Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
lin

Textiles : le lin peut-il remplacer le pétrole ?

Dans les années 60, on disait que la France n’avait pas de pétrole mais des idées.

Et en effet, le pays a exploré différents moyens de produire de l’énergie notamment via les centrales hydrauliques ou marémotrices et le nucléaire.

Aujourd’hui, il est d’autres domaines où l’on peut – et l’on devrait – se passer du pétrole.

C’est le cas par exemple du textile.

Dans ce secteur, je ne sais pas si nous avons encore des idées – sûrement – mais en tout cas, nous avons du lin.

L’Europe assure 85% de la production mondiale de lin 

Le Nord de la France, la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne disposent de vastes champs de lin. Et c’est une ressource qui vaut de l’or ! (ou du pétrole !) (1)

Ces agriculteurs sont les leaders mondiaux du lin. Les Etats-Unis en produisent également dans le Dakota du Nord.

Il y a un savoir-faire et une maîtrise de la filière en Europe qui méritent à l’évidence d’être mis en avant et développés.

Et pourtant, encore aujourd’hui, les fibres synthétiques représentent plus de 75% du marché des textiles ! (2)

Et la part du synthétique (donc du pétrole), n’a fait qu’augmenter depuis les années 60 !

Il y a urgence à relancer les filières naturelles pour les tissus, les vêtements et les sacs !

Du pétrole aux fibres synthétiques et aux plastiques : quelques éléments de contexte 

Le baril, standard de référence, contient 159 litres de pétrole brut.

La partie la plus lourde sert à faire du coke, un combustible industriel, de l’asphalte et du mazout. (3)

La grande majorité du baril est raffiné pour devenir du carburant : gazole, essence et kérosène ou des gaz plus ou moins légers. (3)

Et une petite partie (4 litres) sert de “bases pétrochimiques » dont on fait le plastique et les fibres synthétiques. Les deux sont très proches. (4)

Cette “petite” partie représenterait en volume 380 millions de litres de pétrole destinés à la production des plastiques et des fibres synthétiques.

Ces plastiques servent à 45% pour faire des emballages. (3)

Ils servent aussi dans le BTP, l’automobile, l’ameublement et les biens de consommation à commencer par les smartphones, les jouets, les vêtements ou les sacs de courses.

Tous ces plastiques, y compris les fibres synthétiques, polluent les villes, les rivières et les océans.

Ils tuent de nombreux animaux marins et se transforment en microplastiques lorsqu’ils se désagrègent dans la nature. Ces derniers deviennent de dangereux perturbateurs endocriniens qui menacent la santé des animaux et des humains.

Bref, ces 4 litres de votre baril de 159 litres n’ont rien d’anodin !

Quelles pistes pour sortir des plastiques et des fibres synthétiques ? 

Un certain nombre de fibres végétales permettrait de sortir du pétrole et du plastique, notamment celles du chanvre et du lin.

Le chanvre pourrait être utile dans les domaines du BTP avec par exemple le béton de chanvre (6).

Il permettrait de remplacer la plupart des objets en plastique dur.

La fibre de chanvre sert aussi de plus en plus pour l’isolation. C’est le cas dans le monde automobile par exemple. Les voitures Peugeot intégreraient désormais toutes des éléments en chanvre. (6,7)

Le chanvre pourrait aussi servir dans le secteur textile (6,7) même si le lin a peut-être un peu d’avance dans ce domaine.

Et le coton me direz-vous ? 

Le coton est également une fibre naturelle.

Mais elle présente trois grands inconvénients du point de vue européen :

1/ l’Europe ne produit pas ou peu de coton, il faut donc l’importer, ce qui implique une pollution supplémentaire liée au transport. Il y en a bien un peu en Grèce, en Espagne et en Bulgarie mais c’est bien insuffisant pour couvrir le marché européen. (8)

Il faudrait donc faire venir du coton d’Inde ou des Etats-Unis.

2/ Le coton demande énormément d’eau. Ainsi, même bio, le coton n’est pas tellement écologique. Par ailleurs, des vêtements en coton s’usent plus vite que ceux en lin. (9)

3/ En culture conventionnelle, le lin demande peu de pesticides et le passage au bio serait probablement plus aisé pour les agriculteurs.

C’est donc sur le lin que la France et l’Europe doivent miser, d’autant qu’il existe déjà une filière de production de qualité.

Le lin, filière d’avenir 

À l’heure où l’on essaye de réconcilier problématiques écologiques, économiques et sociales, il faut s’intéresser au lin.

Sincèrement, la majorité de nos vêtements devraient être faits en lin. Et pour compléter la garde-robe on pourrait ajouter un peu de laine et de coton.

Le cuir, dont le tannage est très polluant, devrait être ultra-minoritaire et les fibres synthétiques devraient disparaître.

Le lin est 100% renouvelable. Il stocke le carbone. Il est produit en Europe sans OGM ni défoliant. (9,10,11)

C’est par ailleurs une plante qui ne consomme pas plus d’eau que ce que lui donne le ciel sous lequel elle se trouve cultivée.

Le liniculteur passe le relai au teilleur 

L’agriculteur qui cultive la plante s’appelle le liniculteur. Il livre le lin par balles au teilleur.

Ce dernier sépare les graines des pailles. C’est une opération mécanique qui s’appelle le teillage. Elle est aujourd’hui faite par des machines.

Dans un deuxième temps, le teilleur sépare les fibres de la paille et les fibres entre elles.

Il obtient des fibres longues appelées filasses ou courtes ou étoupes.

Les filasses doivent ensuite passer par l’étape du peignage puis de la filature avant de devenir un textile.

C’est un procédé technique qui repose sur un savoir-faire précis.

Et en France, toutes ces étapes sont parfaitement maîtrisées !

Voilà des emplois locaux pour aujourd’hui et pour demain !

En revanche, une partie de la transformation se ferait aussi en Chine.(12) C’est là que devraient intervenir les responsables politiques afin de garantir l’existence d’une filière 100% locale. (12)

Enfin, avec le lin on ne fait pas que des textiles : il existe de nombreux sous-produits.

Un hectare de lin permettrait de produire :

  • 6,4 tonnes de paille brute ;
  • 1300 kg de fibres longues qui serviront à faire des vêtements, des draps, des dessus de lit, des rideaux, etc.
  • 650 kg de fibres courtes appelées étoupes ;
  • 3200 kg d’anas ou brisures de paille
  • 640 kg de graines;
  • 320 kg de paillettes.

Les sous-produits du lin 

Les graines d’abord peuvent être consommées directement par les consommateurs.

Elles sont riches en acides gras oméga 3 et oméga 6 et constituent un excellent aliment santé ! (13)

Elles peuvent aussi être données aux poules pour produire des œufs riches en oméga 3.

Avec ces graines, on fait également de l’huile :

  • alimentaire : c’est un excellent complément pour vos assaisonnements (14) ;
  • industrielle : elle sert notamment aux peintures. (15)

Enfin, les graines peuvent être données aux poules pour produire des œufs riches en oméga 3.

Tous les déchets de paille (anas, paillettes, etc.) servent à faire des tissus plus épais qui permettent de faire des tissus muraux ou des sacs de postes entre autres choses.

Du lin en hiver 

Vous voudrez peut-être m’ôter mon enthousiasme pour le lin vestimentaire en me disant que c’est un tissus d’été.

Et vous avez raison, du moins en partie.

Le lin est une matière naturelle thermorégulatrice.

Cela la rend très agréable l’été parce qu’elle permet de survivre dans un climat chaud, voire tropical sans étouffer.

Mais elle permet aussi lorsqu’il le faut de conserver la chaleur.

Il existe donc des robes, des chemises et des pulls en lin pour l’hiver ! (16)

Des “sacs totes” en lin ? 

Et voici ma dernière trouvaille concernant le lin.

Depuis quelques années on parle beaucoup des sacs totes. L’expression vient de “tote bag” en anglais.

Le verbe “To tote” en anglais veut dire trimbaler. Ce sont des sacs avec deux grandes anses que l’on peut tenir à la main ou à l’épaule.

Ils sont souvent en coton.

Mais ils feraient bien mieux d’être en lin !

Voilà une solution utile et durable pour remplacer les sacs plastiques, dont j’espère que d’ici 5 ans plus personne ne parlera…

Est-ce possible ?

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

S’abonner
Notification pour
161 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
2 mois il y a

entièrement d’accord
j’utilise encore des draps en lin de ma mère qui sont super surtout en été.

bitard
2 mois il y a

TRèS INTÉRESSANT, UN BEL AVENIR POUR L’EUROPE…

Girard
2 mois il y a

Absolument passionnant et très instructif. De nouveaux défis que nos politiques feraient bien d’étudier.

Annette
2 mois il y a

Idée géniale ! Il ne reste qu’à passer à l’acte.

2 mois il y a

Ne serait-ce que dormir dans des draps en lin est un vrai bonheur ! Les graines de lin m’ont définitivement débarrassées de mes maux d’intestin, le fil de lin est extrêmement résistant et je porte des chaussettes en lin l’été car le pied s’y sent parfaitement bien. Vive le lin !

saintx18
2 mois il y a

Article intéressant , mais un peu utopique pour plusieurs raisons:

Le lin à fibre ne peut pas être cultivé sur tout le territoire Français pour des raisons climatiques, ce qui limite la production , comme l’écrit un intervenant, à une bande côtière de la Normandie au Pas de Calais . Deuxièmement, il faut distinguer le lin à fibre du lin à graine; pour le premier, seule la fibre est transformable, pour le deuxième seule la graine
est utilisable, car sa tige ne mesure que 10 à 15cm de hauteur .Le lin à fibre a besoin de beaucoup d’eau pour se développer (1000 à 1200 mm ), c’est pourquoi il ne peut être
produit que dans les régions actuelles .De plus , avec le changement climatique, la zone de culture se rétrécit . Malheureusement , il ne sera toujours qu’une production marginale .Par contre , le chanvre peut connaître un développement futur, avec les hausses du prix du pétrole, notamment pour l’isolation et les emballages . Mais , ces développements doivent
être le fruit d’une véritable volonté politique, car ils nécessitent des programmes de recherche importants .La même question se pose pour l’éthanol, biocarburant pour les véhicules qui pourrait être produit sur les 4% de surface que la Commission Européenne
interdit de cultiver tous les ans , pour des raisons soi-disant écologiques (au Brésil, 90% des véhicules fonctionnent à l’éthanol, carburant très peu polluant pour l’atmosphère )
Il faut réfléchir à une écologie positive !!!! et non que de décider des interdictions et des taxations qui ne servent que le budget général

Marti
2 mois il y a

Très intéressant. Pourquoi pas faire une pétition pour que le parlement fasse une loi pour encourager l’usage du lin ?

Fred Banewitz
2 mois il y a

Ah! Voici enfin une bonne nouvelle!… Ce grand chaos qui menace le monde entier sera-t’il le ferment d’un retour aux fondamentaux, aux vraies valeurs, à la Terre Féconde et aux (multiples) alternatives sages et saines?? Il est temps de revoir nos copies et de remettre au jour les valeurs de la « sobriété heureuse » que prônait le regretté Pierre Rabhi…
Le lin est un de ces cadeaux de la nature dont il faut retrouver toutes les qualités…face au nylon, il n’y a pas photo!!!

Etienne Guédon
2 mois il y a

Oui, le lin +++ et pour de la confection en France, sans l’exporter très loin à l’étranger. Merci.

Guy
2 mois il y a

Oui, très intéressant le Lin comme le bambou, pas de pesticides et agréable à porter. Peut être un bémol pour le repassage si c est une chemise mais mélangé pour cet article ça peut le faire. Où en acheter car dans le commerce c est coton ou synthétique !

Christine
2 mois il y a

Merci pour cet article bien complet

JPM
2 mois il y a

On réinvente ce que l’on connaissait déjà et c’est tant mieux, car non seulement cette filière maîtrisée a 100% en France aura un impact économique, biens sur, dans de nombreuses applications, mais également écologique, car tout ce qui peut réduire drastiquement la production de plastique et donc les produits fossiles est le bienvenu. Si bien sur, nos technocons, pardon nos technocrates sont écarté de cette filière, car en 2 ans il faudra acheter le lin ailleurs, comme dirait Coluche.

Otto
2 mois il y a

Très pertinent, mais ne pas oublier le bambou et le chanvre qui eux aussi peuvent remplacer plastiques et coton à moindre couts (économiques et environnementales).
Les 3 sont complémentaires et permettre de couvrir un très large spectre des besoins !!!

chris
2 mois il y a

du lin oui, mais sans culture intensive, dans le respect de la biodiversité, sans pesticide et engrais synthétique.

Marie Françoise RASPATI
2 mois il y a

Article très intéressant. Je ne connaissais pas toutes ces utilisations du lin. Valorisons le lin français. Les couettes en lin sont très agréables. .. ainsi que chemises … robes …

Patricia Allorant
2 mois il y a

Exposé très intéressant et très complet. C’est un produit « miracle » ! Les vêtements en lin sont les plus agréables à porter, le linge de maison à une durée de vie incroyable, il y avait d’autres utilisations que je ne connaissais pas.
un petit oubli cependant : le lin sert aussi dans la fabrication d’un très beau papier mais malheureusement de luxe…(pour arts graphiques) fabrication française !

Patrick Dingreville
2 mois il y a

Totalement d’accord !!!
Du bon sens pour l’humanité ….!

Tonton Georges
2 mois il y a

Pourquoi faut-il toujours une crise pour se mettre à réfléchir aux solutions? Si nous excellons dans ce domaine pourquoi ne pas soutenir cette filière? Ou bien préfèrera-t-on la céder à quelque groupe de capitalistes étranger?

Terrien
2 mois il y a

Si seulement… vu l’émission de fr3 sur les ouvrières du textile (depuis le XIXe s.) qui finit sur une actuelle entreprise de tissage de lin qui ‘saccroche’…

DUBIEZ Martine
2 mois il y a

Merci pour votre article sur le lin et les fibres synthétiques. Que cela se sache et que nous allions dans le sens des fibres naturelles qui ont tant de qualités à nous offrir, qu’elles soient végétales (lin, ortie, chanvre…) ou animales (laine, soie). A suivre!

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

161
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x