Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur facebook
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur email
sanglier-fukushima

Les sangliers de Fukushima

Le 11 mars 2011, un tremblement de terre frappe le Japon provoquant un tsunami géant.

Les vagues déferlent sur la côte nord-est du Honshu, l’île principale du Japon. Elles viennent frapper la préfecture de Fukushima, où se trouvent deux centrales nucléaires, dont celle de Fukushima Daiichi.

Cette installation est frappée de plein fouet par le tsunami. Le système de refroidissement principal de la centrale nucléaire est mis hors service et les cœurs des réacteurs n°1, n°2 et N°3 entrent en fusion.

Cela provoque la surchauffe de la piscine d’entreposage des combustibles du réacteur n°4, puis différentes explosions, des incendies et d’importantes retombées radioactives sur le territoire japonais et dans l’océan Pacifique. (1)

Il faudra des semaines et le courage extraordinaire des professionnels impliqués pour parvenir à maîtriser la situation.

80 000 personnes ont été déplacées en urgence à cause de l’incident, ce qui aurait provoqué la mort prématurée de 2300 d’entre elles.

En tout, 160 000 personnes ont été déplacées hors de la zone d’exclusion.

Les scientifiques débattent encore sur le véritable bilan humain de cet épisode et notamment du nombre de cancers provoqués par les radiations. (1)

Des zones d’exclusion où la nature revient

Une chose est sûre, la catastrophe de Fukushima est l’incident nucléaire le plus grave qui soit survenu depuis l’accident de Tchernobyl en Ukraine en 1986.

Dans les deux cas, les zones touchées ont dû être évacuées de leurs habitants en raison de la radioactivité présente sur les sites.

Et à Tchernobyl comme à Fukushima, cela a permis à la nature de reprendre ses droits sur les territoires cédés par l’homme.

De nombreuses espèces, dont les sangliers, se sont mis à coloniser l’espace déserté par les habitants.

En Ukraine et en Biélorussie, les scientifiques en ont profité pour introduire 30 chevaux de Przewalski en collaboration avec le zoo de Prague. (2)

Cette race sauvage avait quasiment disparu. À Tchernobyl, elle s’est mise à renaître.
La zone d’exclusion en compte plus de 150 en Ukraine et 60 en Biélorussie. (2)

Sangliers ou cochons ?

Au Japon, les scientifiques n’ont pas encore introduit de nouvelles espèces.

En revanche, ils ont observé de près la prolifération des sangliers.

Ces derniers sont passés de 49 000 en 2014 à 62 000 en 2018. (3)

Ils se sont même croisés avec des cochons domestiques créant de nouvelles espèces.

En effet, à la suite de l’évacuation de la zone, 30 000 cochons sont restés abandonnés dans les fermes désertes.

Les scientifiques observent de près ces animaux

Ils craignent, en effet, que les gènes des cochons domestiques ne soient pas adaptés à la vie sauvage menée pour les sangliers.

Toutefois, dans cette zone où les suidés n’ont pas de prédateurs, les risques semblent limités.

De même, les radiations ne semblent pas, pour l’heure, avoir d’effets délétères sur ces animaux robustes.

Ces craintes ont toutefois fini par s’estomper car les populations de sangliers, même avec des gènes de cochon, semblent en bonne santé. Par ailleurs, au fil des générations, les gènes de sangliers semblent prendre le dessus sur ceux des cochons. (3,4)

La nature revit. Cela est vrai pour les sangliers mais aussi pour les lièvres, les renards, les macaques et les cerfs sika qui commencent à peupler cette nouvelle zone libre !

Le seul véritable danger pour ces animaux sera leur retrouvailles avec les humains lorsqu’ils voudront sortir de la zone d’exclusion.

Et en effet, les autorités locales s’inquiètent de la prolifération des sangliers dont elles souhaitent réguler le nombre avec l’intervention de chasseurs locaux.

Ainsi, les zones où l’être humain ne se rend plus durant plusieurs décennies redeviennent rapidement fertiles et vivantes.

C’est ce qui s’est passé à Tchernobyl ou Fukushima mais aussi dans le no man’s land de 12 km entre les deux Corées.

Dans cette zone inviolée depuis 1953, de nouvelles espèces de plantes seraient apparues. (4,5)

Ainsi, le vrai défi environnemental, n’est pas de sauver la planète.
Elle n’a pas besoin des hommes pour vivre et survivre.

Ce qu’il faut sauver c’est la relation entre la planète et les hommes.

C’est uniquement en prenant soin de notre planète que nous pourrons continuer à y vivre durablement.

La catastrophe de Fukushima nous aura-t-elle aidés à évoluer dans ce sens ?

À voir !

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Évoquez votre ressenti lors de la signature de la pétition ou cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

S’abonner
Notifier de
85 Comments
Inline Feedbacks
View all comments
DIAZ
2 mois il y a

Si mes souvenirs sont bons, un cochon à Nagasaki a survécu alors qu’il était à un endroit où toute vie avait disparu compte tenu de la proximité de’ l’épicentre de l’explosion.

Jacques Heurtault
2 mois il y a

On ne parviendra pas à résoudre les problèmes de ce type si on refuse d’en rechercher les causes et, par conséquent, les responsables. C’est la mise en place de la mondialisation – je dis bien « mise en place » car c’est le résultat d’une décision humaine – qui est la cause de l’accroissement considérable de la pollution et des multiples atteintes à notre environnement. Plus précisément, c’est la combinaison de la « concurrence » soit disant libre et non faussée et de la mondialisation qui provoque tous ces graves désagréments.

mat
2 mois il y a

très jolie histoire… sauf que, et ça a plusieurs fois été démontré, la radiation tant a tchernobyl qu’a fukushima affecte la flore qui, étant consommée par eux, augmente la dose reçue par les herbivore, qui, a leur tour, font exploser celle des carnivores. la seule chose qui donne un semblant de normalité a cette situation est que la plupart de ces espèces ont une vie trop courte pour assimiler une dosse assez forte pour déclancher les maladies et dégénérescence les plus graves et visibles. mais sans conteste, ils ne sont PAS en bonne santé.

FRISON
2 mois il y a

JE SUIS INVENTEUR CONCEPTEUR ; AYANT ÉLABORÉ UNE INVENTION ENTRE AUTRES POUR RÉPARER LA COUCHE D’OZONE , QUI COMME ON LE SAIT , EST LE VECTEUR PRINCIPALE , CAUSANT LE DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE ! CE PROCESSUS , JE L’AI PROPOSÉ À LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE EN 2019 , OR , AUCUNES RÉACTIONS , NI RÉPONSES DE LA PART DE L’ENTITÉ CONTACTÉE !!!??? PEUT-ON , DANS CE CAS , ENCORE CROIRE EN UNE VELLÉITÉ QUELCONQUE DE VOULOIR SAUVER LA PLANÈTE ? LE PROCÉDÉ EST BASÉ SUR UNE INVENTION FRANCO-ITALIENNE COMBINÉE AVEC LA MIENNE , ET FORME UN TOUT , UNE FOIS ENVOYÉ DANS L’ESPACE , POUR FABRIQUER DE L’OZONE ET L’INJECTER DANS LA COUCHE

FRISON
2 mois il y a
Reply to  FRISON

D’AUTANT PLUS QUE EN MÊME TEMPS J’AI DÉVOILÉ LE MOYEN DE FABRIQUER DE L’ÉLECTRICITÉ GRATUITEMENT AVEC L’ADAPTATION DU PROCÉDÉ , UNIQUEMENT AVEC DE L’ÉNERGIE RENOUVELABLE , ET POUVANT S’ADAPTER SUR LES FORCES MOTRICES EN TOUS GENRES , AINSI QUE POUR LES BESOINS INDUSTRIELS ET MÉNAGERS ! OR , LÀ AUSSI ÇA N’INTÉRESSE PAS NOTRE GOUVERNEMENT !!!??? COMME SOUS LE RÉGIME « HOLLANDE » OÙ J’AI PROPOSÉ UN MOYEN DE DIMINUER LE CHÔMAGE DRASTIQUEMENT , ET QUE JE N’AI ÉGALEMENT MÊME PAS EU DE RÉPONSES !!!??? PEUT-ON ALORS ENCORE CROIRE EN LA CLASSE POLITIQUE ????

Micheline Laufer
2 mois il y a

Votre intervention est intéressant et pertinente, et en effet il ne manque plus qu’une étude scientifique et elle devient éclatante.

INARD
2 mois il y a

L’homme est le plus grand prédateur de notre planète … la nature reprend ses droitsmeme et surtout sans lui il faudra sans doute malheureusement encore beaucoup d’accidents planétaires pour que l’humain respecte la terre

souhaitons qu’une prise de conscience collective et des mesures concrètes et politiques planétaires prennent le pas pour protéger accompagner la relation humains et nature !

FRISON
2 mois il y a
Reply to  INARD

VOIR LES PARAGRAPHES PUBLIÉS PAR FRISON ET VOUS AUREZ LA RÉPONSE !

Guillaume Héquette
2 mois il y a

J’ai peur que sans volonté politique et même industrielle, les peuples à eux seuls ne pourront pas inverser les choses… j’espère me tromper…

Sammaritano Genevieve
2 mois il y a

Ne pas réintroduire l humain c est nous qui détruisons tout

ALAIN MONTEL
2 mois il y a

comme quoi, la nature finit toujours par avoir raison

jpdebelco
2 mois il y a

donc moi je le dit depuis des lustres (mais ce n’est pas de moi) la nature reprend toujours ses droits méditer messieurs et mesdames les écolos !!!!!!

RESNOUS
2 mois il y a

Décidément ces japoiais sont aussi menteurs et idiots que TOUS les autres dirigeants (Et il faut dire que nous, nous avons gagné le gros lot avec le P’tit chef qui est le grand pote des chasseurs et des amateurs de corridas. C’est la raison pour laquelle il a recruté le gros….. grand amateur de ces 2 loisirs infâmes pratiqués par des arriérés moyenâgeux!!!)qui prennent véritablement leurs CITOYENS pour des demeurés…En effet, il y une réelle ALTERNATIVE au massacre de ces belles créatures afin de réguler leur population. Il suffit de stériliser des femelles pendant un certain temps. La solution qu’ils proposent c’est UNIQUEMENT pour laisser aller la nature profonde humaine…TUER, MASSACRER LES AUTRES ESPECES! Alors qu’il y a une surpopulation humaine quasi mortifère car cela risque de déboucher sur des massacres en masse pour conquérir des territoires en rétrécissement découlant du réchauffement et de la montée des eaux….
VIVEMENT QUE LES EXTRATERRESTRES (s’ils existent?) VIENNENT METTRE DE L’ORDRE SUR NOTRE « BELLE » PLANETE.. ET TANT PIS SI CES homo sapiens DE M;;. DISPARAISSENT CAR ILS AURONT TOUT FAIT POUR.

Luc Foucart
2 mois il y a

Merci infiniment de cet article passionnant qui, effectivement, nous amène à réfléchir sur notre relation à la nature.

Nathalie
2 mois il y a

Que c’est bon de savoir que tout peux renaître même après les pires atrocités.
Merci pour cette information pleine d’espoir

Berger
2 mois il y a

Personnellement, cela très longtemps que je suis convaincue que la planète (et donc les animaux) se porterait bien mieux sans nous, les Hommes! En fait, nous sommes incapables de la « sauver » et mieux vaudrait que notre espèce disparaisse, tout simplement. En attendant, au moins faudrait-il faire baisser la démographie drastiquement.

Le Granché michelle
2 mois il y a

Bonjour la planète terre est assez grande pour accueillir toutes les hêtres vivants végétaux et animaux (toutes espèces confondues y compris les hommes)pour y vivre en toute impunité et en bonne intelligence et en parfaite harmonie, donc ça veut dire que les hommes doivent accepter de vivre en communauté et respecter les autres hêtres vivants qui sont les animaux et le monde végétal.

Botella
2 mois il y a

Bonjour,
C’est une lapalissade de constater que la Nature n’a pas besoin de l’homme pour se régénérer. Elle s’est très bien débrouillée depuis des milliers d’années sans lui. Et s’il devait disparaître de la surface du globe, elle ne s’en porterait que mieux !!! Seulement l’homme se prend pour le Créateur alors qu’il est simplement un cafard nuisible et destructeur.

renee jacquet
2 mois il y a

bonjour je suis très contente du reportage que je viens de lire que les animaux aient pus survivre et se reproduire bien sûr ils peuvent survivre sans nous ils sont heureux libres et loin des êtres humains qui ne pensent qu’à les chasser lorsque je regarde des documentaire sur l’Afrique les africains ils vivent avec tout ses animaux sauvages certaines personnes trouvent même normal que les prédateurs mangent quelques vaches quelle belle leçon de tolérance envers les prédateurs nous donnent ces personnes car bien souvent ils sont très pauvres nous ont ne supporte rien ni le coq qui chante ni le loup ni l’ours c’est bien triste les animaux sauvages ont droit à leur espace et partageons avec eux la terre et notre si belle nature prenons soin les uns des autres et surtout de notre belle planète belle et douce nuit Gabrielle

Zerman Akrof
2 mois il y a

Le seul ennemi de la nature et de la planète en général est l’être humain par son égoïsme, son ignorance et son arrogance.
Le jour où le moment où tout les humains comprendront qu’ils menassent leur propre existante par ces comportements destructeurs, peut être qu’ils se reconsillient avec la nature.

Schuss
2 mois il y a

Très bonne analyse ! La mauvaise communication du GIEC a été de communiquer sur « il faut sauver la planète » ! Cela a brouillé le message. Si l’homme n’arrête pas la destruction massive de son environnement, c’est lui qui périra. La planète lui survivra !

WEITE
2 mois il y a

C’est tellement vrai
c’est aux humains à l’adapter

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

85
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x