Share on facebook
Share on twitter
Share on telegram
Share on email
Share on whatsapp
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on telegram
Telegram
Share on email
Email
Share on whatsapp
WhatsApp
Share on facebook
Share on whatsapp
Share on twitter
Share on telegram
Share on email
chevres

La chèvre de Monsieur Seguin

L’une d’entre vous a posté sur notre site une pétition pour défendre les chèvres sauvages du massif de la Nerthe. Celles-ci seraient menacées de perdre leur liberté, voire de mourir, certaines personnes voulant les éradiquer.

Je vous remercie pour cette belle initiative qui m’a fait découvrir, au moins par Internet et un guide de voyage, cette région et ses fameuses chèvres.

Le Massif de la Nerthe ou de l’Estaque est un ensemble de collines calcaires sur lesquelles autrefois poussait du myrte.

Or, en provençal le myrte se dit “nerto”, ce qui a donné “Nerthe”. Le myrte est une plante aromatique, qui dans l’Antiquité servait d’épice. C’était une alternative au poivre.

Ces collines sont peuplées depuis toujours ou presque par des chèvres sauvages appelées chèvres du Rove1. C’est le nom d’un petit village local.

Ces chèvres seraient venues il y a plus de 2600 ans de Mésopotamie, d’Anatolie et de Grèce, importées par des Phéniciens.

Elles font partie de la culture locale et même de la gastronomie, puisque certaines chèvres domestiquées donneraient le fromage de la brousse de Rove qui a décroché son Appellation d’Origine Contrôlée en 2018.

Jusque-là tout va bien.

Des automobilistes rendus chèvres…

L’ennui, c’est que la chèvre du Rove se porte si bien sur son massif que sa famille s’agrandit d’année en année.

Et ce n’est qu’une partie du problème. L’autre, c’est que le massif de l’Estaque est situé juste au nord de Marseille. La ville n’est pas loin et ses routes non plus.

Les chèvres ont tendance à se promener sur l’A55 au grand dam des automobilistes pressés et du préfet qui aurait ordonné que les chèvres soient éradiquées.

L’arrêté préfectoral porterait sur une harde d’une soixantaine de bêtes qui aurait pris la mauvaise habitude de circuler sur l’autoroute2.

La situation a ému la Fondation Brigitte Bardot2 et sa présidente qui, indignée, a écrit une lettre au préfet. Elle y aurait notamment déclaré : « Ce n’est plus une régulation mais bien une extermination pure et simple ! »

Une fois de plus, les chèvres sauvages du massif de la Nerthe sont menacées. Ces chèvres font partie du patrimoine naturel de nos collines, il est inadmissible de vouloir leur disparition.

Aidez nous à les sauver, rejoignez notre cause et signez la pétition !

Des bénévoles s’impliquent….

Sur place, l’association “les chèvres de nos collines” a pris les choses en main temporairement3.

L’une des bénévoles du mouvement explique que les membres ont commencé par fidéliser les chèvres en créant des enclos où elles sont nourries. Elles y sont vaccinées tandis que les boucs sont castrés3.

L’objectif est de réguler la population, d’empêcher les chèvres d’aller sur l’autoroute mais aussi d’éviter de contaminer avec des maladies les chèvres d’élevage du voisinage.

Leur démarche est soutenue par la Fondation Brigitte Bardot qui paye les vétérinaires qui viennent sur place.

L’association a obtenu de la Chambre d’agriculture un certificat montrant que les chèvres ne sont pas dangereuses pour les autres chèvres du voisinage.

L’autoroute a par ailleurs été sécurisée mais il reste une partie de travaux à faire, que la préfecture ne semble pas décidée à réaliser.

Nature, culture et civilisation !

L’histoire des chèvres de la Nerthe n’a rien d’anecdotique.

Dans une société de plus en plus citadine, de plus en plus connectée aux écrans et détournée de la nature, il est indispensable pour notre santé mentale et même physique de savoir garder un lien avec le monde sauvage.

Les chèvres de la Nerthe font partie du patrimoine naturel commun. Leur histoire est liée à la nôtre.

Tuer des chèvres présentes depuis plus de 20 siècles parce que l’on est incapable de sécuriser une autoroute constitue un terrible aveu de faiblesse.

Cette situation et notre capacité à la gérer au niveau local et national posent la question du monde que l’on veut pour aujourd’hui et pour demain.

Sommes-nous condamnés à vivre dans un environnement saturé de béton, de supermarchés et d’entrepôts pour Amazon ? Ou sommes-nous capables d’aménager des zones sauvages, des zones naturelles, y compris à proximité des villes ?

C’est une question existentielle. Pour les chèvres bien sûr dont la vie est directement en jeu, mais aussi pour les humains dont la représentation de leur vie est en jeu. Et ce n’est pas un détail.

La préservation de la faune et de la flore connaît un écho puissant auprès des enfants et des adolescents parce qu’ils en mesurent, au fond d’eux-mêmes, l’importance vitale.

Ils savent mieux que les adultes qu’il existe un lien sacré entre tous les êtres vivants, même s’ils se dévorent entre eux. Et il n’est pas possible de diluer totalement ce lien.

On s’inquiète parfois de savoir si les Africains seront capables de garder leurs éléphants ou leurs lions, dont les populations diminuent depuis des années, mais en France, ce sont des chèvres que nous peinons à garder !

Qu’il y ait des débats âpres sur les loups, les ours ou les lynx qui sont des animaux dangereux, qui s’en prennent potentiellement aux troupeaux, cela se comprend.

Mais pour les chèvres, faut-il vraiment en passer par les abattages répétés ?

N’y a-t-il pas de solution plus constructive ?

Les Anglais parviennent bien à garder dans les forêts de Exmoor et de Dartmoor des chèvres sauvages dont les habitants sont extrêmement fiers !

Pourtant, le sud de l’Angleterre est assez peuplé. Et la concurrence avec les automobilistes existe aussi. Si les Anglais parviennent à préserver leurs chèvres sauvages, sûrement les Français peuvent-ils le faire aussi !

Solidairement,

Julien

 

P.S. : Signez la pétition « Sauvez les chèvres de la côte bleue » et partagez cet article sur Facebook en cliquant ici.

P.P.S. : Vous voulez réagir à cet article ou évoquer votre ressenti ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Une fois de plus, les chèvres sauvages du massif de la Nerthe sont menacées. Ces chèvres font partie du patrimoine naturel de nos collines, il est inadmissible de vouloir leur disparition.

Aidez nous à les sauver, rejoignez notre cause et signez la pétition !

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

S’abonner
Notifier de
34 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
Dusseaux
3 mois il y a

C’est nous qui les avons intégrées sur nos massifs. Ces petites bêtes n’ont rien demandé. Qu’on les laisse tranquille !
Dans ce cas éradiquer également les chevreuils, qui sautent les grillages près des autoroutes, alors qu’on a empiété sur leur territoire.

Karine v H
3 mois il y a

C’est le monde à l’envers.
Si je comprends bien, il est question que les animaux s’adaptent à l’homme ?
Je rêve !!!!!
Laissons vivre les chèvres, loups, ours et lynx LIBRES et entre eux ; la nature sait ce qu’elle fait et le fait très bien.
C’est nous humains soit disant intelligents et perspicaces qui devons laisser les animaux dans LEUR nature, et adapter nos vies en fonctions d’eux.
Qui donc a décidé de les déranger, et de nous donner la suprématie sur leur propre habitat ?
A ne pas croire…..

ord
3 mois il y a

je suis tout a fait d’accord pour sauver ces chèvres

néanmoins il n’en reste pas moins que leur divagation sur autoroute est dangereuse et peut provoquer de graves accidents même si l’automobiliste roule avec prudence et sans excès de vitesse

c’est d’ailleurs un problème rencontré avec les cervidés en campagne

surtout les chevreuils car même en faisant attention nous sommes a la merci de traversées intempestives que nous ne pouvons prevoir

Christiane Huard
3 mois il y a

Le rôle des préfets consiste-t-il à faire arrêtés sur arrêtés pour liquider tt animal vivant en France,je suis excédée!

Dolores Gauthier
3 mois il y a

Voir ces chèvres, c’est un poème en ces temps troubles, c’est un soleil ans l’ombre. Ça remet tout en perspective …

Fornaciari
3 mois il y a

Je suis bien d’accord avec vous, Marie Brigitte, je reprenais l’expression prise dans la pétition, mais pour moi aussi, elle n’est pas juste…

Marie-Brigitte Mariton
3 mois il y a

Pourquoi qualifier les loups, les lynx et les ours de dangereux ? Vous faites le jeu de ceux qui veulent les éradiquer. Ces animaux fuient l’homme, mais ce dernier penètre de plus en plus sur leur territoire, il tue, pour le plaisir, les proies qui sont leur nourriture. Les troupeaux qui sont protégés et gardés n’ont rien à craindre d’eux. Mais les bergers qui acceptent de prendre toutes les précautions pour vivre en bonne entente avec ces animaux sont dénoncés par ceux qui ne veulent prendre aucune précaution.

Fornaciari
3 mois il y a

Il faut protéger ces chèvres comme toutes les espèces animales, dangereuses (loups, ours, lynxs, etc.) ou non dangereuses… Car l’espèce la plus dangereuse sur cette terre, c’est l’espèce humaine qui détruit tout sur son passage.

Fl. Bousquet
3 mois il y a

Mais si on stérilise les boucs et que les femelles ne sont pas pleines, ces chèvres vont disparaître rapidement quand même !
C’est ça la solution Brigitte Bardot ? Elle sauve les bêtes vivantes mais pas la race…
Pas bien compris l’action !(ni cette histoire d’enclos !!!)
Du coup je m’abstiens ne sachant ce qu’implique cette pétition.

Last edited 3 mois il y a by Fl. Bousquet
AVIGNON Anne
3 mois il y a

Bon sang, ce ne sont pas des photos de Chèvres Rove que vous présentez !!! Les chèvres de Rove sont très particulières avec leurs cornes torsadées qui se développent en s’écartant en forme de lyre. Quand à vos remarques sur les loups,ours et lynx elles ne sont pas acceptables pour des défenseurs d’espèces sauvages. D’ailleurs s’ils y avaient des loups dans ces espaces naturels il y aurait un équilibre qui se ferait naturellement, au contraire « fidéliser les chèvres en créant des enclos où elles sont nourries » est une aberration. Protéger des espèces requiert une connaissance et une étude de celles-ci ainsi qu’un travail pédagogique auprès du public.

annie
3 mois il y a

Plaidoyer pour les chèvres sauvages du massif de la Nerthe, les chèvres de Monsieur Seguin :
Ces chèvres, parfaitement intégrées depuis toujours à leur milieu de vie, entretiennent la végétation des massifs et contribuent à l’équilibre écologique et environnemental. Ce ne sont pas ces animaux qui dérangent, sans même avoir proliféré en surnombre, ce sont les routes construites, en trop plein de bétonnage partout, qui ont empiété sur leur territoire et dévoré leur habitat naturel : là où les automobilistes font des ravages en pollution et accidents, nombreux fous au volant, matérialistes enragés de leur tout puissance mécanique contre nature. C’est ce monde artificiel-là, qui ne sait plus ralentir ni réfléchir, qu’il faut éradiquer, parce qu’il est rabougri, sans conscience ni morale et de plus en plus barbare ; et ses serviteurs d’Etat, et autres couches opaques nuisibles du millefeuille administratif ruineux, au zèle clientéliste, électoral, à la signature facile et pressée quand il s’agit d’extermination des espèces et du vivant (déterrage des blaireaux, renards etc.) : fin du progrès humain. Ce monde dominateur qui sur terre exacerbe la vitesse (à réserver aux fusées) jusqu’à la folle déshumanisation d’aujourd’hui, doit renoncer à finir de tout détruire et laisser la nature reprendre ses droits à son rythme qui est le seul viable, celui de la vraie vie, en respect et harmonie avec les autres espèces et le climat, pour en saisir intelligemment le sens gratifiant, contraire de la médiocrité ambiante, quasi-générale, au service de l’avidité des seuls égoïsmes de plaisir individuel et de divertissement tribal, dégénérés et nocifs pour l’intérêt général.

feynix
3 mois il y a

Je signe la pétition mais comme beaucoup je suis choquée de cette aversion pour les loups ours et lynx qui sont certes des prédateurs mais qui sont là aussi pour réguler la population animale comme les chèvres . Mon propos peut paraitre cruel pour certains mais les prédateurs sont là pour réguler les populations animales qui se reproduisent rapidement. Nous ne sommes pas émus de voir un ours polaire dévorer des BB phoques ou autre. Mais là aussi à force de se mêler de tout et n’importe quoi nous avons déréglé les équilibres naturels le climat et j’en passe. Nous sommes même capable de nous créer des virus pour nous éradiquer alors il faut continuer – c’est de l’ironie bien sur. Il faudrait surtout que nous ayons l’humilité de reconnaitre simplement que nous ne sommes pas si bien intégré sur notre terre et qu’il faut en prendre soin.

rachel
3 mois il y a

Bonjour, je ne signerai pas cette petition, bien que la cause en semble juste , mais parce que je suis choquée par le commentaire suivant publié et partagé a grande echelle: « Qu’il y ait des débats âpres sur les loups, les ours ou les lynx qui sont des animaux dangereux, qui s’en prennent potentiellement aux troupeaux, cela se comprend.  » Ces animaux ont plus que besoin egalement de notre soutien.

Claude Duval
3 mois il y a

Ah si on pouvait éradiquer tous les cons qui se croient intelligents !
En tout cas faisons une eradiquation de masse en 2022

u muvrinu
3 mois il y a

« régulons, régulons … ! »

ou bien « reculons, reculons … ! » ?

ma pauvre France … !

Paul
3 mois il y a

Je trouve extrêmement maladroit et malvenu de qualifier les loups, ours et lynx d’animaux dangereux… Je travaille dans le milieu naturaliste et ce propos me choque. Je signe tout de même la pétition, mais à cause de cette phrase, j’ai hésité à le faire.

Jean Pierre JAOUEN
3 mois il y a

Hors la sauvegarde du troupeau en question, serait-il insensé de prendre contact avec des associations de sauvegarde des animaux et de la nature pour éventuellement en lâcher dans des zones montagneuses non occupées plutôt que de supprimer les mâles et stériliser des femelles, cela entretiendrait le paysage contre des risques d’incendie

Martine Herber
3 mois il y a

En Suède et Norvège, les moutons vivent librement dans les collines ou la campagne, et pour les empêcher d’entrer dans les villages il y a des « ponts » métalliques dont les barreaux au sol sont assez espacés pour dissuader les animaux de les emprunter. Et pour qu’ils n’aillent pas sur les routes, des grillages sont installés le long de celles-ci. Ce n’est pas sorcier : et les grillages ont une durée de vie très très longue ; donc un investissement important ne peut être que rentable.

jean pierre mineur
3 mois il y a

Je signe cette petition, car il est inacceptable de massacrer ces chèvres.
J’ai neanmoins hesite apres avoir lu la presentaion du probleme en lisant qu’il semblait legitime qu’il y ait des debats apres concernant le loups , les ours et le lynx, et dans la phrase d’apres l’interrogation sur la justification de la’abattage des cheveres. Tout a penser que l’uateur juge justifie l’abattage des loups, des ours et des lynxs, ce qui pour moi est inacceptable.
Ces predateurs ont leur place et ont le droit de vivre. Ne s’agissant que des loups, il est etonnant qu’ils soient accusés de tant de massacre en France, alors qu’en Italie, d’ou viennent les loups qui ont essaimes vers le Mercantour, le nombre de predations est 10 fois moins importants.
Dommage d’avoir pollué la demarche destinee a proteger ces chèvres de la Nerthe …..

dilonou
3 mois il y a

Le gouvernement Macron comme beaucoup d’élus ne font peu de cas de l’écologie et de l’humain , chaque jours qui passent en font la démonstration . mais sont-ils les seuls responsables de cette situation déplorable ? Arrêtons de penser ,agir ,voter ( ou ne pas voter ?) comme des ploucs et de nous plaindre de ceux que nous avons placés ou laissés arriver au pouvoir – Un peuple qui élit des corrompus , des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice.  »  George Orwell 1903 /50 je rajoute , des pollueurs , des casseurs des acquis sociaux et services publiques et saccageurs du patrimoine urbain , paysager et animalier

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

34
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x