Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

Le cargo fait du kitesurf !

Alors que nous avons eu, en Europe, un automne particulièrement doux, de plus en plus d’acteurs économiques s’engagent en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique.

Chacun se sert de ses compétences pour développer des solutions adaptées à ce défi.

Si la sobriété énergétique et même économique est une réponse aux enjeux écologiques, la question demeure : comment limiter les effets négatifs de la part d’activité humaine nécessaire au bien-être de tous ?

Par exemple, une grande partie des besoins humains en énergie, en vêtements, en nourriture, en matières premières et en bien de consommation s’appuient sur le transport maritime.

 

Un secteur incontournable du commerce mondial

Aujourd’hui, 90% du transport mondial se fait par mer. (1)

Cela représente 9,1 milliards de tonnes de marchandises solides, liquides ou même gazeuses, charriées par des cargos, des navires-citernes, des vraquiers, des navires frigorifiques ou encore des rouliers. Ces derniers transportent des véhicules. (2)

Les vraquiers, eux, sont aussi appelés “les chevaux de traits” des mers. Ils transportent tout ce qui est en vrac. (3)

Il existe aussi de nombreux navires spécialisés dont le nom rappelle le produit qu’il transporte : les pétroliers, les méthaniers, les chimiquiers, les huiliers, les bitumiers et pour le vin ? (4) Les pinardiers bien sûr ! (5)

En tout, près de 75 000 navires marchands sillonnent les mers (6) dont 53 000 dépassent les 1000 ums, qui est l’unité de tonnage internationale. (7) Ce sont de très grands navires.

Et ces chiffres augmentent d’année en année. Malgré le ralentissement économique mondial, les experts du secteur prévoient qu’en 2025, la barre des 80 000 navires sera franchie. (7)

En 2021, cette flotte mondiale émet 950 millions de tonnes de CO2 par an. Cela représente 3% des émissions de gaz à effet de serre. Si ce secteur économique était un pays, il serait le 6e émetteur de gaz à effet de serre du monde; (8)

 

Un kitesurf pour tous ? C’est le défi Parlier !

Imaginez que toutes ces nefs plus ou moins grandes soient dotées d’une grand-voile…

C’est le défi fou que souhaite réaliser la société Beyond de sea, une start-up française – malgré son nom anglais – située dans le bassin d’Arcachon.

Le créateur de cette entreprise s’appelle Yves Parlier. Si vous vous intéressez à la voile, vous le connaissez sûrement. (9)

En 1985, Il remporte à 24 ans la Mini Transat sur son propre bateau. Ce dernier est équipé d’un mât en carbone : une innovation à l’époque !

Yves Parlier a ensuite participé à de nombreuses compétitions. Il gagne la course du Solitaire du Figaro en 1991, puis la transat anglaise en 1992.

Il remporte en 1994 la Transat-Jacques Vabre et participe plusieurs fois au Vendée Globe.

Son expérience de marin est magnifique.

Il partage avec son fils, Nicolas, l’amour de la mer. Mais c’est en kitesurf que celui-ci s’est distingué. Il a été quatre fois champion du monde de la discipline !

Cela a dû donner des idées à son père !

En 2014, Yves Parlier lance le projet Beyond the sea dans le but de métamorphoser le commerce maritime mondial afin de répondre au défi écologique.

Son idée : équiper les navires de transport d’un kite ou voile de cerf volant. (8)

La voile carré ne tire plus une planche mais un immense navire.

Le fret maritime est l’un des plus grands émetteurs de CO2.

Si ce secteur était un pays, il serait le 6e plus gros pollueur mondial !

L’Organisation maritime internationale vise une diminution de moitié des émissions d’ici à 2050.

Mais en réalité, les navires risquent plutôt de multiplier ces émissions par deux, en raison de l’augmentation constante des volumes de fret !

Nous devons accélérer MAINTENANT la transition énergétique du transport maritime !

POUR un transport maritime responsable, durable et neutre en émissions de CO2, signez la pétition !

Beyond the sea un projet soutenu par les investisseurs

Pour réussir son projet, le marin-ingénieur s’est donné les moyens de ses ambitions.

Il a réuni une équipe compétente d’ingénieurs et de techniciens, tous amoureux de la mer.

La région Nouvelle Aquitaine les soutient depuis le début.

En 2021, la société a reçu un million d’euros d’un groupe d’investissement appelé Time for the planet. (10)

Là aussi, en dépit de son nom, il s’agit d’une société française.

Ces projets ayant une vocation internationale, il est du reste compréhensible que des noms anglais aient été choisis.

Time for the Planet a été créé par de jeunes financiers, basés à Lyon, qui ont décidé, eux-aussi, de mettre leurs compétences au service de la lutte contre le réchauffement climatique.

Ils ont créé un fond d’investissement destiné à soutenir 100 projets innovants qui pourraient révolutionner le monde. En trois ans, ils sont parvenus à lever 12 millions d’euros.

Et ils ont été convaincus par le travail d’Yves Parlier et son équipe.

 

Objectif : faire baisser les émissions de gaz à effet de serre du transport maritime

D’après les promoteurs du projet, les “kites” ou voiles de cerf-volant permettraient de faire économiser 20 à 30% de carburant aux navires de transport. (8)

Si l’ensemble de la flotte mondiale en était équipée, près de 300 millions de tonnes de CO2 ne seraient pas émises par les bateaux.

Le projet serait donc économique pour les armateurs et écologique pour tous.

Le dispositif peut équiper également les navires de pêche ou les grands bateaux de plaisance.

Il est conçu pour être facile et rapide à installer. Ainsi, le bateau n’est pas immobilisé trop longtemps.

L’intérêt de cette voile inspirée du kitesurf mais dont la taille est tout de même adaptée aux gros navires est qu’elle se règle facilement.

Le navire utilisateur peut varier les angles et ainsi optimiser la prise au vent.

 

Un catamaran pour commencer

Pour l’instant, Beyond the Sea en est à la phase d’essai. (11)

Et c’est sur un catamaran, baptisé SeaKite que les essais ont été réalisés le 1er novembre 2022.

Les premières ailes sont de 25 et 50m2.

4 modes différents sont disponibles : drapeau, bird, statique et dynamique.

Espérons que cette phase d’expérimentation permettra bientôt d’équiper des navires bien plus grands.

En attendant, que faut-il souhaiter à ce projet ?

Eh oui. Bon vent !

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

P.S.S. : Cliquez ici pour consulter la pétition écrite par l’un des membres de notre communauté liée à cet article.

P.S.S.S. : Cliquez ici pour partager cet article sur Facebook.

Le fret maritime est l’un des plus grands émetteurs de CO2. 

Si ce secteur était un pays, il serait le 6e plus gros pollueur mondial !

L’Organisation maritime internationale vise une diminution de moitié des émissions d’ici à 2050.

Mais en réalité, les navires risquent plutôt de multiplier ces émissions par deux, en raison de l’augmentation constante des volumes de fret ! 

Nous devons accélérer MAINTENANT la transition énergétique du transport maritime !

POUR un transport maritime responsable, durable et neutre en émissions de CO2, signez la pétition !

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Références 

  1. https://www.planetoscope.com/Mobilite/1835-.html
  2. https://unctad.org/system/files/official-document/rmt2020_en.pdf
  3. https://www.lantenne.com/Les-vraquiers-chevaux-de-trait-des-mers_a14061.html
  4. https://www.qualitairsea.com/newsroom/guide-du-transport-international/articles/quel-navire-pour-quelle-marchandise
  5. https://le-pinardier.com/a-propos/
  6. https://www.journalmarinemarchande.eu/filinfo/la-flotte-mondiale-augmentera-de-64-ces-cinq-prochaines-annees
  7. http://infomaritime.eu/index.php/2021/08/22/top-15-shipowning-countries/
  8. https://beyond-the-sea.com/
  9. https://beyond-the-sea.com/yves-parlier/
  10. https://www.join-time.com/fr/innovations/125-beyond-the-sea
  11. https://beyond-the-sea.com/seakite/
S’abonner
Notification pour

17 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sylvain GOGOIS
1 mois il y a

Mieux vaut prendre le mal à la racine: Reconstruire le tissu industriel pour fabriquer des produits de qualité et durables. Le reste, c’est du « Greenwashing » pour continuer la course aux profits en délocalisant les productions pour faire plus de profits en exploitant des esclaves à l’autre bout du monde.

1 mois il y a

Depuis l’antiquité la Marine toutes catégories d’embarcations a été à voile !
On a tous les moyens techniques pour reprendre le flambeau et le Kite est le moins coûteux et le plus performant, alors pourquoi attendre ???Jacques VERNIN

Bahr
1 mois il y a

C’est un très bon projet, mais on pourrait aussi consommer local.
Mireille

Annie
1 mois il y a

Soyons enfin fiers de ce qui est français et donnons lui un nom français !!!

DOLLEANS
1 mois il y a

Très bon article, une fois de plus.
Oui, il y a plusieurs projets ce type pour utiliser l’énergie du vent pour le transport maritime, il faut les soutenir.
Merci de votre action

François
1 mois il y a

Article très intéressant Julien, et j’avais déjà lu à ce sujet il y a quelques mois.
Mais en préambule, je crois que le postulat de départ du réchauffement climatique n’est qu’une idéologie promue par un organisme politique (le GIEC) n’ayant aucune expertise sinon celle de s’appuyer sur des modèles mathématiques avec des variables et paramètres erronés (de la même façon que les modèles mathématique sortis de l’institut John Hopkins qui ont motivé la fermeture de la planète durant le Virus chinois issu de l’accouplement d’un pangolin et d’une chauve souris), cette idéologie ne présente aucun consens et en tout cas pas scientifique le consensus et le science ne faisant pas bon ménage, et pour finir il n’y a aucun élément factuel démontrant un quelconque réchauffement climatique, sinon que la température moyenne sur la planète à augmenté de 0,3 ° sur les 50 dernières années, et que la calotte glacière en arctique a battu un record d’épaisseur cet automne… Mais chut faut pas le dire ! Quant au blabla sur le CO2 qui nous est servi par les mondialistes progressistes, les vrais scientifiques non corrompus et sans conflits d’intérêts déclarent que l’évolution du taux de CO2 au travers des siècles n’a aucun lien avec l’évolution du climat. Sujet à creuser pour un futur article ?
Revenons à la pollution du transport maritime ; je suis entièrement d’accord avec toi, mais je doute qu’une voile de kite même surdimensionnée puisse propulsée un cargo ou un pétrolier 24/24h (de la même façon que les moulins à vent qu’on nous impose n’ont une efficacité réelle que de 25% et le reste du temps il faut une centrale au gaz ou charbon pour produire l’électricité).
Je pense qu’il faut plutôt revoir nos modes de consommation, relocaliser au maximum, et pour ce qui est du transport des énergies, demander aux US d’arrêter de saboter les gazoducs et oléoducs dans cette guerre économique absurde qu’ils mènent contre nous.
Si Beyond the Sea fonctionne tant mieux, mais je doute que ce soit à court terme, et je pense qu’il vaut mieux commencer par revoir nos modes de consommation pour réduire le transport maritime, imposer une réglementation internationale intransigeante sur les normes de pollution atmosphérique plutôt que le laxisme actuel, et enfin contraindre l’ensemble des vaisseaux à s’équiper de filtres à particules.
Ce sera beaucoup plus efficace que de nous faire rouler avec des voitures électriques au bilan carbone certes un peu meilleur qu’un moteur thermique, mais si on doit recharger la batterie avec de l’électricité produite par une centrale à gaz ou au charbon, alors ça devient une absurdité…
François

Flash
1 mois il y a
Répondre à  François

Profondément d’accord avec votre commentaire !

Mera
1 mois il y a
Répondre à  François

Pas d’accord.quand la mer et océan sont démontés voir les tempêtes tout le chargement ou presque ce retrouve à l’eau.alors !!

1 mois il y a

Quelle merveille d’équiper des navires qui mettront une journée de moins à livrer les pays consommateurs et dépenseront toujours autant d’énergie fossile !!!

Bernard
1 mois il y a

Changement climatique par effet de serre au CO2 = escroquerie intellectuelle jamais démontrée.

pierre puiseux
1 mois il y a

Je ne vais certainement pas dénigrer Parlier, ses compétences et ses qualités humaines, de marin, …
Je tiens à vous signaler l’entreprise Airseas, travaillant sur un projet analogue, exclusivement français, depuis 2015 je crois. Airseas est une émanation de Airbus.
Elle fait appel à la société Nervures pour la partie voilure.
Nervures est une entreprise de conception et fabrication de parapentes, travaillant exclusivement en France à Soulom (Hautes-Pyrénées).
Il me semble qu’ils sont plutôt en avance sur Parlier, puisqu’ils fabriquent actuellement des voiles de 250 m2, et que les premières traversées de l’Atlantique ont déjà été réalisées.
Je vous laisse explorer les deux projets, ce serait un travail de journaliste consciencieux de comparer leur état d’avancement.

1 mois il y a

Je partage le commentaire de Pauline, réduire la production de 50% en supprimant l’obsolescence programmée, les variations du même produit, la fausse concurrence (même actionnaire ou fond) qui induit des surproductions pour faire baisser les prix, une taxe vient d’être mise en place sur le transport en Europe « enfin ». Les productions actuelles devraient durer 4-5 fois plus longtemps, rallonger la durée de garantie de 3 fois.
Tout est possible, mais les gouvernements ne veulent pas toucher aux revenus du capital, on aide les constructeurs de voitures électriques (1 milliard pour 2022), mais qu’en est-il de l’isolation de l’habitat…
https://lejustenecessaire.wordpress.com/2022/04/06/le-neoliberalisme-detruit-lecologie-pour-leconomie/
Les gouvernements ne gèrent absolument pas le problème social que va poser le rationnement de l’énergie. Les marchés boursiers s’envolent et les gouvernements ne régulent rien, laissant la spéculation gonfler la bulle boursière.

Yann
1 mois il y a
Pauline
1 mois il y a

Bonjour, peut-être est-ce une idée intéressante, mais franchement, il existe une solution plus simple afin d’accélérer la transition écologique du transport maritime : réduire drastiquement notre consommation. On peut même y ajouter deux autres solutions : relocaliser et se détourner raisonnablement du capitalisme en abandonnant le superflu…

Annie
1 mois il y a
Répondre à  Pauline

Relocaliser OUI mais qu’est ce que le superflu ? Il faut relancer la recherche par des études ambitieuses et refaire de la France un pays qui exporte et non qui pleure pour avoir des médicaments, des combustibles…

1 mois il y a

Bonjour, félicitations pour ce projet ambitieux, j’ai créé une plateforme de crowdfunding « meshgroup.fr » et serais ravi de pouvoir conjuguer vos efforts avec les miens pour des levées de fonds adaptées.
Je reste à votre écoute.
Bien cordialement
MICHEL BORDET

Thomas
1 mois il y a

Merci pour cet article. Pour information, il existe d’autres sociétés qui développent ce type de cargo à voile. Voir par exemple Zéphyr & Borée : et si on utilisait le vent de nouveau ? (zephyretboree.com)
De belles initiatives qui vont dans le bon sens.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

17
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x