du nucléaire français avec remise en route des projets Astrid (anciennement Super Phénix).

Styr
8 mois il y a

C’est marrant, j’ai expliqué point par point la différence entre démocratie libérale et la société que nous avons mais apparemment, vous n’avez aucune honte a supprimé mon message.
Vous me dégoutez, je vais voir pour me retirer de cette pétition complétement débile

Sarah
8 mois il y a

Une nouvelle société ?? OUI, c’est une belle idée. Mais pourquoi ?? Parce que « tous ces changements doivent se faire » ??? Mais qui dit que « tous ces changements doivent se faire » ???
Ceux qui le disent, ceux qui promouvoient ces changements, sont ceux qui ont des avantages à ce que ces changements aient lieu. Mais en réalité, nous n’avons pas plus de certitudes que ces changements sont indispensables que nous n’avons de certitudes que Dieu existe. Tout est question d’idéologie et de recherches faites uniquement en vu de prouver ce que l’on souhaite prouver. Ensuite, ce n’est qu’affaire de propagande, et le tour est joué : tout le monde pense, croit, que ces changements sont nécessaires. Mais ce n’est que de la croyance.
La preuve que c’est une affaire de croyance et de propagande : les scientifiques et les études qui évoquent des faits démontrant d’autres conclusions que celles promues sont systématiquement invisibilisé et ostracisé par le rouleau compresseur de ceux qui parlent de « la nécessité d’un changement ».
Quand on est sûr de ses idées, on accepte le débat. Quand on tue le débat, c’est qu’au fond, on doute du bienfait de ses propres idées (on qu’on y a un intérêt direct et individuel).

Véronique
8 mois il y a
Répondre à  Sarah

Bien dit !
Vous avez raison Sarah : l’ostracisation est TOTALE pour tous les scientifiques qui OSENT présenter des éléments venant contredire la doxa. Et ce qui est plus grave encore, c’est que ces scientifiques-là ainsi que toute autre personne cherchant à comprendre et à penser par elle-même, n’ont même plus le droit de poser des questions !
Comme vous le dites : le débat est INTERDIT !
Et quand on apprend que des politiques (et chez nous, nous en avons pas mal) cherchent désormais à censurer et CONDAMNER tous ceux qui interrogent cette idéologie, on a de quoi s’inquiéter. Vraiment.

philippe
8 mois il y a

Un rappel scientifique : la composition de l’air:

Environ 79,04% d’azote (N.), environ 20,93% d’Oxygène (O2) , 0,038% de Gaz carbonique (CO2), et des traces de Gaz rares (argon, néon…)

Pour ceux qui veulent continuer à calculer :

Nous avons 0,038% de CO2 dans l’air. La nature en produit elle-même environ 96%.

Le reste, c’est-à-dire 4%, est produit par l’homme. Cela représente 4% de 0,038%, soit 0,00152%.
GIEC: 30 ans de mensonges 33 points qui indiquent que le réchauffement climatique est causé par le soleil et non le CO2
“Le CO2 n’a aucun effet sur le climat, rien. Le CO2 n’est que la nourriture des plantes, doubler le CO2 serait une très bonne chose, plus 40 % de croissance végétale.
La vérité sortira quand le public réalisera qu’il a été volé par les multinationales au nom de la planète.”

Véronique
8 mois il y a
Répondre à  philippe

Merci infiniment Philippe de rappeler les faits !
On pourrait aller bien plus loin encore en expliquant que les tout premiers à avoir évoquer la notion de « taxe carbone » sont les pétroliers eux-mêmes et relever les accointances de ces derniers avec Al Gore…. Ironique, n’est-ce pas ? Et pas plus tard qu’en ce début 2023, nous apprenions que tout le micmac autour du changement climatique a généreusement réussi à celui-ci : les entreprises qu’il a créées autour de ce thème lui ont rapporté 330 millions de dollars….
C’est pourtant bien là qu’il faut creuser. En suivant la piste de l’argent, on lève les lièvres les uns après les autres et on débusque l’arnaque escrologique.
Il y a sur ce forum beaucoup de personnes extrêmement généreuses et ayant envie de bien faire. Des personnes éminemment attachées à la protection de l’environnement et profondément écologistes (des vraies !)
Mais attention : vouloir le « Bien » des autres contre leur gré relève de la dictature. Ici malheureusement, le soi-disant « Bien » n’est rien d’autre que la mise en place d’un asservissement au profit d’élites autoproclamées et de plus en plus grotesques.
Cherchons à qui profite vraiment tout ceci….
Que JM Jancovici commence par s’appliquer à lui-même et à ses proches les mesures qu’il préconise et nous en reparlerons. N’oublions pas que lui aussi, est une des petites marionnettes de Klaus Schwab (entre autres) via son armée de Young Leaders…Et observons que son discours et ses positions ont bien changé au fil des ans….

Frederic
8 mois il y a

Excellent résumé de la position de JM Jancovici sur la transition à opérer et les risques pour la cohésion sociale du pays et notre « démocratie », si cette transition n’est que subie.
Et comme vous je souhaiterais également une consultation du peuple plus fréquente.

Mais la feuille de route contre le réchauffement climatique est déjà décidée, en particulier l’Europe qui se rêve le meilleur élève mondial. Les objectifs 2030 et surtout 2050 précisés par les différentes COP et le World Economic Forum sont très clairs : zero émissions CO2 nettes en 2050.

Localement, peut-être pourrons nous choisir entre viande ou pas à la cantine.
Mais en l’état, faire voter le peuple – même suisse – sur ces questions complexes déjà décidées me semble illusoire et aucun politique actuel n’osera s’y aventurer.

Par contre, nous avons un besoin urgent de toute l’intelligence et la créativité du peuple, pour imaginer comment conserver son humanité, sa joie et sa bienveillance dans ce monde qui vient, sans tout céder aveuglément aux futurs candidats dictateurs qui prétendront décarboner plus vite « pour notre bien ».

Gilbert
8 mois il y a

Entièrement d’accord avec cet article . J’applique tous ces principes à ma façon de vivre ( pas de voyages ,déplacement en voiture limités autant que possible , tirer un maximum de légumes de mon jardin pour mes besoins personnels ,le tout en bio bien sûr , éviter tout gaspillage, trier mes quelques déchets etc etc …) Mais années après années ,force est de constater que je fais partie d’une minorité de gens vivant comme moi et que la majorité ne tiens absolument pas compte des alertes des chercheurs et des scientifiques sur les catastrophes prévisibles à venir . Est-ce que j’ai raison trop tôt ? Le monde entier baigne dans un égoïsme forcené . Chacun est d’accord pour la réduction du train de vie ,mais à condition que ça ne s’applique qu’aux autres . On n’est pas près d’en sortir .

Laurent
8 mois il y a

Cet article démontre bien que le régime politique le plus pertinent pour affronter notre immense problème écologique global est la démocratie, c’est-à-dire des citoyens qui prennent des décisions pour eux-mêmes. D’ailleurs Jancovici développe cette même théorie mais il n’appelle pas cela démocratie car il confond le gouvernement représentatif (notre régime politique actuel) avec la démocratie.Ce qu’il nomme « démocratie » ce sont des représentant « qui distribuent des sucettes » afin d’être réélus, l’ojectif de réélection étant parfaitement incompatible avec la nécessité de prendre des décisions contraignantes pour les électeurs.

Claire T
8 mois il y a

Tout à fait d’accord ! J’ai pourtant fait le choix de la décroissance meme si j’ai de l’argent: je vis sans voiture (vélo et stop) en yourte dans la foret sans chauffage, avec petit bâtiment collectif et cuisinière à gaz, panneaux solaires, toilettes sèches, et sans douche (pompe manuelle extérieure, je mange bio, local, presque sans emballages, suis végan, ne prends pas l’avion, tout ceci depuis 4ans minimum selon de quoi il s’agit.
En attendant de construire ma petite maison dans un autre éco lieu pour mutualiser un max de choses, donc tout ceci me parait évident depuis le temps !
Mais comment aider les autres à changer ? ? ? Sachant que je les accueille déjà sur l’éco lieu, pour montrer que ce n’est pas si compliqué de changer de vie, mais comment accélérer les choses ? Que faire de plus pour aider les gens coincés dans ce système ?

Chantal
8 mois il y a

Bonjour !

Vous connaissez l’Economie bleue ?
Le changement de paradygme expérimenté par Gunter Pauli ?
Le fait de sortir des cadres connus et de s’inspirer directement de la nature par le biomimétisme ?Super intéressant comme concept !

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

45
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x