Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email

Une nouvelle population d’ours blanc découverte au Groenland a développé un mode de vie inédit

 

Qui n’aime pas les ours blancs ?

Ces animaux majestueux sont avec le panda des grands symboles de la protection de l’environnement et de la lutte contre le réchauffement climatique. (1)

En effet, habitants esseulés de la banquise de l’Arctique, ils parcourent à longueur de journée d’incroyables traversées pour se nourrir.

 

Serial killer de phoques

Ils sont omnivores. Ils mangent de tout et peuvent être charognards à l’occasion.

Néanmoins, ils restent surtout carnivores (à 90%) contrairement à leurs cousins ours brun dont le régime est surtout végétarien. (2)

L’ours blanc raffole surtout de phoques.

Mais le phoque marbré est de loin son préféré. (3,4)

Ce petit phoque de 60 kg ressemble exactement à l’idée que vous vous faites du phoque typique. Il est adorable ! (5)

C’est lui qui sert de modèle pour les peluches et c’est sûrement lui que Brigitte Bardot aime tant.

Pour l’ours blanc, c’est une proie facile à tuer : un bon coup de croc, voire de patte, suffit. (1)

Encore faut-il l’attraper ! Lorsque les températures montent la banquise s’effondre et les phoques sont davantage dans l’eau.

La chasse devient plus difficile. L’ours ne réussit qu’une fois sur 20, soit deux fois plus qu’en temps normal.

Dans tous les cas, le nombre de ratés est impressionnant ! Le phoque marbré garde ses chances.

 

Le géant de l’Arctique

L’ours polaire peut s’attaquer à d’autres proies plus grosses comme le phoque barbu qui pèse 400 kg, voire des bébés morses ou bélugas.

À défaut, il peut également pêcher le poisson, ses griffes servant de harpon pour l’occasion.

À l’occasion, il peut aussi manger un renne, des œufs et même des oiseaux. Mais rien de tout cela ne vaut les phoques dont la graisse le nourrit pour plusieurs jours.

L’ours polaire est un géant qui pèse entre 400 et 600 kg pour les mâles. Ils mesurent plus de 3 mètres de long ! (5,6)

Le plus grand spécimen capturé aurait même pesé plus d’une tonne !

Et attention, malgré sa masse, il vous battrait toujours à la course. Il atteint les 50 km en vitesse de pointe. Bien joué, l’ours blanc ! (6)

Les femelles sont deux fois plus petites. Elles pèsent entre 200 et 300 kg sauf en période de gestation. (6)

C’est l’un des plus grands carnivores terrestres avec son cousin le Kodiak, un ours brun qui vit sur des îles au large de l’Alaska et pèse 800 kg ! (7)

Pourtant, à sa naissance, il ne pèse que 600 ou 700 g ! (6)

Les ours polaires sont l’une des espèces aujourd’hui les plus menacées par le réchauffement climatique.

D’après les scientifiques et vétérinaires spécialisés, ils auront disparu d’ici 2100, si aucune mesure n’est mise en place.

Les ours polaires sont non seulement victimes de l’extraction massive de matières premières mais ils subissent aussi les assauts de polluants chimiques et du tourisme arctique.

Arrêtons d’être dans le déni… Réagissons !

Combats de titans

À tout ce qui précède, je pourrais rajouter que l’ours blanc ou polaire a pour nom scientifique Ursus maritimus parce qu’il s’agit d’un excellent nageur !

Ces grandes pattes larges de 30 centimètres, légèrement palmées, l’aident à se propulser sous l’eau. (1,5)

C’est un animal solitaire qui fuit ses congénères.

La saison des amours se déroule d’avril à juin. (6)

Lorsqu’un mâle réussit à courtiser une femelle. Leur idylle durera deux semaines environ. (7)

Mais tout le temps de la relation, le mâle devra lutter violemment contre ses rivaux.

Lorsqu’un rival surgit, les deux ours, après un temps d’observation, se ruent l’un sur l’autre.

Parfois ils sont debout, parfois ils restent au sol. Ils se mordent vicieusement.

Très vite leur fourrure est tachée de sang. (7)

Le vaincu file tête basse mais le vainqueur n’a pas fière allure. Il s’en va retrouver sa belle tout de sang recouvert, la démarche lourde et soudain moins assurée.

Le temps des amours pour les mâles est à la fois doux et sans répit !

La femelle porte l’embryon pendant plusieurs mois avant qu’il ne s’implante. C’est une implantation différée.

La gestation en elle-même ne dure que 55 jours. (6)

En moyenne, elle donne naissance à deux oursons qu’elle va élever durant trois ans.

 

Les fjords du groenland

Désormais, les présentations sont faites.

Vous en savez autant que moi sur les ours blancs jusqu’à ce que je tombe sur cette étude magnifique parue dans la revue Science. (8,9)

L’étude s’appelle “un nouvel espoir”.

Elle décrit la découverte d’une nouvelle population d’Ursus maritimus.

Ces 300 individus viennent s’ajouter à une population mondiale estimée entre 20 000 et 25 000 ours polaires. (1,6)

C’est en soi déjà tout à fait incroyable.

Mais le plus intéressant est leur mode de vie.

Car ces ours vivent autour de fjords arctiques. Ce sont des vallées glaciaires, entre le glacier et l’océan, qui mélangent eau douce et eau de mer. (8,9)

Dans cet écosystème, ils peuvent se passer de la banquise dont leurs semblables sont fortement dépendants.

Or, le réchauffement climatique allonge les étés et réduit le temps où la banquise peut servir de refuge et de garde manger aux ours.

Mais cette étude montre que les ours polaires savent s’adapter.

En tout cas, cette grande famille semble déterminée à résister aux aléas du climat !

Les scientifiques imaginent les fjords arctiques comme de potentiels “refuges climatiques” pour les ours polaires, ce qui est une très bonne nouvelle car cette espèce reste classée comme vulnérable.

Longue vie aux ours blancs !

 

Solidairement,

Julien

 

P.S. : Cliquez ici pour partager la pétition « Ours polaires : agissons avant leur extinction !! »

P.P.S. : Vous voulez réagir à cet article ou évoquer votre ressenti ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Les ours polaires sont l’une des espèces aujourd’hui les plus menacées par le réchauffement climatique.

D’après les scientifiques et vétérinaires spécialisés, ils auront disparu d’ici 2100, si aucune mesure n’est mise en place.

Les ours polaires sont non seulement victimes de l’extraction massive de matières premières mais ils subissent aussi les assauts de polluants chimiques et du tourisme arctique.

Arrêtons d’être dans le déni… Réagissons !

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Références

  1. https://www.wwf.fr/especes-prioritaires/ours-polaire
  2. https://www.quatre-pattes.ch/campagnes-themes/animaux/ours/alimentation-des-ours
  3. https://www.ourspolaire.org/l-ours-polaire/especes-peripheriques/phoque/
  4. https://www.youtube.com/watch?v=xSip2mQIGMw
  5. https://doris.ffessm.fr/Especes/Pusa-hispida-Phoque-annele-2609
  6. https://www.instinct-animal.fr/ours-kodiak/
  7. https://www.youtube.com/watch?v=GlETixtGBo0
  8. https://www.numerama.com/sciences/1007300-une-population-secrete-dours-polaires-a-ete-decouverte-et-ca-donne-foi-en-lavenir.html
  9. https://www.science.org/doi/10.1126/science.abk2793adobe_mc=MCMID%3D01647085215733891841041261644073558045%7CMCORGID%3D242B6472541199F70A4C98A6%2540AdobeOrg%7CTS%3D1655138740&_ga=2.202861783.716829638.1655110992-1492079976.1608110151
S’abonner
Notification pour
6 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
daniel
1 mois il y a

Chacun qui se documente sait que la population d’ours blancs a augmenté considérablement depuis la seconde guerre mondiale, et devient gênante dans certaines contrées. Malgré les clichés de la presse et autres mythes urbains des pays développés, pas besoin de s’inquiéter : il y a beaucoup de causes qui passent avant !

BENTHE RASMUSSEN
1 mois il y a

Comme la plupart des gens j’adore les ours blancs – les ours tout court!
Alors merci pour ces informations utiles.
En effet, l’étude que vous mentionnez est une très rassurante nouvelle pour l’espèce – comme quoi les animaux sont capables de s’adapter aux changements dus à surtout « la bêtise humaine »!

Sandra
1 mois il y a

« Les ours polaires sont non seulement victimes de l’extraction massive de matières premières mais ils subissent aussi les assauts de polluants chimiques et du tourisme arctique
En tant que citoyen nous ne pouvons agir sur les deux premiers points, par contre le tourisme nous concerne tous, alors pourquoi, ne pas donner plus d’informations sur l’impacte du tourisme ? Les amis que je connais qui y sont allé, sont scientifique ou amoureux de la nature, ….
Idem pour le whale watching l’impacte sur les baleines est très négatifs. Mais personne n’a envie d’en parler, car ce tourisme est important économiquement pour les uns et les autres. Tant que ceux qui font de l’écologie ne se mouillerons pas plus en donnant des informations comme ici sur l’impacte du tourisme en Articques.
Et qu’en est il de ces bateaux usine de pêche ? Pourquoi on n’en parle t-on pas ?
Leurs bilan est catastrophiques, ils suffiraient que les gens soient mieux informé et laisser le poissons aux gens pauvres qui vivent en bordure de mer, et qu’ils ne pêche que ce qui est nécessaire pour eux. Pour sauver la mer, il suffirai de ne plus manger de poissons de crustatcés. ce n’est pas si compliqué ! Ils ont fait l’essaie en Californie en 5 ans la vie revient.
Même les scientifique qui travail pour la conservation des océans n’en parle.
Commencer par informer les gens même si cela est gênant, sans quoi on continuera aveuglement.

Geppetto
1 mois il y a

Tient, on n’aime pas le débat sur Les lignes bougent ?
Mon commentaire ( très respectueux) qui n’est pas dans la ligne (sans jeu de mot) n’est pas publié !
On va ensuite se gargariser des mots galvaudés de « démocratie », d’espace de « libre expression », et autres sucreries intellectuelles destinées à endormir les foules.
Pour qui roulez-vous ?
Le formatage des esprits auquel vous contribuez va vite trouver sa limite, le jour (assez proche) où les gens comprendrons qu’on les a enfumés sur toute la ligne (celle-là, elle n’a pas beaucoup bougé).
La critique acerbe du journaliste et analyste américain Evgeny Morosov tient toujours, lui qui fustigeait en 2014, « pour tout résoudre, cliquez « ici » (éditions FYP) !

SIX Therese
1 mois il y a

beaucoup d’anthropocentrisme dans cet article :
Idylle, violemment, vicieusement etc
Dommage.

etienne
1 mois il y a

« crois ou meurs », cet article est bien joli mais s’inscrit bien devant l’évolution des espèces, l’homme de cromagnon aurait surement applaudi devant la disparition des félins à dents longues, des mamouths ou autre dynosaure qui lui pourrissaient la vie et encore faut-il relativiser , les pauvres bêtes avaient faim ! tout cela pour dire : doit-t-on s’interroger sur un réchauffement climatique anormal ? vu les sommes dépensées , c’est OUI mais j’aimerai être centenaire pour le voir et l’immédiate actualitéla question c’est : la nation Française est-elle en danger ? pour moi c’est OUI et si nous ne faisons rien, nous aurons la guerre civile au vu de tous les attentats au couteau perpétué par des fous… de dieu cela ne va plus tarder.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

6
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x