Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

Inondations : sommes-nous préparés ?

Cette question, posée dans le titre, est celle d’un reportage réalisé par France Télévision avec le journaliste Hugo Clément.

Le ton du documentaire est un peu catastrophiste mais la question mérite d’être étudiée.

Car le climat est en train d’évoluer et il va falloir le prendre en compte.

Certains persistent à débattre de l’origine du dérèglement climatique mais dans tous les cas, il va falloir s’adapter.

Pour de nombreux métiers, l’évolution du climat est une donnée très importante.

Si vous êtes agriculteur, assureur, architecte, etc., l’arrivée d’un nouveau climat va changer votre travail.

C’est là l’intérêt du reportage d’Hugo Clément qui se demande notamment si les alertes de Météo France sont bien à jour, et plus généralement si la société française est préparée à ce qui est en train de venir. (1)

 

Le Sud-Est concerné

Le reportage s’intéresse d’abord à ce qui passe dans le sud-est. L’attention est portée sur la ville de Nîmes dans le Gard où le nombre d’orages violents a augmenté ces dernières années.

Le phénomène s’appelle l’épisode méditerranéen. (2)

Car ces tempêtes ont lieu en automne, le plus souvent.

À ce moment de l’année, il fait encore chaud.

L’eau de la mer Méditerranée s’évapore.

Cela crée une masse d’eau humide qui remonte vers les terres et finit par heurter des collines ou des montagnes.

Bloquées, les eaux dans l’air montent en altitude et finissent par rencontrer un air beaucoup plus frais.

La montagne est en train de se préparer pour l’hiver.

Cette rencontre de deux masses d’eau, de températures opposées, provoquent des orages violents.

Le phénomène a toujours existé en Méditerranée. Il est connu. Les habitants sont habitués.

Ce qui est nouveau, c’est qu’il a été multiplié par presque 3 en 50 ans. (3)

En plus la violence des orages a tendance à augmenter.

Pour demander de l’argent il y a du monde, mais pour payer il n’y a plus personne ! 

Imaginez une majoration de 200% sur votre prime d’assurance. Ce cauchemar est déjà une réalité pour les petites communes à risque des Pyrénées-Orientales.

Les intempéries à répétition dans la région ont fait fuir tous les assureurs qui refusent désormais de prendre leurs responsabilités.

Conséquence ? Au 1ᵉʳ janvier 2024, plusieurs centaines de communes ne seront plus assurées.

Et sans assurance, ce sera aux contribuables de régler la note !

Ce phénomène ne s’arrêtera pas là. Les catastrophes climatiques s’accélèrent et s’étendent chaque année un peu plus. Refusons de payer pour l’inaction de l’État !

Quand les cieux se vident d’un coup !

Ces rencontres de masses d’air humides peuvent provoquer des orages stationnaires.

Contrairement aux orages habituels, qui circulent de vallée en vallée et distribuent de l’eau un peu partout au fur et à mesure, ces tempêtes stationnaires restent sur place.

Le ciel se vide de toutes ses eaux sur un même lieu et crée des inondations dramatiques.

C’est ce qui s’est passé par exemple le 15 octobre 2018 à Trèbes. (4)

Cette ville d’un peu plus de 5000 habitants est située en Occitanie.

C’est la commune voisine de Carcassonne.

Elle est traversée par l’Aude.

Cette nuit-là, le fleuve est passé de 35 cm à 8 mètres de profondeur ! (5)

Les habitants ont été pris au piège.

6 personnes sont décédées.

50 maisons du quartier le plus touché ont été détruites.

Les habitants sont encore traumatisés par ce qui s’est passé.

 

Comment s’adaptent Météo France et l’Etat ?

Pour prévenir ce type de catastrophe naturelle, Météo France s’est longtemps appuyée sur des sites météorologiques répartis sur l’ensemble du territoire français.

Mais l’heure est au remplacement des humains par des machines.

Et désormais certains sites sont fermés tandis que le nombre d’employés chez Météo France baisse régulièrement.

Depuis 2012, on est passé de 3500 employés chez Météo France à 2500. (6)

Les autorités préfèrent investir dans les satellites et la très haute technologie.

Le programme européen copernicus d’observation de la terre a permis d’envoyer 7 satellites dans l’espace. (7,8)

Le dernier s’appelle sentinelle 6.

Il a été envoyé depuis une base Californienne par la fusée Falcon 9 de SpaceX. (9)

Ces satellites photographient la planète bleue, et sont capables de prendre de très nombreuses mesures sur ce qui se passe sur la terre.

Par exemple, grâce à un laser, l’un des satellites peut enregistrer de manière très précise la montée des eaux des océans liée à la fonte des glaciers.

De même, la température de l’eau est scrutée de près. (10)

Toutefois, pour de nombreux experts, tout cela ne suffit pas au quotidien pour prévenir l’arrivée d’orages stationnaires ou de tempêtes violentes. (11)

Les vigilances rouges, censées protéger la population, sont parfois déclarées trop tard.

Que faire, alors, face à un danger qui risque d’augmenter dans les années à venir ?

 

Le réveil citoyen

Pour pallier le manque d’investissements ou de présence de l’Etat, de nombreux citoyens prennent les choses en main.

C’est tout le mérite de ce reportage d’avoir mis ces personnes en avant.

Par exemple, dans le Gard, Loïc Spadafora a créé un site Internet d’alertes climatiques associé à une application. Le site s’appelle : Infoccitanie. (12)

Grâce à sa connaissance du terrain et des phénomènes météorologiques locaux, il peut prévenir les habitants en temps et en heure de l’arrivée des tempêtes.

Ses prédictions seraient plus précises et plus adaptées que celles de Météo France.

Il est devenu un héros local !

Ailleurs, une association appelée Infoclimat installe régulièrement des stations météos semi-professionnelles pour recueillir des informations sur le climat local. (13)

Les bénévoles ont installé plus de 800 appareils, notamment dans les zones où Météo France n’offre pas ou plus de véritable couverture.

Hugo Clément donne également la parole à un architecte, Eric Daniel-Lacombe qui est devenu un spécialiste des constructions en zone inondable.

Il a construit tout un quartier à Romorantin en Sologne, capable de résister aux crues la Sauldre qui est affluent du Cher (14)

Le site a été construit sur piloti et pensé de tel manière à ce que l’eau puisse circuler autant que possible.

Cet architecte s’occupe désormais d’un autre projet dans la vallée de la Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, où les inondations sont fréquentes et destructrices.

 

Quelles sont les solutions mises en place contre les inondations ?

Ailleurs en Provence, dans les villes de Biot et de Sophia Antipolis, des citoyens se battent contre la bétonisation. (15)

Ils dénoncent l’imperméabilisation des sols qui empêchent l’eau de s’écouler.

Ils demandent que soient prévues pour chaque construction des infrastructures de compensation.

Pour cela, il faut aménager des bassins de rétention.

Ces aménagements sont comme de grandes piscines souterraines.

La pluie qui tombe sur un site rejoint le bassin dont le fond poreux permet à l’eau de s’écouler doucement.

Voici quelques solutions qui permettent de lutter contre les crues :

  • construire les routes en altitude plutôt que dans les vallées ;
  • ne rien construire sur le lit des rivières ;
  • ne pas imperméabiliser à outrance (routes, voies cyclables, parkings ou autres constructions) ;
  • laisser des espaces naturels autant que possible, notamment dans les vallées ;
  • construire en prenant en compte le passage des eaux en cas d’inondation ;
  • se méfier des digues qui peuvent céder et ne sont pas utiles contre les orages stationnaires ;
  • développer des jardins de crue ;
  • planter des haies dont les racines retiennent l’eau ;
  • enlever l’asphalte là où c’est possible pour aider l’eau à pénétrer dans la terre plutôt que de s’écouler.

Le reportage insiste beaucoup sur les failles de l’état et le manque de préparation qui existe dans certaines communes par rapport à un risque d’inondation plus élevé aujourd’hui qu’autrefois.

Mais il montre aussi de nombreuses personnes mobilisées, compétentes, amoureuses de leur territoire.

Elles font un travail remarquable de prévention.

Et je n’ai pas pu m’empêcher d’y voir une très belle source d’espoir !

 

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

P.P.S. : Cliquez ici pour consulter la pétition écrite par l’un des membres de notre communauté liée à cet article.

P.P.P.S. : Cliquez ici pour partager cet article sur Facebook.

 

Pour demander de l’argent il y a du monde, mais pour payer il n’y a plus personne ! 

Imaginez une majoration de 200% sur votre prime d’assurance. Ce cauchemar est déjà une réalité pour les petites communes à risque des Pyrénées-Orientales.

Les intempéries à répétition dans la région ont fait fuir tous les assureurs qui refusent désormais de prendre leurs responsabilités.

Conséquence ? Au 1ᵉʳ janvier 2024, plusieurs centaines de communes ne seront plus assurées.

Et sans assurance, ce sera aux contribuables de régler la note !

Ce phénomène ne s’arrêtera pas là. Les catastrophes climatiques s’accélèrent et s’étendent chaque année un peu plus. Refusons de payer pour l’inaction de l’État !

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

(1) https://www.france.tv/france-5/sur-le-front/5359287-orages-inondations-sommes-nous-prets.html
(2) Idem
(3) Idem
(4) Idem
(5) Idem
(6) Idem
(7) https://www.arte.tv/fr/videos/102869-003-A/l-europe-dans-l-espace/
(8) https://www.copernicus.eu/fr/propos-de-copernicus#:~:text=Copernicus%20est%20le%20programme%20d,de%20tous%20les%20citoyens%20europ%C3%A9ens.
(9) https://www.arte.tv/fr/videos/102869-003-A/l-europe-dans-l-espace/
(10) Idem
(11) https://www.france.tv/france-5/sur-le-front/5359287-orages-inondations-sommes-nous-prets.html
(12) https://infoccitanie.fr/
(13) https://www.infoclimat.fr/
(14) https://www.france.tv/france-5/sur-le-front/5359287-orages-inondations-sommes-nous-prets.html
(15) Idem

S’abonner
Notification pour

10 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
jms
3 mois il y a

La thèse du réchauffement climatique et de la responsabilité de l’activité humaine ne fait pas l’unanimité scientifique puisque plus de 200 ne sont pas d’accord dont plusieurs prix Nobel de science. Les évévenements sont accidentels et rien ne peut garantir qu’ils seront plus fréquents car actuellement, c’est El Nino qui est décrit depuis longtemps qui en est responsable

Gohier
3 mois il y a

Merci pour ce beau descriptif.
Passionnant.
Ça ouvre l’esprit sur la volonté des humains à se défendre sans l’aide de l’état malheureusement.
Bisous

3 mois il y a

je crois que le problème est ailleurs ( prenez l’exemple du bassin de la marne- pas de problème nouveau depuis un siècle- crues de 1924, 1910 ….). Pour des raisons diverses, on s’est mis à construire dans des zones impropres – inondables ( on oublie les crues décennales au profit (sans jeu de mot ) des dernières années, sous le vent, sous les tempêtes… etc et après ces grossières erreurs, on accuse le « dérèglement  » climatique
a propos, comment peut on dérégler un système qui n’a jamais été réglé depuis des milliards d’années….

Maurice Bernard bam2a@orange.fr
3 mois il y a

Je connais les problèmes et solutions pour la Seine et la Somme pour les avoir étudiés en détail, si vous le voulez je pourrai développer pour la suite avec commentaires et graphiques à l’appui.
Pour ces 2 cours d’eau, volonté d’immobilisme pour l’un et infrastructure insuffisante pour l’autre.

Ne connaissant pas le terrain pour l’extreme nord de la France je ne peux pas me prononcer, mais il se pourrait qu’il y ait des points communs avec la Somme par exemple.

Maurice
3 mois il y a

Bonjour
Les infiltrations de l’eau dans le sol , c’est bien mais que dire dans les rérions de grandes cultures en « open-space » sans haies et où tous les champs ont été drainés à grand renfort de subvention de laPAC: l’eau ne va plus dans le sous sol, les drains vont à la rivière elle monte et inonde les villages et les nappes phréatiques ne se remplissent plus;
Alors … on invente des « bassines » pour stocker l’eau.
Merci à nos ingénieux dirigeants soucieux que du profit immédiat des grandes entreprisses!

jms
3 mois il y a
Répondre à  Maurice

A force de damer le sol avec des machines à betterave qui pèsent jusqu’à 40 Tonnes, les eaux ne peuvent en effet plus s’infiltrer et ruissellent. Entièrement, d’accord avec vous mais jamais les médias en parlent

plet eric
3 mois il y a

vraiment sympas votre article et très éloquent rapport au manque de personnel météo, démission de l’état, démission des assureurs qui sont là uniquement pour prendre des cotisations souvent inutiles, construction anarchique, tout béton, tout goudron,
merci

Sébastien
3 mois il y a

yTrès joli texte, mais il n’y a quelque chose que je ne comprends pas ? Vous parlez de béton, d’habitation, de route mais vous n’avez jamais évoqué le mot drainage des terrains agricoles. Mais aussi l’élimination des fossés et des haies autour des parcelle agricoles qui à l’époque abriter les oiseaux pour éviter la tonne de pesticides retenait les fortes pluies des grands fossés tout autour des champs qui prenaient un peu de terrain. mais éviter grandement ces problèmes d’inondations.
Mais aujourd’hui on voit plutôt les drainage surdimensionné sur tout type de parcelle en voyant de l’eau comme des torrents dans les petites rivières qui sur leur passage inonde les villages.
Tout cela pourquoi pour ne pas perdre un seul mètre carré pris par des fossés ou des végétaux afin de pouvoir faire des grandes cultures sans problème suite aux sur imposition de l’État français.

Pour conclure le drainage centralise l’eau à un endroit et l’empêche de descendre sur de grandes surfaces dans la nappe phréatique. D’où pénurie d’eau inondations etc.

Michèle Machenin-Murzilli
3 mois il y a

Bravo ! voici un documentaire clair, net et sage. Bien sûr, lorsque l’on n’a pas droit à la parole lors d’un Conseil Municipal, il n’en est pas moins qu’il y a longtemps que l’on dit : arrêtez la bétonisation et c’est malheureusement à la mode partout… partout !
La pire erreur qui soit, est de donner des permis de construire, avec un p’tit pot de vin, afin d’avoir les chantiers !!
Cela, également, on le sait depuis longtemps ! Nous sommes en Haute-Tarentaise, et notre Association crie à l’offense de nos majestueuses montagnes… pour satisfaire les milliardaires du monde entier qui n’en ont rien à foutre des conséquences de leurs odieux caprices !!!
Très cordialement,
Michèle

Bonjour, et bravo à nos concitoyens qui tentent de palier les insuffisances de l’état

Et HONTE aux assurances qui fuient leurs responsabilités dès que leurs trésors colossaux risquent d’être écornés si jamais ils intervenaient comme ils devraient le faire.

Ils sont comme les banques qui se remplissent les coffres quand tout va bien en nous donnant des miettes d’intérêts; mais dès qu’ils font des mauvais placements font payer les pots cassés aux clients. Tous les bandits ne sont pas en prison.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

10
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x