Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

Pourrait-on couvrir le Sahara de panneaux solaires ?

En arabe, le Sahara se dit Al Sahra, ce qui signifie vaste zone dépourvue de végétation. (1)

Avant que ce terme ne s’impose dans la plupart des manuels de géographie et des langues du monde, les berbères locaux parlaient simplement du grand désert.

Est-ce qu’un jour on parlera d’une vaste zone couverte de panneaux solaires ?

L’idée n’est pas neuve.

C’est même un rêve qui existe depuis que l’on a découvert les panneaux solaires.

Mais ce rêve ne verra sans doute pas le jour et heureusement. Vous allez comprendre pourquoi.

 

Un océan de sable et de dunes

Le Sahara couvre 9 millions de km² (2).

Cela représente 30% de la surface de l’Afrique.

C’est le plus grand désert du monde.

Il s’étend sur dix pays : le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et l’Egypte ainsi que sur le nord de la Mauritanie, du Mali, du Niger, du Tchad et du Soudan.

Il couvre quasi intégralement l’Algérie, la Libye et l’Egypte. (3)

Il va de l’Atlantique à la mer Rouge.

C’est un désert constitué de dunes ou ergs, ou de zones caillouteuses aussi appelés regs. (4,5)

Le Sahara compte aussi des massifs rocheux, des plateaux, des falaises ainsi que quelques milieux humides disséminés ici ou là : ce sont des oasis ou des marais.

Le Sahara est enfin riche de nombreuses ressources naturelles : hydrocarbures, uranium, phosphate et autres minerais ainsi que de précieuses eaux souterraines. (6)

 

L’utopie Desertec

Mais la ressource la plus évidente du Sahara est le soleil.

Cette immense étendue reçoit plus de 3600 heures d’insolation par an, soit une moyenne de 10 heures d’insolation par jour. (7)

C’est la zone du monde où le soleil sévit le plus. Les précipitations y sont de moins de 100 mm par an.

Et des ingénieurs ont calculé que 1,5 km² de désert du Sahara pourrait permettre de produire l’équivalent en énergie de 1,5 millions de barils de pétrole par an. (8)

Sauf qu’il s’agit d’une énergie renouvelable.

Les barils puisés disparaissent tandis que le soleil est là en permanence.

C’est ce calcul qui a donné naissance au projet Desertec. (9)

D’autres chiffres ont été pris en compte.

Par exemple, un panneau solaire placé en Algérie peut produire chaque année trois fois plus qu’un panneau solaire en Allemagne. (10)

Un panneau solaire de 1 m² dans le Sahara peut produire en moyenne 5 à 7 kilowatts/h d’électricité tous les jours.

Si vous portez cette surface à 1 km² cela fait 5 à 7 Gigawatts/h d’électricité tous les jours. (11)

Si cette surface est portée à 1000 km², cela donne 5 à 7 Térawatts/h d’électricité.

Une telle production serait suffisante pour couvrir l’essentiel des besoins européens en électricité. (12)

Et si vous multipliez cette surface de panneaux solaires par 10, soit 10 000 km² de Sahara, vous avez suffisamment d’électricité pour le monde entier.

Et cela ne représente qu’une petite partie des 9 millions de km² du Sahara. (13)

Voilà l’hypothèse qui a convaincu le club de Rome, un réseau entre économistes, industriels et haut fonctionnaires de plus de 50 pays, de lancer le projet Desertec. (14,15)

Partout en France les forêts sont massacrées pour installer des panneaux solaires.

C’est plus de 82 projets soit 3 400 hectares de forêts en péril.

Les promoteurs, motivés par des profits juteux, privilégient des zones ensoleillées au détriment de nos espaces naturels.

Nous soutenons les énergies renouvelables mais nous refusons catégoriquement de sacrifier nos espaces naturels et la biodiversité qui en dépend.

Cela devrait tomber sous le sens. Il faut mettre en priorité les panneaux solaires sur les zones déjà artificialisées : parkings, zones polluées et surtout, toitures !

Les grands acteurs de Desertec

En 2003, la fondation Desertec a été créée par le club de Rome.

Un autre réseau de travail a été créé avec la TREC : Transmediterranean Renewable Energy Cooperation. (16)

Il s’agit d’un organisme de coopération international rassemblant des pays méditerranéens et du Moyen-Orient.

Puis différentes sociétés se sont regroupées dans le consortium DII (Desertec Industry Initiative).

Le leadership était allemand. Une dizaine de sociétés dont le géant de l’énergie E.ON constituait ce consortium.

Puis, d’autres acteurs européens sont entrés dans la danse.

Désormais le concept Desertec a été intégré dans les politiques européennes de l’énergie.

Mais il s’agit plus d’un réseau de professionnels échangeant des idées et des technologies que d’un véritable système de production d’énergie solaire.

 

Un problème de transport

Si le concept Desertec est si long à se déployer, c’est parce que les coûts d’une telle opération restent très importants.

Pour commencer, il faudrait relier entre eux les différents projets de productions d’énergie renouvelables d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et acheminer l’électricité produite en Europe.

Mais aujourd’hui, il n’existe que deux liaisons électriques entre les continents africain et européen.

Elles sont situées près de Gibraltar entre le Maroc et l’Espagne.

Mais il faudrait en construire plus de 500 ou 600 autres pour pouvoir acheminer l’électricité nécessaire aux besoins européens.

D’autres liaisons via l’Italie ou la Grèce pourraient voir le jour mais cela ne fera que deux ou trois gros câbles en plus…

Par ailleurs, pour produire de l’électricité sur place il faudrait également des investissements colossaux.

Et le coût de la maintenance est aussi conséquent.

Enfin, transporter de l’électricité n’est pas simple. Outre l’infrastructure, il faut prendre en compte la déperdition d’énergie.

Les experts estiment que tous les 1000 km de transport, on perd environ 3% d’électricité.

Cela peut paraître surmontable, les distances méditerranéennes n’étant pas gigantesques. Il y a par exemple 2000 km entre Berlin et Tunis.

 

De grands projets solaires sortent de terre en Afrique du Nord

Si le concept Desertec n’a pas vraiment abouti sur le terrain, il a néanmoins donné envie à certains gouvernements locaux de prendre les devants.

Ainsi, le Maroc avec la centrale thermodynamique de Noor-Ouarzazate et l’Egypte avec son parc photovoltaïque de Benban qui fait plus de 37 km2 sont entrés dans une nouvelle ère énergétique.

D’autres projets devraient voir le jour.

En revanche, il est possible que les gouvernements optent de plus en plus pour les panneaux photovoltaïques.

En effet, leur prix a chuté ce qui rend les centrales thermodynamiques, qui utilisent des miroirs, moins attractives.

La course au soleil a-t-elle des effets sur l’environnement ?

La volonté des européens de sous-traiter une partie de leurs besoins énergétiques aux pays du Sahara est parfois critiquée. (17)

En effet, certains pays européens comme le Royaume-Uni comptent sur l’électricité renouvelable produite par l’éolien et le solaire du Sahara pour les aider à atteindre leurs objectifs environnementaux.

Une partie des écologistes s’inquiètent d’une transformation du Sahara en une vaste zone industrielle au détriment de la faune et de la flore locale ainsi que des habitats traditionnels. (18)

Rien n’est simple en matière environnementale !

 

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

P.S.S. : Cliquez ici pour consulter la pétition écrite par l’un des membres de notre communauté liée à cet article.

P.S.S.S. : Cliquez ici pour partager cet article sur Facebook.

Partout en France les forêts sont massacrées pour installer des panneaux solaires.

C’est plus de 82 projets soit 3 400 hectares de forêts en péril.

Les promoteurs, motivés par des profits juteux, privilégient des zones ensoleillées au détriment de nos espaces naturels.

Nous soutenons les énergies renouvelables mais nous refusons catégoriquement de sacrifier nos espaces naturels et la biodiversité qui en dépend.

Cela devrait tomber sous le sens. Il faut mettre en priorité les panneaux solaires sur les zones déjà artificialisées : parkings, zones polluées et surtout, toitures !

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

(1) https://www.larousse.fr/encyclopedie/autre-region/le_Sahara/142022
(2) https://fr.123rf.com/photo_70778882_carte-du-d%C3%A9sert-du-sahara-et-de-la-zone-du-sahel.html
(3) https://fr.123rf.com/photo_70778882_carte-du-d%C3%A9sert-du-sahara-et-de-la-zone-du-sahel.html
(4) https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1970_num_79_431_19801
(5) http://atlas-sahara.org/milieux/reg/reg.html?cat=milieux
(6) https://lewebpedagogique.com/histoiregeotruffaut/2020/03/12/le-sahara-ressource-et-conflit/ressources-sahara/
(7) https://fr.123rf.com/photo_70778882_carte-du-d%C3%A9sert-du-sahara-et-de-la-zone-du-sahel.html
(8) https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/desertec
(9)https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/desertec
(10) The Problem with Solar Energy in Africa, Real Engineering, Youtube
(11) The Problem with Solar Energy in Africa, Real Engineering, Youtube
(12) The Problem with Solar Energy in Africa, Real Engineering, Youtube
(13) The Problem with Solar Energy in Africa, Real Engineering, Youtube
(14) https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/desertec
(15) https://www.novethic.fr/lexique/detail/club-de-rome.html
(16) https://www.e5.org/cooperations-spin-offs/trec/
(17) https://e360.yale.edu/features/africa-europe-solar-wind-power
(18) https://www.scienceabc.com/eyeopeners/can-we-cover-the-sahara-desert-with-solar-panels.html

 

S’abonner
Notification pour

47 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
BOUDELAL
11 mois il y a

VEUT-ON DÉTRUIRE L’AFRIQUE ?

Décidément, l’Afrique attire les « mouches-vampires » de l’Occident !

Après avoir colonisé le continent africains durant de siècles, l’Occident y découvre des pays riche en matières premières, qu’ils pillent allègrement en affamant leurs peuples.

Et nous voyons le résultat : des dizaines de milliers de jeunes africains tentent de partir en Occident au péril de leurs vies : des milliers d’entre eux se noient en essayant de traverser la Méditerranée ou l’Atlantique pour se rendre en Europe, où l’Eldorado de la misère attend de pied ferme les rescapés d’entre eux.

Et maintenant on découvre d’autres matières premières comme le gaz de schiste ou le Soleil pour les transformer en énergies, au bénéfice des peuples européens, et surtout au profit des capitalistes exploiteurs qui pillent l’Afrique en affamant ses peuples !

Par ailleurs, ce qu’on ne dit pas aux gens c’est que les panneaux solaires émettent des ondes électromagnétiques dangereuses; même si en petite quantité les panneaux solaires sont dangereux ; si un jour le Sahara sera couvert de panneaux solaires, toute la nature et les êtres vivants alentour en paieront de leur santé, voire de leurs vies.

Ceci dit, que les dirigeants et les peuples africains s’opposent à ces projets ; leur but c’est de faire de l’Afrique un cobaye de cette nouvelle technologie meurtrière, entre temps les firmes exploitantes en mettent pleines les poches, au détriment des peuples africains.

Chérif

Thomas
11 mois il y a
Répondre à  BOUDELAL

Bravo chérif … Exactement ce que j’allais écrire,

J’ajouterais que cet article est caractéristique de l’impérialisme inconséquent et arrogant bien intégré au plus profond inconscient des européens, comme si tous les pays du Sahara n’avait pas besoin d’électricité et qu’il faille exploiter ces ressource uniquement pour l’Europe tout en croyant qu’on peut faire ce qu’on veut au Sahara comme si il nous appartenait encore !

C’est à chacun des pays du Sahara d’exploiter cette ressource énergétique de façon « publique » déjà pour eux même, et si ils peuvent exporter, trouver un moyen de stockage de l’énergie (fabrication d’hydrogène) pour l’exportation et ainsi financer leurs hôpitaux, écoles, justice, armée etc … et SURTOUT SURTOUT, ils doivent absolument ne pas demander des financements et de la logistique à des vampires assoiffés de sang comme Bolloré et CIE ou des chinois ou des russes avec leurs milices type Wagner sinon ils se feront bouffer et corrompre comme à chaque fois.

Mais décidément on a toujours RIEN COMPRIS, c’est affolant et désespérant !

Bernard
11 mois il y a

Je crois que les initiateurs de ce projet ne connaissent pas les tempête de sable. En effet, il faut savoir qu’une tempête de sable rend opaque un pare brise de voiture su vous ne l’avez pas couvert d’une épaisse couche de graisse… A mon sens, ce projet n’a de sens que si vous êtes capable de couvrir vos panneaux solaires de rideaux qui couvrent automatiquement les panneaux en cas de tempête de sable…

Ynlaar
11 mois il y a

Je suis surpris, devant toutes les questions que posent de tels types d’installation et sur de telles surfaces, que ne soient pas évoquées les incidences climatiques possibles d’une telle absorption de l’énergie solaire (le recul de la réflexion des surfaces gelées du cercle polaire ne faisant que renforcer les dérèglements actuels… !).

Michel
11 mois il y a

Il me semble que la production d’électricité solaire dans le Sahara devrait au moins dans un premier temps être en priorité destinée au pays de l’Afrique subsaharienne pour permettre leur développement et le maintien sur place de leurs populations plutôt que dirigée vers l’Europe

lionel2
11 mois il y a
Répondre à  Michel

Bien sur, mais les capitalistes africains sont aussi avides que les capitalistes occidentaux. Pensez vous que le fric du pétrole africain a été ne serait-de qu’une journée destiné au développement de l’Afrique et de ses populations ? Regardez l’Algérie, pétrole à gogo et quoi pour la population ?

11 mois il y a

PERTE EN LIGNE ET N OUBLIER PAS VENTS DE SABLE QUI ABIMENT LES PANNEAUX ET LES OPACIFIENT ET PERDENT LEUR EFFICACITE QUAND AUX BATTERIES AVEC DES T° EXTREMMES NE RESISTERONT PAS LONGTEMPS J AI VECU 12 ANS EN ZONE DESERTIQUE MEME LES LOCAUX N EN VEULENT PLUS ILS ONT COMPRIS C EST UN DOUX REVE ENCORE UN TRUC POUR AVOIR DES SUBVENTIONS……….. C EST COMME LA FAMEUSE CEINTURE VERTE …………..ALLEZ VOIR OU CA EN EST TOUT LE MATERIEL LIVRE ET JAMAIS INSTALLE DES AVIONS TRANSFORME EN AVION VIP ON EN A MARRE DE PAYER TOUS CES PROJETS CORDIALEMNT

Roger Muller
11 mois il y a

Il faut des centrales thermo-solaires beaucoup plus efficacent et l’énergie reste disponible si le soleil est couché! Effectivement on pourrait alimenter tous ce qu’on voudra et le transport sera raisonnable également. Mais comment gérer la sécurité du site dans un continent habité par des esprits égarés?!

Archange Vérines
11 mois il y a

Il y a de gros problème à résoudre: distance et pertes en ligne, entretien etc
Dans toutes les pistes d’énergies renouvelable il faut expérimenter
Pour les panneaux solaires dans l’Afrique du Nord il faut vérifier l’usure par l’abrasion du sable et la poussière réduisant le rendement. Faire l’entretien dans ces région a un coût en plus de l’investissement
Bon courage
Le Vérinois

Henri Jollès
11 mois il y a

Cet article ne mentionne pas le projet de transport par une ligne électrique à courant alternatif de très haute tension entre les champs photovoltaïques du Maroc (Sahara) et la Grande Bretagne.

lionel2
11 mois il y a
Répondre à  Henri Jollès

Bah, en suivant la côte atlantique par Espagne, Portugal et France la ligne devrait arriver assez facilement en Angleterre sinon, même chemin mais sous marin.

JPierre Lefeuvre
11 mois il y a

Richesse formidable qu’est ce désert !

Quel dommage de ne pas lire un mot sur le développement africain grâce à cette ressource! Encore un projet égo-centré et à courte vue…
Pourtant la démographie montre que c’est du développement de cette partie du monde dont dépend l’avenir de l’humanité

Allez un raccourci : « si tout le monde vivait comme les français (ou les européens) il faudrait 3 planètes« . Or, d’évidence, il n’y a qu’une seule Terre. Donc, soit on diminue notre niveau de consommation (donc de production) , soit on sacrifie une partie de l’humanité.
Je penche définitivement pour la première

Tiens, encore un mot : la démographie est un paramètre souvent oublié des analystes. Essayez de faire la courbe de l’évolution de la population depuis l’avènement de l’humain, c’est édifiant.
Et remarquons qu’il n’a fallut que 12 ans pour produire chacun des derniers milliards d’humains. Le prochain est d’ailleurs prévu pour dans 12 ou 13 ans…

Choix majeur : voulons nous vivre tous ?

lionel2
11 mois il y a
Répondre à  JPierre Lefeuvre

« Quel dommage de ne pas lire un mot sur le développement africain grâce à cette ressource! »(ou d’une autre) …..c’est peut être aux dirigeants africains eux-mêmes de s’occuper du développement de leurs pays ?
Juste un exemple : Algérie. 60 ans d’indépendance, développement proche de zéro. A qui profite le fric ?

Tetatoto
11 mois il y a

Parce que vous vous imaginez que l’Algérie et la Libye accepteront de vendre de l’électricité au détriment de leurs hydrocarbures pour faire plaisir aux occidentaux et surtout aux Français qui selon eux sont la cause de leurs malheurs ?

Rahlf
11 mois il y a

Bonjour Julien,
10000km2 de panneaux solaires pour alimenter toute la planète ???
Merci de citer les sources scientifiques et indépendantes de tous lobbys liés à notre technostructure, la vidéo Real Engineering sur YouTube n’en étant pas une.
Crdlt

Charpin
11 mois il y a

Il s’agit d’abord d’aider l’Afrique plutot que de piller ce continent

lionel2
11 mois il y a
Répondre à  Charpin

Que font les dirigeants africains à part piller l’Afrique ?

serge Ferry
11 mois il y a

Tout d’abord, 3400 ha cela fait 34 km2, soit un rectangle de 8 x 4,25 km, autrement dit très très loin dêtre un ”massacre” de la forêt française. Ceci d’autant plus que les parcs solaires sont dispersés. La forêt française était très réduite au début du 20 siècle car la majorité de la population était rurale et cultivait partout où c’était possible (voir les vieilles photos de paysages déplumés de cette époque). Depuis, l’emprise de la forêt grandit constamment du fait de l’abandon de vastes surfaces autrefois agricoles, notamment en région montagneuse. On est loin d’une catastrophe.

Deuxièmement (et là, c’est à mon avis plus grave), vous avez l’air de considérer que le Sahara appartient à l’humanité (un peu comme la forêt équatoriale brésilienne) et que pour sauver l’Europe en manque d’énergie, l’Europe pourrait avoir en quelque sorte un droit de regard sur l’utilisation dudit Sahara. C’est tout simplement du colonialisme qui ne dit pas son nom. Avez-vous demandé l’avis des algériens ou des touaregs sur le sujet. 

Enfin les problèmes techniques, partiellement soulevés dans votre texte, mais seulement partiellement. Le Sahara est une région soumise aux vents de sable, il faudra penser à laver les panneaux régulièrement. Mais voilà, sans eau… Les eaux fossiles sont, à l’exception de la nappe albienne, généralement sulfatées à 2 g/l ou plus. Il faudra forer de nombreux puits profonds et surtout prévoir des bassins de décantation pour que l’arrosage des panneaux ne finisse pas (évaporation) en salage mortel des sols. 
Je passe sur le recyclage des panneaux en fin de vie qui est totalement éludé, et pour lequel, tout comme les matériaux des éoliennes, on n’a pas de solution. 
Reste enfin la question de l’extraction des matériaux nécessaires à la confection de ces milliers de panneaux solaires. Et là, ce n’est pas gagné.

Croyez-moi, le nucléaire bien maîtrisé est la solution la plus pratique, production locale qui évite les réseaux de transport gigantesques très coûteux.

Conclusion : arrêtez de réver ! Le monde n’est pas à la botte de vos convictions.

lionel2
11 mois il y a
Répondre à  serge Ferry

Bien vu mais je préfère résumer en ces termes : bienvenue chez les mafieux !!
Il va y avoir « gavade  » à toutes les étapes .

Elegehesse
11 mois il y a

Il faut laisser aux ingénieurs et aux industriels le temps de tâtonner. Cette hypothèse solaire au sahara, débouchera probablement. Une variante est de faire de l’hydrogène et du méthane avec cette électricité. En compétition le nucléaire fission puis la fusion sur laquelle des startups bien financées annoncent des protos industriels avant 2030 . Entre les énergies , la différence se fera sur les matériaux à miner et transformer par MWh de puissance effective… quand panneaux seront sous les 20€ MWh, alors la conversion et le transport en Hydrogène fera une énergie disponible sous les 100€ MWh et énergie électrique sous les 200 € MWh, pas encore compétitif face au gaz actuel 150 € MWh en électricité et moins de 100 € MWh pour le nucléaire fission . Rigueur obstinée est la règle pour homo sapiens depuis 300 000 ans 🙂

Robert SIMON
11 mois il y a

Bonjour Julien,
Votre principal argument contre est la difficulté de transporter l’électricité du Sahara vers l’Europe mais vous négligez totalement la question des besoins d’électricité de l’Afrique. Nous devons lutter contre les inégalités mondiales.

Vous ne dites pas où en est le projet Désertec.

L’électricité est un enjeu majeur pour l’Afrique. C’est un vecteur d’énergie flexible qui permet une organisation plus efficace des activités des secteurs à haute valeur ajoutée comme l’industrie manufacturière . L’accès à une électricité abordable et fiable est donc un prérequis important au développement économique et social

AurelSAB
11 mois il y a

Les pays Africains devraient plutôt utiliser cette énergie solaire saharien pour eux-mêmes aant que nous pensions à vouloir en profiter.

11 mois il y a

Pour transférer l’électricité produite, il n’est besoin que de UN SEUL conducteur électrique. Et en courant continu, donc pas besoin d’onduleur. Le second pôle électrique est le sol. En réalité, il faut probablement prévoir un câble de secours. La tension a utiliser doit être assez élevée pour transférer la puissance la plus forte possible (formule U=R*I, U tension en volts, R résistance du conducteur, I intensité en ampères, autre formule utile P=U*I, P puissance en watts, U tension en volts, I intensité en ampères). Un ami ingénieur (aujourd’hui décédé) avait travaillé sur ce projet ou un projet similaire.

Julia Moumon Njoya
11 mois il y a

Cette article est drôle. On dirait un document historique datant d’heures bien sombres comme la conférence de Berlin. Desertec et le Club de Rome sont européens. Le Sahara est Africains. C’est à eux qu’il faut demander ce qu’il est envisageable ou non de faire sur place et pour qui.
Fournir l’électricité européenne? Votre racisme est tel que vous arrivez à théoriser un projet pour un autre continent que celui même de l’Afrique pas encore suffisamment desservie en électricité. Pourtant c’est bien sur son territoire que se trouve ce désert ensoleillé. Pourtant c’est bien à elle que revient toute cette énergie solaire potentielle.

Les nôtres avant les autres n’est-ce pas ? Encore et toujours. Même avec des ressources qui ne vous appartiennent ni ne vous concernent ?

C’est votre esprit coloniale qui a conduit à la destruction de notre planète. C’est peut-être ça que pourrait être la première des urgences écologiques : cesser votre prédation coloniale, chercher les solutions sur vos grattes-ciels plutôt que sur nos dunes de sable.

Décolonialement vôtre.

Rahlf
11 mois il y a
Répondre à  Julia Moumon Njoya

Bonjour Julia, entièrement d’accord avec votre commentaire. Cela fait 60 ans que 10% de la planète, celles et ceux qui vivent tranquillement et confortablement dans nos pseudos démocraties « technostructurelles » avec en moyenne 600 machines esclaves, exploitent, pillent et tuent tout ce qui est vivant sur Terre. Le + révoltant c’est qu’ils entraînent, la plupart sans en avoir encore pris conscience, toute la planète vers sa perte.
Le colonialisme n’a jamais cessé, il a juste changé de visage. Les conséquences prochaines en seront hideuses.

Décolonialement vôtre.

Sophj
11 mois il y a

Le solaire , bien sur, doit se developper pres de nous , mais dans le respect de l’environnement local,et pour fournir de l’energie propre et durable et developper l’evolution humaine à proximitè . Cesser les longs transports complexes destructeurs et ENERGIVORES, de quelques gros qui ne pensent qu’exploitation et enrichissement personnel, et detruisent la planete qui a nourri l’humanitè

Turban
11 mois il y a

Il s’agit de kw-h et non de « kw/h ».

MOISSONNIER
11 mois il y a
Répondre à  Turban

kWh
Monsieur Watt d’où majuscule
L’énergie est le produit de la puissance kW par le temps h.
C’est bien de produire en Afrique pour l’Europe. C’est mieux d’en laisser aussi pour les Africains.
Pour le transport à grande distance en minimisant les pertes réseaux il faut utiliser le courant continu. Technologie ancienne et maîtrisée pour les liaisons point à point (ifa2000 entre l’Angleterre et la France, plus beaucoup d’autres). Par contre pour irriguer l’Afrique un peu et l’Europe beaucoup ça va être très compliqué techniquement, géopolitiquement, et financièrement.
Est-ce bien raisonnable. Il y a du soleil en Europe, certes beaucoup moins qu’au Sahara,mais pas d’infrastructure démentielle à construire. L’article cite EON comme acteur majeur du projet, il me semble me rappeler que ce sont les industriels des réseaux et postes qui poussaient.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

47
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x