Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

Un ingénieur nucléaire bouscule les réseaux sociaux : pour lui il s’agit de l’énergie de demain !

Avez-vous vu passer l’interview de Maxime Amblard, ingénieur nucléaire chez Framatome, sur les réseaux sociaux ?

Si ce n’est pas le cas, je vous invite à prendre le temps de visionner cette vidéo que vous retrouverez ici. (1)

Comme elle dure une heure, il est possible que vous n’en ayez pas le temps. Je vous retranscris donc quelques éléments saillants de son intervention.

 

1/ Le marché de l’électricité est plus tendu depuis qu’il est soumis à la concurrence

Le marché électrique en France dépendait autrefois d’une seule entreprise qui gérait tout : la production, le transport, la distribution et la fourniture. C’était EDF.

Mais les Etats européens et les institutions de l’UE ont voulu que le secteur de l’énergie, en dépit de son caractère stratégique, soit soumis à la concurrence.

Désormais les activités liées à la l’électricité sont divisées.

EDF gère la production

RTE gère le transport.

Enedis gère la distribution.

La fourniture est répartie entre différents prestataires de service mais le plus important reste Enedis lié à EDF.

D’après Maxime Amblard, cette ouverture à la concurrence n’a pas amélioré la production ou la qualité du service.

En revanche, cela a plutôt déstructuré le secteur de l’électricité en France, qui jusque-là, fonctionnait très bien.

 

2/ Le prix de l’électricité en Europe dépend du gaz

Il y a une spécificité du marché européen de l’électricité.

Son prix est calculé en fonction du coût marginal de la dernière unité de production qui rentre sur le réseau.

Or les dernières unités de production rentrées sur le réseau sont les centrales au gaz. Leur coût marginal de production est assez élevé.

Ce coût marginal de production est le coût lié essentiellement au fonctionnement de la centrale.

Il est très faible pour les énergies renouvelables et le nucléaire mais est plus élevé pour le gaz, le fioul et le charbon dont le prix du combustible est élevé aujourd’hui.

Ainsi, le prix de l’électricité en Europe est lié au gaz. Si le prix du gaz s’envole, ce qui est le cas en ce moment, le prix de l’électricité en Europe décolle.

Pour la France, cet effet est très désavantageux parce que l’électricité n’y est pas produite grâce au gaz…

 

3/ La part d’électricité intermittente a augmenté

Les pouvoirs publics garantissent le tarif de rachat liés aux énergies renouvelables. Tous les investissements vont donc vers ce type de production électrique. Mais c’est un raisonnement à court terme.

Le problème est que l’éolien et le solaire sont des énergies intermittentes.

La part d’intermittent a donc augmenté, tandis que la part de pilotable (nucléaire, fossile, hydraulique) a été réduite avec la suppression des centrales nucléaires en Allemagne et en France.

Résultat, la gestion des flux d’électricité est moins simple et la capacité de réaction du réseau européen en cas de crise est plus faible.

 

4/ Le risque de pénurie cet hiver est réel

Le réseau électrique ne peut pas réellement réagir en quelques mois. Il faut du temps pour construire des centrales électriques.

Si l’hiver est rude et que la consommation est trop importante le soir autour de 19h, les réserves d’électricité seront utilisées.

Il existe trois réserves qui permettent de répondre à une situation d’urgence. On joue sur la fréquence et sur les contrats spéciaux de certains consommateurs. Ces derniers payent l’électricité moins cher mais ils sont coupés du réseau en cas de crise. Ils servent de variable d’ajustement.

Si cela ne suffit pas pendant, l’électricité risque d’être coupée selon un système de rotation.

On passerait d’une région à une autre : 4 heures par ci, 4 heures par là…

Ce risque est-il réel ? Selon Maxime Amblard, il était déjà là en 2021 alors qu’il n’y avait pas de problème avec le gaz. Il s’est donc renforcé.

Pour cet hiver, la France serait prête à vendre une partie de ses réserves de gaz aux Allemands pour que ces derniers produisent de l’électricité qu’ils vendraient à la France.

En effet, il y a peu de centrales au gaz en France alors que l’Allemagne en compte davantage.

​​​​​​​Plus de 200 millions de mètres cubes de résidus à vie longue contaminent le sol français.

Le gouvernement prévoit de dépenser des milliards pour relancer le parc nucléaire français.

Nous ne devons pas le relancer mais bien le révolutionner !

Rester sur nos acquis n’est pas une solution durable.

Cet argent doit être consacré au développement de nouvelles technologies telles que le Thorium.

Des déchets neutralisables, pas de gaz radioactif, pas de gaspillage d’eau et plus de rendements !

NON au risque nucléaire,

POUR une France innovatrice et initiatrice de changement,

POUR une énergie plus propre et sécurisée,

POUR une indépendance énergétique !

5/ Pourquoi les réacteurs nucléaires sont-ils à l’arrêt ?

33 des 56 réacteurs français sont actuellement à l’arrêt. Pour Maxime Amblard cette situation est relativement normale.

EDF profite de l’été au moment où l’électricité est moins nécessaire pour effectuer ses travaux de maintenance.

Toutefois, il est vrai qu’il existe un risque de corrosion sur un certain nombre de centrales nucléaires (les plus récentes) et que EDF ne souhaite pas relancer ces réacteurs tant que le risque n’a pas été écarté.

En théorie, cependant, la plupart des réacteurs EDF devraient être fonctionnels en janvier, au moment du pic de consommation d’énergie.

Cela dit, la filière nucléaire n’est pas au mieux. Selon Maxime Amblard, cela est lié à l’absence de volonté politique pour défendre le nucléaire.

Pour lui, l’idée de sortir du nucléaire en 2050 est une ineptie. Cela limite les investissements dans le secteur et n’est pas réaliste dans une conjoncture énergétique tendue et de lutte contre le réchauffement climatique.

Il explique, par ailleurs, que dans un réacteur, à part l’enceinte extérieure et la cuve, tout peut être changé. Selon lui, on peut allonger sans risque la durée de vie des réacteurs.

Il estime que les deux réacteurs de Fessenheim n’étaient pas trop vieux. Les réacteurs avaient été rénovés et fonctionnels.

Il ajoute que même à l’arrêt ces réacteurs doivent être maintenus. Pour lui, cette décision est absurde.

 

6/ Est-ce que la France est dépassée dans le secteur du nucléaire ?

La France était en tête dans les années 80 et 90.

Mais la fermeture du projet superphénix sous la Présidence de Jacques Chirac, l’arrêt du projet Astrid et le désintérêt politique pour la filière, lui a donné des coups de frein.

Ces projets (Superphénix et Astrid) auraient permis à la France de lancer des réacteurs de 4e génération.

Or, ces réacteurs sont capables d’utiliser des déchets nucléaires qui sont stockés aujourd’hui mais non exploités.

Pour lui, l’uranium appauvri représente avant toute chose une extraordinaire réserve d’énergie.

Maxime Amblard affirme qu’avec ses réserves de combustible, la France aurait la capacité de produire de l’énergie pour 2000 ans ! Selon lui, cette vision est partagée par l’Académie des sciences.

À ce moment de la discussion, le journaliste qui interroge l’ingénieur sursaute.

Il demande pourquoi cette information n’est pas mieux connue et surtout pourquoi la France ne s’est pas encore lancée dans la production de réacteurs de 4e génération.

Maxime Amblard considère que cela est dû à un manque de vision et au coût de développement de cette technologie, qui reste élevé au départ.

Il explique qu’à l’inverse des français, les Chinois et les Russes disposent déjà de réacteurs de 4e génération.

En fin d’interview, l’ingénieur dit que si l’on veut sortir du pétrole, par exemple pour faire rouler des voitures électriques, il faut doubler la capacité du parc nucléaire actuel. Ainsi, les 6 réacteurs EPR de petite taille promis par Emmanuel Macron ne seraient pas suffisants.

Alors évidemment, Maxime Amblard plaide pour sa filière. Ingénieur nucléaire, il défend le nucléaire. C’est un avis orienté. Mais c’est aussi un avis informé.

Et la promesse d’une énergie à long terme mérite, il me semble, d’être prise en compte.

Le message de cet ingénieur sera-t-il entendu ?

Quel sera le mix énergétique en France et en Europe demain ? Quelle sera la part du nucléaire ?

 

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

P.S.S. : Cliquez ici pour consulter la pétition écrite par l’un des membres de notre communauté liée à cet article.

P.S.S.S. : Cliquez ici pour partager cet article sur Facebook.

​​​​​​​Plus de 200 millions de mètres cubes de résidus à vie longue contaminent le sol français.

Le gouvernement prévoit de dépenser des milliards pour relancer le parc nucléaire français.

Nous ne devons pas le relancer mais bien le révolutionner !

Rester sur nos acquis n’est pas une solution durable.

Cet argent doit être consacré au développement de nouvelles technologies telles que le Thorium.

Des déchets neutralisables, pas de gaz radioactif, pas de gaspillage d’eau et plus de rendements !

NON au risque nucléaire,

POUR une France innovatrice et initiatrice de changement,

POUR une énergie plus propre et sécurisée,

POUR une indépendance énergétique !

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Références 

  1. https://www.breizh-info.com/2022/09/21/208158/maxime-amblard-avec-des-reacteurs-nucleaires-de-4eme-generation-on-pourrait-repondre-a-la-demande-denergie-de-la-france-pendant-2000-ans/
S’abonner
Notification pour

68 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jean-Marie Patoureaux
1 mois il y a

Bonjour
Ci-dessous ma réaction lors de votre dernière prose pronucléaire, il y a un mois environ.
Et vous en remettez une couche !!!
Ce nouvel,article admet donc que la technologie nucléaire actuelle n’est pas bonne , c’est bien , mais proposer une nouvelle technologie, non, c’est pas la solution.

J’aime bien vos pétitions et en signe la plupart‌, mais là, ça me fâche, je ne suis vraiment pas d’accord !!!
Le réalisme, c’est acter que les experts de RTE et Ademe déclarent que le 100% renouvelable est réalisable en 2050.
C’est admettre que la France est le plus mauvais élève de l’Europe pour le renouvelable et qu’il faut « mettre le paquet » donc pas de budget pour le nucléaire,
que l’EPR de Flamanville a pris 12 ans de retard et dépassé son budget de 12 mds, et que le coût exorbitant du démantelement est minoré,
que le pb des déchets reste entier,
qu’un accident très grave peut survenir, éventuellement par une attaque terroriste ou guerre,
qu’on est loin de l’indépendance et du durable du fait des mines d’uranium,
qu’on n’avait pas prévu que la moitié des réacteurs seraient à l’arret cet été et que ce genre d’imprévu peut se renouveler,
qu’il faudra arreter certaines centrales quand on ne pourra plus les refroidir,
qu’on ne peut plus attendre 20 ans,
le nucléaire, c’est trop tard, bcp trop cher, extrêmement dangereux.

cordialement
Jean-Marie Patoureaux
,

Chrystele D
1 mois il y a

Bonjour Julien,
Merci pour cet article très intéressant et complet. Attention toutefois à être précis : Enedis est le distributeur d’électricité en France. La commercialisation revient aux différents fournisseurs dont EDF qui reste encore leader sur le marché.
Je partage cette vision mais je rajouterai un élément, non négligeable : l’énergie n’est effectivement pas un « produit » comme les autres. C’est la raison pour laquelle beaucoup ont milité contre l’ouverture à la concurrence.
Mais l’une des choses qui pèse énormément dans les difficultés actuelles d’EDF, c’est que, comme les clients ne quittaient pas facilement EDF car notre indépendance énergétique nous permettait d’avoir les prix les plus bas d’Europe (et les plus decarbonés), l’état a décidé de permettre aux concurrents d’EDF d’acheter à très bas coût une partie de la production nucléaire d’EDF. Ce tarif ARENH (assujetti au départ à un engagement de la part des concurrents à investir dans des moyens de production) plombe les comptes D’EDF et profite à des grands groupes comme Total. À l’heure où l’achat de l’électricité se négocie certains jours au-delà de 600 € le MWh, est-il normal d' »offrir » 120Twh à 42€ ?

Bref, c’est un vaste sujet, qui n’a pas intéressé grand monde ces 30 dernières années mais comme effectivement, il faudra faire de lourds investissements pour compenser les énergies fossiles, nous allons vite comprendre qu’il s’agit bien d’un produit de 1ère nécessité ! Trop tard hélas !

Claude
1 mois il y a

L’U-233 produit à la fin du cycle est également difficile à manipuler, car il contient des traces d’U-232, qui émet activement des rayons gamma. Si certains chercheurs soutiennent l’utilisation du thorium comme combustible parce que ses déchets sont plus difficilement à transformer en armes atomiques que ceux de l’uranium, d’autres affirment que des risques subsistent. Un peu moins de déchets mais ce problème est loin d’être résolu !

Baptiste
1 mois il y a

Tout à fait d accord! Cet article doit être porté à la connaissance de tous. Il faut que les citoyens s informent auprès des personnes compétentes et cessent d écouter les âneries des verts incompétents et relayés par des journalistes ou des politiques tout aussi incompétents !

Lelievre
1 mois il y a

Le lobby nucléaire est partout, même sur « les lignes bougent »…

Cancoillotte39
1 mois il y a
Répondre à  Lelievre

Tout à fait !
Pour ceux que ça intéresse, regardez la surface de panneaux photovoltaïques installés en France comparé à nos voisins… c’est ridicule en France !
De plus, lorsque l’on met de l’argent en recherche et développement, on se rend compte que l’on peut aujourd’hui produire des panneaux photovoltaïques sans silice mais avec un matériau 7 fois moins cher et dont le rendement est 40% supérieur aux panneaux classiques vendus aujourd’hui sur le marché : pourquoi n’avons-nous pas misé là dessus en France ?
Les pro-nucléaires regrettent qu’il n’y ait davantage d’argent public dépensé dans leur filière alors que c’est justement cette industrie qui a engloutie la majeur partie des aides publiques consacrées à l’énergie depuis 60 ans…

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

68
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x