Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

Quel sera le véhicule du quotidien de vos enfants [et petits-enfants] ?

Il y a quelques jours, une amie m’a raconté comment elle avait mis plus de 12 heures pour faire un voyage entre la région parisienne où elle réside et la Bretagne où habitent ses parents.

Avec la voiture thermique, ce trajet dure quatre ou cinq heures environ, pauses comprises.

Cette famille n’ayant pas de voiture, ils avaient décidé d’en louer une pour aller chez les grands-parents passer une semaine de vacances.

La compagnie de location leur a dit qu’ils avaient de la chance. On leur proposait de les surclasser avec… une voiture électrique !

Les enfants étaient ravis. C’était le progrès, l’avenir, la fin du pétrole, la fin des émissions de CO2, la fin du réchauffement climatique et la perspective d’un super voyage !

La famille est partie le soir vers 18 heures, pensant arriver vers 22 ou 23 heures selon la circulation.

Ils espéraient dormir au chaud chez les grands-parents. Les enfants se seraient réveillés le lendemain dans un lit douillet en ayant changé de décor.

Malheureusement, la voiture a commencé à faiblir au niveau de Chartres à moins de 100 km de Paris.

Elle avait roulé une heure à peine !

Ça commençait mal.

La famille a dû repérer en urgence où se trouvait la station de recharge la plus proche.

Évidemment, lorsqu’ils sont arrivés, il y avait la queue…

Tout le monde a attendu sans chauffage dans la voiture.

Puis, au bout de 45 minutes, leur tour est venu.

Il a fallu trouver quelle était la bonne prise électrique pour la voiture, car les prises ne sont pas harmonisées et la société de location n’en avait rien dit.

Le chargement des batteries a pris un peu plus d’une demi-heure.

Les enfants commençaient à trouver le temps drôlement long.

Ils ne pensaient plus ni au progrès ni au réchauffement climatique. Ils n’aspiraient qu’à arriver et pouvoir se coucher.

Ils allaient devoir prendre leur mal en patience !

Car, la voiture n’avait pas l’autonomie nécessaire pour faire le voyage.

Deux autres arrêts ont dû être effectués avec le temps d’attente, l’angoisse de se faire prendre la prise électrique à la station de rechargement et des enfants qui n’en pouvaient plus.

La famille est arrivée à destination au petit matin.

Tout le monde s’est couché épuisé.

Les vacances duraient une semaine. La voiture a très bien fonctionné pour les trajets courts.

Mais tout le monde redoutait le retour.

Si vous êtes un inconditionnel de la voiture électrique, vous direz peut-être qu’il ne s’agissait pas d’un bon modèle, que cette famille n’a pas eu de chance, que les choses vont s’améliorer, etc.

Mais je reconnais que je n’avais jamais imaginé qu’un trajet pouvait être aussi compliqué et angoissant.

Pour moi, cela réduit tout de même l’attrait de cette technologie.

La voiture électrique n’est pas la bonne solution aux problèmes de la planète.

C’est le contraire : le tout-électrique va aggraver les choses sur le plan écologique tout en étant ruineux pour nos Etats.

Ne prenons pas le risque de simplement déplacer le problème…

…et nous rendre compte dans 15 ans que nous aurons laissé faire un désastre économique et écologique !

Dites STOP à la course folle vers la voiture électrique ruineuse et anti-écologique.

Des voitures peu écologiques qui coûtent cher à la production

Sans compter que l’on sait que pour faire tourner ces voitures, il faut utiliser d’importantes quantités de métaux plus ou moins rares alors même que l’extraction minière est une activité très polluante. (1)

Bilan des courses, la voiture électrique à essentiellement deux avantages :

  • elle est moins bruyante que la voiture thermique,
  • une fois construite, son bilan carbone est meilleur.

Mais cela n’en fait pas, pour autant, un véhicule écologique.

La quantité d’énergie qu’il faut pour extraire les métaux nécessaires à son fonctionnement est gigantesque. (2)

À cause de cela, imaginer que l’on puisse remplacer l’ensemble du parc automobile thermique par des voitures électriques paraît totalement illusoire.

Par ailleurs, le cahier des charges à remplir pour fabriquer ces voitures est lourd. (3)

Elles coûtent cher, le public n’en veut pas vraiment, elles sont sujettes à de multiples pannes électriques, leur usage pour les trajets longs nécessite une organisation au cordeau… (4,5)

La plupart des consommateurs ne sont pas prêts à faire le pas.

En outre, aucun pays, à part peut-être la Norvège, ne dispose, pour l’instant, d’une infrastructure – ni même d’une production électrique – compatible avec un déploiement de masse de la voiture électrique. (6)

Mais même, en Norvège, les véhicules électriques ne représentent que 20% du marché automobile. (7)

 

Le marché de la voiture électrique marque le pas

Les constructeurs automobiles sont en train de se rendre compte que le marché du véhicule électrique patine.

Certaines sociétés comme Tesla, Volvo ou BYD s’en sortent bien.

Mais la plupart des autres constructeurs sont à la traîne.

L’américain General Motors espérait construire 400 000 voitures les 6 premiers mois de 2024, mais a réduit ses objectifs. (8)

Mercedez-Benz a vu ses résultats baisser en 2023 pour les voitures électriques. Chez eux, le problème viendrait des chaînes de réapprovisionnement. (9)

Honda a abandonné pour l’instant, l’idée de produire des voitures électriques abordables. (10)

Aux États-Unis, malgré tout, le marché de la voiture électrique grandit rapidement.

Il a augmenté de 70% au 2e semestre de 2022, et l’augmentation devrait être de 50% en 2023. (11)

Le rythme de la croissance baisse, mais reste fort pour les véhicules électriques.

Mais les prix élevés en font un marché de luxe.

Aux États-Unis, les voitures électriques coûtent en moyenne 4000 dollars de plus que les voitures thermiques. (12)

La démocratisation des véhicules électriques verra-t-elle vraiment le jour ? Rien n’est moins sûr.

Comment dans ces conditions, l’Europe pourra-t-elle respecter l’interdiction faite aux voitures thermiques d’être vendues d’ici 2035 ? (13)

 

Vers des vélos-voitures ?

Si la voiture électrique n’est pas l’avenir, alors où faut-il chercher la voiture du futur ?

Une émission de la chaîne Youtube l’Archipelle donne une piste intéressante. (14)

Ce reportage a été tourné à l’occasion du Salon européen des véhicules intermédiaires qui s’est déroulé à Millau les 7, 8 et 9 novembre 2023. (15)

Sont présentés huit véhicules entre le vélo et la voiture pour une à trois/quatre personnes. (16)

Ces véhicules ont été conçus et fabriqués par des Géo Trouvetou très doués.

Ce sont des prototypes dont certains pourraient être industrialisés.

Il s’agit de vélos-voiture ou de voitures-vélos fonctionnant avec des batteries.

L’idée est de pouvoir associer différentes sources d’énergie sur des véhicules un peu plus protégés que les vélos mais moins puissants que les voitures.

En plus de leurs pédales, certains sont équipés de panneaux solaires qui leur permettent de se recharger en permanence.

De même, l’un des prototypes récupère se recharge lorsque le conducteur freine.

Leur vitesse va de 25 à 50 km/h. Ils pèsent entre 80 et 600 kg. (17)

Ils sont conçus pour des trajets courts.

Cependant, dans la mesure où 60% des trajets liés au quotidien font moins de 5 km, ce n’est pas inintéressant.

L’autre avantage comparatif de ces véhicules devrait être le prix : certains sont faits à partir de pièces de récupération, d’autres sont faits avec des matériaux naturels comme la fibre de lin. (18)

En plus, ils sont faciles à réparer et ne demandent pas beaucoup d’entretien.

Même si ces projets sont magnifiques et très sympathiques, sont-ils en mesure de répondre aux besoins actuels des citoyens ?

Il est évident que pour une famille avec des enfants et des bagages qui veut partir en vacances, ces vélos-voitures ne suffisent pas.

Mais on peut imaginer, à terme, que chaque foyer dispose d’un véhicule léger pour ses trajets du quotidien, tandis qu’on faciliterait la location de voiture pour les trajets plus longs.

Qu’en pensez-vous ?

 

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

P.S.S. : Cliquez ici pour consulter la pétition écrite par l’un des membres de notre communauté liée à cet article.

P.S.S.S. : Cliquez ici pour partager cet article sur Facebook.

La voiture électrique n’est pas la bonne solution aux problèmes de la planète.

C’est le contraire : le tout-électrique va aggraver les choses sur le plan écologique tout en étant ruineux pour nos Etats.

Ne prenons pas le risque de simplement déplacer le problème…

…et nous rendre compte dans 15 ans que nous aurons laissé faire un désastre économique et écologique !

Dites STOP à la course folle vers la voiture électrique ruineuse et anti-écologique.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

(1) MasterClass. L’arnaque de la voiture électrique dans un système capitaliste – Aurore Stéphant, À gauche, Youtube
(2) Idem
(3) https://www.presse-citron.net/les-constructeurs-automobile-tres-inquiets-sur-lavenir-de-la-voiture-electrique/
(4) https://www.voiturepropre.fr/pannes-frequentes-voiture-electrique.html
(5) https://media.roole.fr/transition/voiture-propre/vacances-dete-2023-5-conseils-pour-preparer-un-voyage-en-voiture-electrique
(6) https://www.visitnorway.fr/planifier-voyage-norvege/se-deplacer/voiture/vehicules-electriques/
(7) https://www.visitnorway.fr/planifier-voyage-norvege/se-deplacer/voiture/vehicules-electriques/
(8) https://weelz.ouest-france.fr/transport-vehicule-intermediaire-seconde-edition-salon-xd-millau-2023
(9) Idem
(10) Idem
(11) Idem
(12) Idem
(13) https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2023-03-29/la-fin-des-moteurs-thermiques-c-est-pour-2035-mais-que-vont-devenir-nos-voitures-essence-et-diesel-e148a486-6ed8-4062-b952-cc86acbf2f1c
(14) La VOITURE de demain ne sera pas une TESLA, L’ArchiPelle, Youtube
(15) https://weelz.ouest-france.fr/transport-vehicule-intermediaire-seconde-edition-salon-xd-millau-2023/
(16) La VOITURE de demain ne sera pas une TESLA, L’ArchiPelle, Youtube
(17) https://weelz.ouest-france.fr/transport-vehicule-intermediaire-seconde-edition-salon-xd-millau-2023/
(18) Idem

S’abonner
Notification pour

50 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Gérard
1 mois il y a

Bonjour à toutes et tous.
Je suis d’accord sur la limite industrielle de la voiture électrique et son coût environnemental surtout quand il faudra recycler les batteries (dépollution),

Je reste surpris que l’on n’évoque pas la solution de la voiture à hydrogène, certes une solution avec un coût environnementale à la production de l’hydrogène, mais avec aucune nécessité de retraitement. De plus la solution des points de distribution peut se faire dans les stations déjà existantes actuellement. Il n’y a pas besoin de faire une création de nouvelles infrastructures (Bornes électriques, gérées par de multiples acteurs, cohérence difficile entre les différents propriétaires, constructeurs utilisant différents modèle de prises et puissances différentes de bornes)
Alors il n’y a que 2 producteurs principaux d’hydrogènes installés en France et trop peu de station de distribution, pour avancer efficacement. (voir expérience des taxis parisiens)
Mais il me semble que la transition ne pourra se faire qu’avec plusieurs technologies et pas la seule solution électrique. La production électrique aura bien du mal à fournir un parc automobile totalement basé sur l’électrique.

2 mois il y a

L’électrique c’est bien pour les villes mais il faut 150 000km pour qu’elles soit moins polluantes qu’une thermique. Ma voiture à 20 ans et moins de 100000km. Si encore ils développaient les énergies marines, pour l’instant ils ont pas encore réussi au bout de 20 ans à mettre en route l’EPR3. On pourrait se mettre au pétrole d’algue et conserver nos carrosses, ca ferait moins de gaspillage. Les batteries ion sodium seront moins polluantes, ca sera un peu mieux

Ruinet
2 mois il y a

Je trouve cette initiative très intéressante ; ce genre de vélo-voiture pourrait suffire à répondre à nos besoins de déplacement dans une grande partie des situations quotidiennes et permettrait de diminuer l’exploitation de nos ressources naturelles. Il faut tout faire pour diminuer nos besoins d’électricité et décroître la pollution électrique de la terre.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

50
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x