Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
chevres

La chèvre de Monsieur Seguin

L’une d’entre vous a posté sur notre site une pétition pour défendre les chèvres sauvages du massif de la Nerthe. Celles-ci seraient menacées de perdre leur liberté, voire de mourir, certaines personnes voulant les éradiquer.

Je vous remercie pour cette belle initiative qui m’a fait découvrir, au moins par Internet et un guide de voyage, cette région et ses fameuses chèvres.

Le Massif de la Nerthe ou de l’Estaque est un ensemble de collines calcaires sur lesquelles autrefois poussait du myrte.

Or, en provençal le myrte se dit “nerto”, ce qui a donné “Nerthe”. Le myrte est une plante aromatique, qui dans l’Antiquité servait d’épice. C’était une alternative au poivre.

Ces collines sont peuplées depuis toujours ou presque par des chèvres sauvages appelées chèvres du Rove1. C’est le nom d’un petit village local.

Ces chèvres seraient venues il y a plus de 2600 ans de Mésopotamie, d’Anatolie et de Grèce, importées par des Phéniciens.

Elles font partie de la culture locale et même de la gastronomie, puisque certaines chèvres domestiquées donneraient le fromage de la brousse de Rove qui a décroché son Appellation d’Origine Contrôlée en 2018.

Jusque-là tout va bien.

Des automobilistes rendus chèvres…

L’ennui, c’est que la chèvre du Rove se porte si bien sur son massif que sa famille s’agrandit d’année en année.

Et ce n’est qu’une partie du problème. L’autre, c’est que le massif de l’Estaque est situé juste au nord de Marseille. La ville n’est pas loin et ses routes non plus.

Les chèvres ont tendance à se promener sur l’A55 au grand dam des automobilistes pressés et du préfet qui aurait ordonné que les chèvres soient éradiquées.

L’arrêté préfectoral porterait sur une harde d’une soixantaine de bêtes qui aurait pris la mauvaise habitude de circuler sur l’autoroute2.

La situation a ému la Fondation Brigitte Bardot2 et sa présidente qui, indignée, a écrit une lettre au préfet. Elle y aurait notamment déclaré : « Ce n’est plus une régulation mais bien une extermination pure et simple ! »

Une fois de plus, les chèvres sauvages du massif de la Nerthe sont menacées. Ces chèvres font partie du patrimoine naturel de nos collines, il est inadmissible de vouloir leur disparition.

Aidez nous à les sauver, rejoignez notre cause et signez la pétition !

Des bénévoles s’impliquent….

Sur place, l’association “les chèvres de nos collines” a pris les choses en main temporairement3.

L’une des bénévoles du mouvement explique que les membres ont commencé par fidéliser les chèvres en créant des enclos où elles sont nourries. Elles y sont vaccinées tandis que les boucs sont castrés3.

L’objectif est de réguler la population, d’empêcher les chèvres d’aller sur l’autoroute mais aussi d’éviter de contaminer avec des maladies les chèvres d’élevage du voisinage.

Leur démarche est soutenue par la Fondation Brigitte Bardot qui paye les vétérinaires qui viennent sur place.

L’association a obtenu de la Chambre d’agriculture un certificat montrant que les chèvres ne sont pas dangereuses pour les autres chèvres du voisinage.

L’autoroute a par ailleurs été sécurisée mais il reste une partie de travaux à faire, que la préfecture ne semble pas décidée à réaliser.

Nature, culture et civilisation !

L’histoire des chèvres de la Nerthe n’a rien d’anecdotique.

Dans une société de plus en plus citadine, de plus en plus connectée aux écrans et détournée de la nature, il est indispensable pour notre santé mentale et même physique de savoir garder un lien avec le monde sauvage.

Les chèvres de la Nerthe font partie du patrimoine naturel commun. Leur histoire est liée à la nôtre.

Tuer des chèvres présentes depuis plus de 20 siècles parce que l’on est incapable de sécuriser une autoroute constitue un terrible aveu de faiblesse.

Cette situation et notre capacité à la gérer au niveau local et national posent la question du monde que l’on veut pour aujourd’hui et pour demain.

Sommes-nous condamnés à vivre dans un environnement saturé de béton, de supermarchés et d’entrepôts pour Amazon ? Ou sommes-nous capables d’aménager des zones sauvages, des zones naturelles, y compris à proximité des villes ?

C’est une question existentielle. Pour les chèvres bien sûr dont la vie est directement en jeu, mais aussi pour les humains dont la représentation de leur vie est en jeu. Et ce n’est pas un détail.

La préservation de la faune et de la flore connaît un écho puissant auprès des enfants et des adolescents parce qu’ils en mesurent, au fond d’eux-mêmes, l’importance vitale.

Ils savent mieux que les adultes qu’il existe un lien sacré entre tous les êtres vivants, même s’ils se dévorent entre eux. Et il n’est pas possible de diluer totalement ce lien.

On s’inquiète parfois de savoir si les Africains seront capables de garder leurs éléphants ou leurs lions, dont les populations diminuent depuis des années, mais en France, ce sont des chèvres que nous peinons à garder !

Qu’il y ait des débats âpres sur les loups, les ours ou les lynx qui sont des animaux dangereux, qui s’en prennent potentiellement aux troupeaux, cela se comprend.

Mais pour les chèvres, faut-il vraiment en passer par les abattages répétés ?

N’y a-t-il pas de solution plus constructive ?

Les Anglais parviennent bien à garder dans les forêts de Exmoor et de Dartmoor des chèvres sauvages dont les habitants sont extrêmement fiers !

Pourtant, le sud de l’Angleterre est assez peuplé. Et la concurrence avec les automobilistes existe aussi. Si les Anglais parviennent à préserver leurs chèvres sauvages, sûrement les Français peuvent-ils le faire aussi !

Solidairement,

Julien

 

P.S. : Signez la pétition « Sauvez les chèvres de la côte bleue » et partagez cet article sur Facebook en cliquant ici.

P.P.S. : Vous voulez réagir à cet article ou évoquer votre ressenti ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Une fois de plus, les chèvres sauvages du massif de la Nerthe sont menacées. Ces chèvres font partie du patrimoine naturel de nos collines, il est inadmissible de vouloir leur disparition.

Aidez nous à les sauver, rejoignez notre cause et signez la pétition !

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

S’abonner
Notification pour
34 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Edith
1 année il y a

Normalement les abords des autoroutes sont sécurisés par des clôtures. Celle-ci a, il est vrai une configuration particulière due à sa geologie, mais il doit exister un moyen d’empêcher ces chèvres d’aller se promener sur l’autoroute. A la société d’autoroute de palier à se manque vu le prix du péage, mais ça…. L’éradication de ces pauvres bêtes est, bien sûr, pour les autorités, la meilleure solution et surtout la moins chère. C’est tout simplement scandaleux mais pas étonnant vu ceux qui nous gouvernent

Jean Vissaguet
1 année il y a

Olá, cette pétition est mal documenté !
Apparemment,il ne s’agit pas de chèvres du Rove?
Pour ce que j’en connaîs, ROVE est le nom d’une montagne, le nom d’un village, le nom d’une race de chèvre ( pas celle montrée sur la photo).
Les chèvres du Rove sont l’objet d’élevage pastoraliste, essentiellement entre les Baux de Provence et Cuges les Pins (Cf L’excellent livre bien documenté de Mayalen Zubilliaga sur « La Brousse du Rove ».
Il serait intéressant d’étudier la cohabitation de ses chèvres sauvages avec les chèvres d’élevage qui elles aussi parcourent les étendues sauvages pour se nourrir et contribuent aussi à l’entretien des territoires.
Qu’en disent les bergers ? ? ?

Boléro
1 année il y a

Pardon, je parlais de J.P. JAOUEN !

Boléro
1 année il y a

J’aimerais réagir par rapport au commentaire de Jean-Pierre JAOUREN !
Merci pour votre proposition !
Je trouve que ce serait une bonne idée de répartir des chèvres dans les montagnes et forêts de France pour qu’elles les « nettoient » et les protègent des incendies ravageurs de plus en plus fréquents et tôt dans l’année ! Elles pourraient y proliférer et se donner à cœur joie pour un débroussaillage massif ! Et du travail, elles en trouveraient dans nos forêts qui semblent souvent délaissées.

Boléro
1 année il y a

Bonjour ,
Merci pour toutes ces explications intéressantes et de pointer cette triste situation.
J’aimerais signaler qu’au niveau du Col de Saverne, dans le Bas-Rhin, en Alsace, cela fait plusieurs décennies qu’il existe une passerelle à gibier surplombant l’autoroute A4, permettant aux animaux de « traverser la route » sans se faire écraser ni provoquer d’accidents. Pourrait-ce être une solution pour vos braves bêtes ?
Je vous souhaite de trouver dans les meilleurs délais la solution la plus appropriée à votre problème.

ppn
1 année il y a

Cher Julien, chers signataires,

Je découvre avec émoi l’existence précieuse de ces chèvres sauvages, et je partage vos profondes convictions quant au monde que nous souhaitons créer. Toutefois, le texte de cette pétition ne nous informe pas vraiment sur ce qui s’est passé dans la Nerthe depuis 2011, année où la menace du préfet a été proférée, ni sur la nature des menaces (avérées ? ce n’est pas clair) qui pèsent sur ces animaux actuellement. Je souhaiterais en savoir plus sur ces points, afin de mieux comprendre qui seront les destinataires de cette pétition et en quoi cette dernière doit profiter à ces chevrettes libres.

Jean
1 année il y a

J’habite les htes Pyrénées et j’ai choisi les chèvres de rove pour entretenir mes bois et Landes car elles sont d’excellentes débroussailleuses sans abimer les arbres.. c’est stupéfiant à côté des autres races. J’en prendrais bien deux de plus.et
elles sont super gentilles.Les détruire serait un véritable scandale et ignominie…

Buschi
1 année il y a

Elles font partie de notre patrimoine animalier … il n’y a pas que la cathédrale de Paris !!!

Christian Waldmeyer
1 année il y a

Désolé ! Classer le lynx parmi les animaux dangereux est excessif, et amoindrit la pertinence de votre initiative, par ailleurs fort louable…

Jean-Michel
1 année il y a

D’accord pour les chèvres, il existe des solutions afin d’éviter un massacre programmé qui est souvent la signature des autorités pour régler les problèmes posés par les animaux. Par contre absolument pas d’accord concernant les débats sur les loups, ours, lynx qui sont des prédateurs naturels, absolument pas dangereux pour nous et qui sont essentiels à la biodiversité par leur action de régulation naturelle. Là aussi des solutions existent, notamment les mesures pour protéger les troupeaux.

Calandrelles
1 année il y a

Bonjour,
Vouloir sauver les chèvres du Rove, pourquoi pas ?
Mais pourquoi stigmatiser les loups, les ours et les lynx en prétendant ,à tors , qu’ils seraient dangereux ?Ce type de remarque nous renvoit au moyen âge.
N’ont-ils pas le droit de vivre au même titre que les chèvres? Pour vous le vivent aurait-il deux faces?
Je m’apprêtais à signer votre pétition mais je m’abstiendrai.

Philippe R
1 année il y a

Excellent article. Néanmoins, avant d’employer des termes aussi radicaux qu’éradication, il serait bon d’avoir une idée de ce que représente l’abattage de 60 chèvres par rapport à la totalité du cheptel.

Cécile
1 année il y a

Ne devraient signer cette pétition que ceux qui ne roulent jamais sur autoroute et qui ne consomment jamais de viande ! Je suis dans ces deux cas mais ne signe pas cette pétition car vos pétitions sont toujours teintées de haine et de revendications. Agissez plutôt positivement au lieu de brandir sans cesse vos « revendications« .

Hélène
1 année il y a

Bonjour, je viens de lire votre article et je soutiens cette pétition. Nous perdons effectivement le lien avec la nature. Or il est indispensable, nous faisons partie de cette nature. Comme vous le dites, il est possible de concilier la vie humaine et celle des animaux, Soyons nombreux à défendre notre planète, il en va de notre survie. Merci pour votre travail.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

34
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x