Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp
Votre téléphone c'est de l'or

Votre vieux téléphone est une mine d’or !

 

Votre vieux téléphone est une mine d’or !

Chers lecteurs,

53 millions de personnes disposeraient d’un téléphone en France en 2024.

Et en moyenne, chacune des ces personnes aurait, caché dans ses tiroirs, deux vieux téléphones qui trainent. (1)

113 millions de smartphones hors d’usage seraient stockés dans les habitations françaises. (1)

Il s’agit peut-être de la plus grande réserve de métaux rares du pays. (1)

Et c’est aussi une réserve non négligeable de métaux précieux et de métaux plus courants comme le cuivre ou le nickel.

La France n’est bien sûr pas le seul pays concerné par cette gabegie de téléphones : tous les ans, 1,5 milliard de smartphones sont vendus dans le monde ! (1)

Des métaux rares et précieux dans votre téléphone !

Pour l’essentiel, votre smartphone est constitué de (2) :

  • 10 à 20 % de verre et céramique,
  • 30 à 50 % de plastiques et matières synthétiques,
  • 40 à 60 % de métaux.

On retrouve 60 éléments du tableau périodique des éléments dans votre téléphone portable ! (2)

Une batterie chargée en lithium et en cobalt

La batterie de votre téléphone contient les éléments suivants (2,3) :

 

Lithium

Cobalt

Plomb

Fluor

Manganèse

Vanadium

Carbone

Aluminium

Le lithium est produit en grande partie en Amérique latine : en Bolivie, au Chili et en Argentine. (4)

Ces trois pays représentent 70 % de l’extraction mondiale. En Europe, le Portugal en produit un peu.

Il faut 600 g de carbonate de lithium, soit 113 g de lithium pour 1 kWh de capacité de stockage d’une batterie.

Cela donne 8 g pour la batterie d’un ordinateur de 90 Wh et un peu moins pour un téléphone.

Pour une voiture électrique, il faut près de 3 kg de lithium ! C’est considérable.

Le cobalt est un composant essentiel de la batterie.(5)

Il accroît sa densité énergétique et surtout il stabilise les cathodes.

Mais c’est un élément rare qui ne forme que 0,004 % de la croûte terrestre. ((,6)

60 % des réserves mondiales de cobalt se trouvent au Congo démocratique dont la capitale est Kinshasa. (5,6)

Mais les entreprises qui les exploitent sont majoritairement chinoises.

La Chine contrôle l’essentiel de la filière.

Le vanadium est un métal rare. Il est dur et ductile : il peut être travaillé. Mais sa température de fusion est de 1890°C ! (7)

C’est un additif que les métallurgistes associent à l’acier pour le rendre inoxydable. Il est aussi associé à l’aluminium ou au titane.

Il est produit notamment en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Chine, en Russie et en Afrique du Sud. (7)

C’est aussi un perturbateur endocrinien qui inquiète les autorités sanitaires…

Ce qui est un trésor pour les industriels est parfois un poison pour les organismes vivants !

De l’or et de l’argent dans votre téléphone !

La carte et les composants du téléphone contiennent près de 25 éléments, dont de l’or et de l’argent. En voici une liste indicative (2) :

 

Arsenic

Plomb

Étain

Bismuth

Or

Argent

Tungstène

Cuivre

Phosphore

Gallium

Germanium

Silicium

Zirconium

Ruthénium

Néodym

Samarium

Fer

Bore

Cobalt

Praséodyme

Dysprosium

Tantale

Nicobium

Palladium

Chlore

Le ruthénium est un métal rare et précieux dont seulement 30 tonnes sont produites par an en Afrique du Sud et au Zimbabwe. (8)

C’est un sous-produit des mines de platine.

Il améliore la capacité de stockage des disques durs et des téléphones.

Le néodyme et le praséodyme ont été découverts ensemble au 19e siècle par le chimiste allemand Carl Gustav Mosander. (9)

Ils ont été séparés d’un autre matériau, le didyme, qui lui même vient du lanthane…

Ces métaux rares servent à faire des pierres à briquet, la coloration de certains verts, ainsi que des aimants.  

Ils sont aussi utilisés pour faire des moteurs électriques, des éoliennes, etc.

Les métaux rares nécessaires à la production de nos appareils électroniques sont épuisés à un rythme alarmant, engendrant une pollution massive lors de leur extraction et de leur production.

Pour mettre fin à cette spirale destructrice, il est impératif de développer une filière de recyclage efficace, capable de réutiliser les matières premières et de limiter les déchets électroniques.

Le boîtier de votre téléphone lui-même…

Ce boîtier n’est pas aussi simple qu’il en a l’air !

Il contient du carbone, du magnésium, du brome, de l’antimoine, du nickel et du zinc.

L’antimoine est un métalloïde proche de l’arsenic. Il est connu depuis l’Antiquité. Les Romains l’appelaient stibium. (10)

C’est un élément toxique, peu présent dans la croûte terrestre et absent jusque récemment dans l’air et dans l’eau. Mais aujourd’hui, l’air des villes en contient. (10)

La Chine, la Russie et l’Afrique du Sud sont les trois plus gros producteurs d’antimoine dans le monde. La Chine produit plus de 80 % du total. (10,11)

On le trouve dans de très nombreux produits industriels sous la forme d’alliage, notamment avec le plomb. (10,11)

Mais il sert aussi à faire des médicaments, des pesticides, des retardateurs de flamme ou encore de pigment dans les verres et les céramiques. (10,11,12)

Il faudrait un livre entier pour détailler l’ensemble des éléments présents dans votre téléphone !

Et je n’ai pas même pas évoqué l’écran qui contient d’autres métaux rares comme de l’yttrium, du thulium et d’autres.  (2)

Je ne vais pas rentrer dans le détail de tous ces éléments.

Des enjeux géostratégiques, économiques et écologiques !

En revanche, il est certain que derrière de nombreux composants, il y a un une filière complexe et des enjeux multiples.

Car ces matériaux sont souvent rares, précieux et sous tension.

Parfois, les filières dépendent d’une poignée de pays, voire d’un seul.

La Chine par exemple détient 90 % de la production des terres rares. (13)

Les métaux en particulier sont très demandés.

Car ce sont les mêmes que l’on utilise pour les téléphones, les éoliennes et les voitures électriques. (1)

Toutes les promesses politiques relatives à la transition écologique reposent sur ces métaux.

Sauf que pour extraire quelques grammes de ces métaux ou moins, il faut extraire des tonnes et des tonnes de pierres.

Il faut ensuite les concasser et récupérer le métal.  (14)

De manière générale, l’industrie minière consomme beaucoup d’énergie et pollue beaucoup.

Et les mines ne sont pas extensibles non plus. Les réserves exploitables de nombreux métaux sont en baisse.

Certains d’entre eux pourraient ne plus être disponibles d’ici trente ans. Le risque de pénurie dans les années à venir est réel.

Il paraît évident que ce mode de production ne va pas pouvoir augmenter très longtemps !

Et le recyclage ?

Compte tenu de ce tout ce qui précède, il paraît étonnant que les filières de recyclage ne soient pas plus développées.

En France, seuls 5 % des téléphones portables hors d’usage sont recyclés. (1)

Le reste est incinéré ou stocké chez les gens.

Pourtant, la plupart des matériaux qui les constituent, notamment les métaux, peuvent être recyclés.

Si vous souhaitez faire recycler votre téléphone, le plus simple est de le déposer dans les points de collecte spécialisés, notamment les déchetteries. (15,16)

Et si vous souhaitez avoir un usage plus écologique de votre téléphone, l’idéal est de le faire durer le plus longtemps possible et de le faire réparer s’il tombe en panne. (15,16)

Car le premier problème du téléphone est sa fabrication.

Constitués d’éléments qui viennent des quatre coins du monde, votre téléphone et ses composants ont déjà fait le tour de la planète plusieurs fois avant de se trouver entre vos mains. (1)

Et évidemment, l’extraction de tous ces composants est très polluante.

Pour que le téléphone ait un avenir, il faut qu’il soit plus simple.

Y croyez-vous ?

Solidairement,

Julien

Les métaux rares nécessaires à la production de nos appareils électroniques sont épuisés à un rythme alarmant, engendrant une pollution massive lors de leur extraction et de leur production.

Pour mettre fin à cette spirale destructrice, il est impératif de développer une filière de recyclage efficace, capable de réutiliser les matières premières et de limiter les déchets électroniques.

Sources:

1. « Enquête : que deviennent nos vieux téléphones ? », Ouest-France

2. « Que contient mon smartphone ? », Justice et Paix

3. « Tout comprendre sur la batterie de votre smartphone en quelques minutes », Clubic

4. « Le lithium pour les nuls », Automobile Propre

5. « Comment réduire la quantité de cobalt dans les batteries des voitures », Paul Scherrer Institute

6. « RDC : la face cachée du cobalt », TV5MONDE Afrique

7. « Vanadium », L’élementarium

8. « Ruthénium (Ru) », Minerai Info

9. « Qu’est-ce que le néodyme ? », CT-Magnet

10. « Antimoine », Société Chimique de France

11. « Antimoine – Fiche substance », Minerai Info

12. « Fiche de criticité de l’antimoine », Minerai Info

13. « Terres rares : la Chine interdit l’exportation de certaines technologies de production », Les Echos

14. « Pénurie de puces électroniques – Que se passe-t-il ? », Chaine YouTube ZDNet France

15. « Donner ou recycler son téléphone portable », Ecosystem

16. « Recycler son téléphone portable », La Fibre du Tri

S’abonner
Notification pour

14 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Faby (Belgique)
20 jours il y a

Merci pour ces détails. Consciente globalement de cette multitude de problèmes bien concrets, je mets au maximum en œuvre les conseils que vous suggérez… Et j’espère sincèrement que d’autres solutions seront trouvées rapidement…

PAUL Dominique
20 jours il y a

Merci Julien pour les précisions sur ce dont on avait une petite idée . Serait-t’il possible de nous donner juste un aperçu de la façon dont on peut recycler un téléphone est-ce que tous ces éléments sont récupérables et récupérés ?

Fred Mario (fmario1@hotmail.fr)
20 jours il y a

Oui au recyclage s’il est question de dédommager ou rétribuer le détenteur d’un tel objet, qui souhaite contribuer à cette écologie circulaire en s’en séparant. Merci de votre attention.

20 jours il y a

Avant le recyclage, l’économie capitaliste court-termiste produit sans s’occuper des réserves de matières premières, et ne privilégie pas la durabilité et la réparabilité des produits. L’objectif capitaliste contournera l’économie circulaire parce que celle-ci nuit à l’objectif de plus-value, et qu’elle tend vers la sobriété, donc qu’elle ne fournira pas les 10% de croissance du capital qui dure depuis presque 50 ans.
https://lejustenecessaire.wordpress.com/2024/04/05/economie-circulaire-et-capitalisme-incompatible/
L’exploitation insensée de la planète risque de léguer des montagnes de déchets aux générations futures, et un CO2 en constante augmentation. Il faudrait condamner d’écocide tous les milliardaires qui sont les donneurs d’ordres et qui profitent de ce crime.

GAUMY Francine
20 jours il y a

Mes anciens téléphones portables sont partis sur Madagascar, et mon dernier téléphone acheté remonte à 2018. Donc, je pense être raisonnable. Outre les problèmes écologiques causés par ces matériaux est celui des conditions humaines dans lesquels ils sont puisés. Je m’insurge aussi contre cet état de fait.

Fru
20 jours il y a

Fac avec vous, m’ait comment être sûr que mes données ne vont pas être récupérées ?

CANCEL Cécile
20 jours il y a

sans parler des conditions de travail des mineurs qui travaillent en Afrique et ailleurs et des conflits que les intérêts entrainent dans ces régions et qui occasionnent tant de victimes ( viols entre autres )

Jean-louis
20 jours il y a

Bonjour.
J’ai un vieux téléphone recyclé que j’ai acheté 80 .€ et qui marche toujours. Le prochain sera un téléphone recyclé !

Boll
20 jours il y a

Ici, dans le Bas-Rhin, les déchetteries collectent l’informatique, la téléphonie dans des bacs à part.
Comme un commentateur le souligne, il faut s’assurer qu’il soit bien vidé pour que les données personnelles ne soient pas volées. Mais….même si le nécessaire est bien fait, n’y-a-t’il pas moyen de les récupérer ? Par les temps qui courent,il est permis de douter de tout à partir du moment où on trouve des caméras sur les robots ménagers et que votre robot aspirateur est capable (ou autre) de se laisser pirater et désactiver tous les autres appareils pour que des malfaiteurs rentrent chez vous. Vive la domotique !

20 jours il y a

C’est très bien de sensibiliser à la collecte et au recyclage des batteries mais sachez que les filières existent, et en France!
Les éco-organismes Screlec et Corepile collectent ce genre de batteries, et la Société Nouvelle d’Affinage des Métaux (SNAM) les recyclent depuis plus de 40 ans, pour refaire des sels de métaux, des batteries, des aciers inoxydables…
Il faut le faire savoir aussi!

Evelyne
20 jours il y a

Édifiant, merci pour ces informations importantes !

combe
20 jours il y a

Bonjour
Tout à fait d’accord pour restituer les anciens téléphones pour qu’ils soient recyclés mais je ne le fais pas car j’ai peur que mes données, mes informations enregistrées dessus soient utilisées par des personnes malveillantes…..

Pascal
20 jours il y a
Répondre à  combe

Raison de plus pour ne rien enregistrer sur son téléphone.
Mon téléphone n’est pas une carte de crédit ni un pass navigo et encore moins une carte vitale

blumenthal.
20 jours il y a
Répondre à  combe

Je suis dans le même état d’esprit. Le piratage devient tellement à la mode.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

14
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x