Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on email
Share on whatsapp
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on telegram
Telegram
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on facebook
Share on whatsapp
Share on twitter
Share on telegram
Share on email
plastique-mediterranee

Coopération Franco-Turque en Méditerranée : de vrais enjeux existent !

Alors que s’écharpent régulièrement les Présidents Macron et Erdogan, l’intérêt de tous, et plus particulièrement des peuples qui vivent sur le pourtour de la Méditerranée voudrait qu’ils coopèrent dans l’urgence.

Car chaque année, près de 230 000 tonnes de plastique sont jetées dans la mer Méditerranée1 d’après un rapport de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature, établi à Gland en Suisse.

Pour prendre la mesure de ce chiffre, il faut imaginer 500 conteneurs vidés dans la mer tous les jours !

D’après l’honorable institution, si rien est fait, ce chiffre pourrait doubler en 20 ans1 et atteindre 500 000 tonnes ! Les auteurs de l’étude évoquent une “mare plasticum”.

À l’heure actuelle, l’Egypte est le pollueur n°1 en matière de plastiques rejetés en mer avec 74 000 tonnes par an.

L’Italie arrive en 2e position avec 34 000 tonnes de plastique jetés en mer tandis que la Turquie complète ce malheureux podium avec 24 000 tonnes.

Si l’on compte en plastique par habitant, la palme revient au Monténégro, avec huit kilos par an et par habitant, suivi de la Bosnie Herzégovine et de la Macédoine du Nord.

La présence de ce pays dans le classement m’a étonné puisqu’il n’a pas d’accès à la mer. Les experts comptent-ils le plastique déversé dans ses rivières comme le fleuve Vardar, qui traverse le pays, notamment la capitale Skopje, et se jette dans la région grecque de Thessalie au cœur d’un parc national de toute beauté ?

Le rapport ne le précise pas. Mais imaginer des torrents de plastique déversés dans cet écosystème fragile, une des zones humides les plus vastes d’Europe qui abrite de nombreuses espèces d’oiseaux et des chevaux sauvages, est assez déprimant.

Un sujet vous tient à cœur et vous souhaitez créer une pétition ?

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Du plastique s’ajoute au plastique

Selon les rédacteurs du rapport, Julien Bouché et Guillaume Billard, ces déchets sont des “macros plastiques” qui s’additionnent aux microplastiques déjà présents dans la mer. Il y aurait 1 million de tonnes de microplastiques sous forme de sédiments au fond de l’eau, de quoi étouffer plus d’un poisson… et asphyxier lentement toute la faune et la flore de la région.

Car à long terme, ces plastiques empoisonnent les poissons et la mer. Ils recèlent en effet des substances chimiques nocives tels que des adoucissants et des retardateurs de flammes qui contaminent l’eau, les plantes et les animaux.

Ces molécules sont de puissants perturbateurs endocriniens.

Et ce n’est qu’une question de temps avant que la santé humaine ne soit sensiblement affectée par leur présence dans les eaux méditerranéennes.

Les microplastiques sont soit le fruit d’une lente dégradation des plastiques plus gros, soit directement dérivés de l’activité humaine. C’est la poussière de pneu (53%), les textiles (33%), les microbilles des cosmétiques (12%) et des pellets (2%). Chaque année 13 000 tonnes de microplastiques sont rejetés dans la mer Méditerranée.

Des solutions simples pour sortir de la nasse

Pour faire baisser le niveau de pollution de plastique, les rédacteurs du rapport préconisent :

  • Une meilleure collecte des déchets dans les 100 principales villes côtières de la Méditerranée ;
  • L’interdiction de certains plastiques ;
  • Le nettoyage systématique des plages ;
  • La fixation d’objectifs de réduction de plastique pour la zone ;
  • La coopération entre les acteurs publics, privés et les instituts de recherche ;
  • Une fiscalité dissuasive pour certains plastiques.

À ces mesures, il faudrait ajouter un objectif méditerranéen pour la généralisation de l’usage d’emballages 100% recyclables ou biodégradables. C’est le verre, le papier, le carton, les “plastiques” végétaux, comme le chanvre…

Les experts estiment que cela ne peut se faire qu’avec une meilleure coopération entre les acteurs privés, les acteurs publics et les instituts de recherche.

En creux, les propositions du rapport montrent que le problème vient surtout d’un déficit de volonté politique.

Il est plus facile, en effet, de lancer des conflits pour tenter d’exploiter davantage les hydrocarbures de Méditerranée orientale comme le fait la Turquie en ce moment. Mais est-ce réellement ce dont les populations ont besoin ?

Et si on commençait par sortir le pétrole transformé en plastique tapi au fond des mers ?

Solidairement,

Julien

 

P.S. : Vous avez déjà signé cette pétition ? Faites passer le message à votre entourage : transférez tout simplement cet email à vos contacts ou partagez cet article sur Facebook en cliquant ici.

P.P.S. : Vous voulez réagir à cet article ou évoquer votre ressenti ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Une étude révèle que nous ingérons en moyenne 5 grammes de plastique par semaine.

Les microparticlules de plastique sont partout.

Arrêtons de remplir nos poubelles et les océans de plastique !

S’abonner
Notifier de
25 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
chantal
7 mois il y a

arrêtez de produire du plastic et remplacez le par du verre!

Bonbon
7 mois il y a

Cela concerne l’Atlantique mais je me demande le rapport entre les baleines qui s’échouent ces derniers mois dans un état de maigreur effroyable et les masques ?
Personne ne dit si elles ont aspiré des masques qui se colleraient sur les fanons et les empêcheraient ensuite de se nourrir ?

gilbargy
7 mois il y a

Juste un très très gros PV à 4 ou 5000€ au premier con qui jète un plastique, ou 1000€ par kilo pour les professinnels. Je vous parie que ça coupe l’envie.

Frouillou Nicole
7 mois il y a

Après avoir vécu ici et là!!! après avoir fait ce qu’il fallait à mon niveau!! je sais bien que tous vos beaux discours n’arriveront pas à éradiquer l’immense problème qui est le nôtre à tous!!! je vous souhaite beaucoup de courage!!

Vincent Beligné
7 mois il y a

Il semble que la première des solutions viendrait d’un comportement citoyen à adopter par chacun qui serait de s’autocontrôler en termes de déchets plastiques produits …

Kathleen Laurendeau
7 mois il y a

Éduquer dans les écoles et faire comprendre et réaliser que chaque petit geste compte . Leur proposer de récupérer à la maison comme à l’école par de simples projets qui auront un impact certain sur leurs milieu de vie. Si les jeunes vont â la plage , ils récupéreront et constitueront un exemple pour les adultes récalcitrants à enter dans la cadence . Ce sont les citoyens de demain .
Sensibiliser par des films pour faire constater à quel point ces comportements sont désastreux pour la faune et la flore parce qu’inévitablement ce sont nous les humains qui seront le plus impactés dans la chaîne alimentaire. Les médias doivent revenir sur le sujet constamment avec ardeur .
N’oublions pas que des universités ont créé des machines pouvant récupérer ces matières plastiques mais le civisme en amont sera toujours de bonne augure .

DE MENA FRAN9OIS
7 mois il y a

Le fond de ce drame méditerranéen n’est pas le plastique en lui-même mais le civisme , l’éducation, l’ignorance et le manque de savoir-vivre des gens. Car une fois supprimé ce plastique, les mêmes gens jetteront autre matériau. Toutefois je signe la pétition mais sans beaucoup d’espoir pour la sauvegarde de la faune et la flore de la méditerranée.

Gaultier
7 mois il y a

Bonjour
Il y a sûrement 1 moyen de récupérer ce plastique et de le réutiliser.
Mahali

Bob2a
7 mois il y a

Pour entrevoir une solution, il faut partir de ce que l’on peut faire chacun a son niveau. J’ai participe a un groupe qui a obtenu des grandes surfaces la suppression des sacs gratuits aux caisses de Corse en 1998. A l’origine nous etions un groupe de 15, sous l’egide de l’ANVAR.
Un moyen d’avancer serait d’obtenir une filiere serieuse de recyclage des plastiques associe a un paiement au poids des ordures menageres. L’appui de communes qui le pratiquent, en Alsace par exemple pourrait faire progresser l’initiative.
Dans l’intervalle, le choix systematique du moindre dechet a l’achat est un minimum.
L’option du vrac est plus contraignante mais reduit les emballages de maniere drastique.

odile
7 mois il y a

il faudrait une véritable dictature pour l’environnement pour obliger les gens à respecter des lois sévères

rafron
7 mois il y a

beaucoup d’élus ne font peu de cas de l’écologie et de l’humain , chaque jours qui passent en font la démonstration . mais sont-ils les seuls responsables de cette situation déplorable ? Arrêtez de penser ,agir ,voter ( ou ne pas voter ?) comme des ploucs et de vous plaindre de ceux que vous avez placés ou laissés arriver au pouvoir
– Un peuple qui élit des corrompus, renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice.  »  George Orwell (1903 /50 ) je rajoute , des pollueurs , des casseurs des acquis sociaux et services publiques et saccageurs du patrimoine urbain , paysager et animalier

francis bertand
7 mois il y a

on ce sent tellement désarmé devant l attitude générale de je m en frontisme dans tout les domaines et a tout les niveaux, qu’ on en vient a baisser les bras .Laissons les faires bien tôt il ne mangerons plus de poissons, s il en reste ils pourront mettre leur si belle voiture a la ferraille puisque plus de pétrole, plus de matières premières, laissons ou très chères laissons les attendre la mort par famine ou par carnage entre tous, il est déjà bien trop tard pour réagir alors bye bye l humanité la nature pourra peut être souffler mais pas nous, riches ou pauvres ils leur restera leur yeux pour pleurer et leur argent pour manger

Boisderose
7 mois il y a

Bonjour, il n’y a pas que dans la mer que nos déchets , plastiques compris, arrivent ; il suffit de regarder nos trottoirs , parkings, et autres , pour constater le nombre toujours plus croissant des masques de protection qui ont été jeté avec désinvolture . Je suis consterné par ce comportement irresponsable et ce n’est qu’une infime partie de l’iceberg des pollutions . L’humanité n’a pas atteint la maturité de conscience nécessaire à cet éveil.

GUILLAUME
7 mois il y a

En comptant simplement le nombre de chômeurs qu’il y a sur les rives de la Méditerrannée, il y a l’effectif nécessaire pour nettoyer les plages quotidiennement. Affaire de citoyens et de gouvernements.

Michel
7 mois il y a

Adoptons les mêmes mesures d’urgence que celles appliquer pour vaincre la covid19.
Le plastique est un fléau planétaire. Nous devons combattre contre tous les pollueurs.

baspeyras
7 mois il y a

Pour réduire les rejets de plastique dans tous les réseaux hydrologiques de la planète il faut commencer par nettoyer les moindres rigoles ou fossés des bords de routes. Lorsque je vois qu’en France, en saison de fauchage des bas cotés de nos routes, les épareuses réduisent en milliards de particules des déchets plastique qui auraient pu être récoltés au préalable par des brigades composées de taulards et autres racailles vivant au crochet de la société, cela me met hors de moi et je me dis que nos élus ,quels qu’ils soient, ne sont même pas capables de voir ce grave problème, et il n’y a pas que les plastiques que l’on trouve un peu partout. Les gens sont très mal éduqués et se comportent tels des « porcs ».

Isabella
7 mois il y a

Il faut abolir le plastique non bio dégradable. Il n y a pas d autres solutions. Nous avons besoin du plastique. Notre société, depuis sa création en a grande utilité. Mais les humains sont trop paresseux pour le recycler correctement. Il faut donc évincer les produits nocifs plutôt que d essayer d éduquer la population. Je vis en Espagne depuis 5 ans et ici la plupart ne sait toujours pas ce qu est le recyclage.

Maux
7 mois il y a

Il plus que nécessaire de réduire voir bloquer toute pollution. Peut être en commençant par l’annulation pur et simple de la fabrication du plastique !

Mª Asunción Navarro García
7 mois il y a

Il faut pas rever! Il nàura aucune chance d’accord.
J’adore la Turquie, ses peuples et ses lieux. Je connais absolutement toute la côte Turque. J’étais là en diverses missions dépuis 1985…, Depuis le temps, malheuresement, la mer, là, c’est une poubelle. Tout le monde jette toutes les « merdes » en mer. Les plages, la mer noire, la mer méditerranée,…tout.
Et avec cet « oligarque » vous croyez que on peut accorder? Il est prêt à nuire à tout le monde. Mème des propres turques que ne sont pas d’accord avec ses pratiques ignobles et que salissent son propre pays, ne peuvent lever la voie sans être « escarrifies » NO, on doit trouver un autre façon d’obliger à suivre de normes de « bon sens ».

Stephanie
7 mois il y a

“Pendant que Macron et Erdogan s’écharpent” vous pensez que Macron interpele Erdogan pour des brouettes ?Il ne faudrait rien dire sur la politique genocidaire d’Erdogan ? Les appels à la haine d’Erdogan contre les peuples autochtones ou voisins ? Il faudrait se taire, laisser les massacres se faire, pour l’intérêt de la Méditerranée?

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

25
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x