Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
pollution-numerique

La pollution numérique : une oubliée de taille du débat politique

Pas un jour ne passe sans que vous ne receviez un mail sur votre ordinateur ou une notification sur votre téléphone vous expliquant à quel point votre vie est en danger face au réchauffement climatique.

Si vous n’aviez ni téléphone, ni ordinateur et si tous les habitants de la terre étaient comme vous, cela aurait deux conséquences :

1/ Vous ne pourriez pas recevoir ce genre de messages ;
2/ Il y aurait moins de pollution numérique.

Rassurez-vous, je ne dis pas cela pour vous donner mauvaise conscience.

Car je suis comme vous, équipé comme il se doit pour participer à la vie active et citoyenne du XXIe siècle.

En revanche, jusqu’à récemment, j’ignorais à quel point il était temps de prendre conscience des effets de la pollution numérique sur notre environnement.

Qu’est-ce que la pollution numérique ?

Cette notion a été étudiée de près par un cabinet d’experts appelé Green It. (1)

Elle correspond aux effets sur l’environnement de la fabrication et de l’usage des produits électroniques.

La société Green It travaille auprès d’associations et d’entreprises.

Elle les aide à faire baisser leurs émissions de gaz à effet de serre, notamment de CO2.

Ces experts intègrent dans la notion de pollution numérique :

  • la fabrication des objets électroniques ce qui comprend les smartphones, les tablettes mais aussi tout le matériel connecté par exemple dans les maisons ou les voitures ;
  • l’utilisation de ressources naturelles comme les minerais, la terre excavée pour l’extraction de ces minerais, l’eau ou encore l’énergie nécessaire à ces opérations.
  • le réchauffement climatique ;
  • le stockage des données et les centres informatiques ;
  • l’infrastructure et les réseaux de téléphonie.

Le cabinet Green It publie régulièrement un rapport sur la pollution numérique au bureau.

Le plus récent est sorti le 1er novembre 2021. (2)

D’après cette étude, la pollution numérique au bureau est liée :

  • aux utilisateurs de matériel numérique ;
  • aux services informatiques des entreprises et institutions ;
  • à l’infrastructure générale développée pour le numérique.

Une pollution en constante augmentation

Le secteur du numérique est l’un des rares à être en croissance constante depuis près de 20 ans. (3)

En 2021, le secteur numérique représente plus de 4 milliards d’utilisateurs et 34 milliards d’appareils. Il serait à l’origine de 2 à 4% des émissions à effet de serre dans le monde. (4,5)

Il s’est du reste immiscé dans tous les secteurs de la vie moderne avec les objets connectés.

Ces objets se retrouvent dans le milieu médical ou domestique.

En tout, l’empreinte carbone du numérique en France serait 5 fois supérieure à celle du parc automobile français, qui comprend près de 40 millions de véhicules. (4,6)

Cette tendance devrait être confirmée dans les années qui viennent. La pollution numérique pourrait doubler voire tripler.

Je vous donne un exemple : les objets connectés ne représentent aujourd’hui que 1% de la pollution numérique. En 2025, ils pourraient représenter entre 18 et 23% de cette dernière. (4)

Les recommandations de Green It

D’après l’étude du cabinet d’experts, trois actions simples sont très efficaces au bureau (2) :

  • réduire le taux d’équipement par travailleur en évitant notamment l’utilisation d’un 2e écran ;
  • allonger la durée de vie du matériel ;
  • développer le télétravail des collaborateurs des départements d’informatique.

Green It ajoute 2 autres pistes :

  • privilégier l’utilisation du papier recyclé labellisés FSC ;
  • réduire les besoins en refroidissement des salles informatiques.

Une loi votée en France sur le sujet

En France, les responsables politiques ont pris la mesure du problème.

Un texte destiné à verdir le secteur du numérique a été voté le 2 novembre 2021 par le Parlement. (5,7)

Ce texte est venu d’un constat établi par une mission d’information sénatoriale sur la pollution numérique.

Les mesures proposées visent notamment à:

  • renforcer le réemploi et le recyclage des appareils numériques ;
  • mieux encadrer l’activité des centres de données en matière environnementale ;
  • encadrer la fabrication et l’utilisation des box.

Il est possible que ces mesures aient un effet mais elles restent limitées.

Elles ne correspondent pas à une véritable politique de réduction de la pollution numérique que ce soit au bureau ou à la maison.

Des Français conscients du problème

Le sénateur ayant porté le projet s’en désole lui-même. Patrick Chaize estime que c’est du “gâchis”. (7)

Disons que c’est un premier pas timide.

C’est un peu dommage parce que les Français semblent disposés à agir sur la question.

8 Français sur 10 se disent prêts à acheter des appareils d’occasion. (8)

Ils seraient par ailleurs 2 Français sur 3 à être prêts à modérer le visionnage en ligne de vidéos. (8)

En dépit de ces déclarations, il n’y aurait toutefois pas de vraie évolution des comportements des consommateurs de vidéos.

Pour l’instant, après avoir beaucoup augmenté ces dernières années, la consommation de vidéo sur Internet a tendance à stagner.

Or, le streaming constituerait l’un des points noirs de la pollution numérique. Cela concernerait notamment la consommation de pornographie en ligne. (8)

Comment les responsables politiques pourraient-ils aller plus loin ?

Voici quelques idées :

  • Utiliser les centres de données pour réchauffer l’eau utilisée dans les bureaux ou les habitations ;
  • Baisser voire supprimer la TVA pour les biens numériques achetés d’occasion ;
  • Développer une filière de production de matériel informatique en France ou en Europe : cela éviterait d’importer l’essentiel de ces biens d’Asie du Sud-Est ;
  • Rendre payant l’accès aux sites pour adultes ;
  • Investir dans la recherche pour développer l’usage de matériaux moins polluants dans l’informatique comme le magnésium au lieu du lithium, ou le plastique de chanvre au lieu du plastique de pétrole ;

Et vous quelles sont vos idées pour lutter contre la pollution numérique ?

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

S’abonner
Notification pour
82 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Bagnasco Martine
5 mois il y a

J’ai pris conscience de la pollution numérique. par exemple que deviennent les milliards de mail mis dans la poubelle, lorsqu’on a vidé celle ci? idem pour les sms, mms supprimés où atterrissent ils? tout cela m’intrigue pouvez vous y répondre? Merci d’avance

Solange
5 mois il y a

A mon niveau, je peux effacer les mails dont je n’ai plus besoin. Je peux aussi fermer si possible « les fenêtres » de programmes en cours…

philippe grandpierre
5 mois il y a

beaucoup de personnes et notamment les jeunes passent leur temps sur leur smartphone !
hormis le fait que leur cerveau se ramollisse réellement, les flux d’informations explosent !
le responsabilité de tous est en cause . parents, que faites vous ?

XAVIER BLIN
5 mois il y a

Pourquoi pas une taxe (une sorte de TVA) sur tous les mails et SMS (pièces jointes) émis qu’il s’agisse au départ de particuliers par le biais des FAI ou d’entreprises. Ce ne pourrait être qu’une mesure internationale (pour taxer tous les éméteurs difficile à faire passer.

daubigney bernard
5 mois il y a

1-je pense que le réchauffement climatique n’est pas dû à l’activité humaine
2-le CO2 n’est pas dangereux et est nécessaire pour la photosynthèse ( voir les climato-réalistes)
3-le plus grand pollueur idéologique à combattre sans retenue est le mondialisme: giecc, oms, schwabb, bill gates, soros et consorts

CAUX
5 mois il y a

La société est victime de ses inventions, de ses pulsions et de la surconsommation de futilités éphémères. Mon épouse et moi, nous sommes étanches à toutes formes de publicités; nous vivons avec le STRICT nécessaire et ne produisons que très très peu de déchets. Les générations suivantes ne pourront pas nous accuser. Nous persistons à dire que nous pouvons vivre décemment à cinq adultes avec 1000 euros/mois et HEUREUX en ville, en famille, sans téléphone-portable, sans voiture et sans gilet jaune (avec éventuellement un jardin de 500 m2 cultivé en permaculture) Nous en sommes la preuve vivante.
J’attire votre attention sur le fait que ordinateurs et téléphones-portables utilisent des minéraux tirés du sol par des enfants-esclaves dans des tunnels sans aucune protection. Rien que cela devrait nous dissuader! Autre sujet…personne ne parle sur les ondes des milliers de torchères des puits de pétrole qui brûlent 24 heures/jour, années après années!!! Faut pas faire de vagues!!!

stopalapub
5 mois il y a

SUPPRIMER LA publicité: appels téléphoniques, sms, mail et pub télévisées
Je ne comprends même pas à quoi celà sert ; je n’achète jamais suite à une publicité.
Tout celà encombre les réseaux, les serveurs et les cerveaux, obligeant à augmenter régulièrement les débits et capacités.
Et finalement, qui paie? le consommateur, consentant ou pas

Moreno
5 mois il y a

Diminuer le numérique!

MURIEL WOLFF
5 mois il y a

Il est en effet gravissime que toute la pollution liée au numérique et les moyens qui doivent être mis en oeuvres, ainsi que l’énergie, l’eau , nécessaires à son fonctionnement, ne soit pas mis sur le devant de la scène et stoppée!Il doit être réservé juste à l’essentiel!

Harey
5 mois il y a

Ayant entamé un processus de déconditionnement numérique partiel qui me semblait en adéquation avec les nécessités actuelles sur divers plans, je constate à quel point la tache est immense. Cependant, elle me semble indispensable à effectuer, pour aller vers un usage conscient, mesuré, allant plus à l’essentiel.
Il s’agit pour ma part, entre autres, d’une réappropriation sensorielle de nos vies : comment souhaitons-nous vivre, habiter sur Terre les années à venir?
Voir en quoi le numérique peut être un atout formidable, tout en identifiant ses limites.
Quelle est la priorité aujourd’hui? Rester vivant, déjà.

Carpentier
5 mois il y a

serait de prévoir un quotat d’heures de connexion identique pour tous avec aménagement pour cas spécifiques.

Anne Marie Oliveira
5 mois il y a

Merci Julien. J’ignorais tout de la pollution numérique tout en subissant d’autres effets encore au quotidien: fake news, pubs excessives qui dévorent notre temps au détriment de sujets importants comme celui que ce message signale.

pierre duprez
5 mois il y a

Vous évoquez le sénateur Chaize. C’est une plaisanterie! Il est le premier à promouvoir la 5G en France. (des vidéos mémorables de ces interventions en témoignent).
Pas un mot sur la pollution numérique vis à vis de notre santé: les ondes artificielles pulsées qui massacrent notre santé. La natures des modulations pulsées crée des inductions sur nos électrolytes, nos échanges cellulaire, brise les brins d’ADN.
La pollution des CEM pulsées est de loin la pire des pollutions qui sera prépondérante. Elle supplantera la problématique du changement climatique. Et dire cela n’est pas la négation qu’il faille faire la transition énergétique.

Philippe
5 mois il y a

A aucun moment n’est abordé la pollution électromagnétique des ondes, et son impact sur le corps humain.Pourtant chaque semaine les spécialistes detectent des dizaines de nouveaux cas de personnes intolérantes aux ondes dont je fais partie.Je suis certainement la partie visible de l’iceberg car je ressens, mais qu’adviendra t’il de milliers de personnes qui ne seront conscients qu’au moment de la tumeur cérébrale ou de l’alzeimer.La encore on dira que l’on ne peut pas faire le lien avec les ondes.Et oui il aura fallu des années avant de dégrader sévèrement les organismes C,est comme avec le tabac il a fallu 40 ans pour que les pouvoirs publics déclarent le risque de cancer lié au tabac!!!

Nicole MIOT
5 mois il y a

Bonjour,
Tout à fait d’accord sur ce sujet !!!! Pourquoi ne peut-on pas le partager ?
et puis cliquons UTILE !!!!

TUROT
5 mois il y a

Sujet important pas encore assez connu. Pour plus de détails, voir le livre de Guillaume PITRON qui vient de sortir, « L’enfer Numérique ». L’une des grandes raisons est le renouvellement permanent (et souvent inutile) du matériel ; cela grâce à l’entente entre les fabricants d’appareils, les fournisseurs d’accès internet et les concepteurs/vendeurs de programmes, pour rendre rapidement obsolètes leurs produits. Souvent sans vraie raison, sinon la pub qui brouille les esprits, surtout chez les jeunes fans de « progrès » sans fin, en leur faisant croire qu’il faut toujours être « up to date » . Donc encore la société de consommation illimitée.
J’utilise des vieux PC de plus de 15 ans, c’est souvent la galère avec la fin voulue de certains programmes qui deviennent plus ou moins inutilisables alors qu’ils donnaient totale satisfaction (comme par exemple l’excellent XP !). Parfois ils arrivent encore à tourner si on arrive à court-circuiter les blocages.
C’est là dessus que nos gouvernants pourraient faire quelque chose, si le sérieux l’emportait. On peut toujours rêver… AT3

Slimani
5 mois il y a

Faire en sorte que la 5 g ne soit pas déployée.Le danger vient de la 5 G dont nous ne sommes pas maîtres du tout! vous ne l’abordez pas et je trouve cela regrettable. Danger pour notre santé et notre vie.STOP à la 5 G et aux éléments connectés dans la maison!
Stop aux installations de lampadaires LED dans nos villes et nos villages.
Stop à la WIFI dans les établissements scolaires!
Nous sommes des Hommes libres et non des cobayes!

André Mc Nicoll
5 mois il y a

Apple et les autres ont une politique commerciale axée sur le renouvellement constant des téléphones et ordinateurs portables. Il faut toujours se procurer le dernier modèle, lequel sera périmé dans un an ou deux. C’est franchement une attitude qui aggrave le problème. Faudrait les contenir un peu.

Micheline ETIENNE
5 mois il y a

raz le bol du numérique,on ne pensse pas au PERSSONES AGEES,moi je demande souvent de l’aide

Cha
5 mois il y a

Bonjour Julien,
Merci poir cet article, car c’est effectivement très agaçant de constater la l’hypernumérisation de nos sociétés occidentales (en particulier les services publics) quand on connaît l’impact environnemental de l’usage de l’informatique et de l’électronique.
J’aurais aimé voir apparaître dans votre article des données concernant la recyclabilité quasi nulle des composants et matériaux des objets électroniques, la création de décharges à ciel ouvert dans les pays pauvres (envoi des déchets à travers le monde / pollution des sols), et aussi de la pollution liée à la fabrication de ces milliers d’objets…
MERCI encore,
Cha

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

82
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x