Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

1er Août : Fête Nationale de la démocratie directe

Aujourd’hui, 1er août, c’est la fête nationale suisse.

Bonne fête à tous nos lecteurs suisses !

Les Helvètes commémorent le pacte de 1291 ou pacte fédéral.

Ce pacte entérine une alliance défensive entre les représentants de trois vallées qui correspondent aux cantons primitifs : Uri, Schwytz et Nidwald.

Nos lecteurs suisses connaissent mieux cette histoire que moi.

Je vous la partage néanmoins car il me semble qu’elle est aujourd’hui, au 21e siècle, décisive pour le monde entier.

Car le mode de décision que les Suisses ont construit au fil de leur histoire très riche est une référence en la matière.

Les Suisses ont créé un modèle de prise de décision qui leur garantit une résolution rapide des conflits et une prospérité durable.

Cela mérite que tout le monde s’y intéresse, non ?

 

Un contrat entre hommes libres

L’alliance intervient après le décès de Rodolphe de Habsbourg, le 15 juillet 1291.

Les hommes libres des trois vallées anticipent des difficultés liés à la succession de ce monarque et forment une association politique inédite. (1)

Les populations de ces cantons sont appelées les Waldstätten ou gens de la forêt. L’expression désigne leur mode de vie ancestral centré sur les activités des champs, des pâturages et de la forêt. (2)

Ces paysans avaient la maîtrise de leur territoire, de leurs ressources et de leur destin. Ce pacte manifestait à la face des empires alentours, leur volonté de rester maîtres chez eux.

L’acte fondateur est confirmé quelque temps plus par le pacte de Brunnen, signé après la bataille de Morgarten, victoire éclatante des Waldstätten sur l’armée autrichienne. (3)

 

Des droits égaux pour tous

Au cours des décennies suivantes, par un jeu d’alliances entre vallées voisines, la confédération s’étend.

Elle compte 8 cantons au 14e siècle. (4)

Et les Suisses prennent l’habitude de resserrer les liens entre eux par des serments qui garantissent la paix et les droits de tous.

Pensez qu’en 1370, un nouveau pacte appelé la Charte des prêtres est signé entre les cantons qui prévoit que chaque homme quelle que soit sa condition, religieux ou laïc, noble ou roturier, soit égal devant la justice. (5)

À la même époque en France, on vient à peine de mettre fin au servage (1315). (6)

Et il faudra attendre 1789 et une révolution sanglante pour que les justiciables soient enfin égaux devant le juge !

 

Extension des alliances et neutralité Suisse

Les siècles passent, la confédération s’étend à la suite de guerres de conquêtes ou de rattachements.

Elle réunit 13 cantons, puis 19, puis 22 (et aujourd’hui 26). (7,8)

La confédération survit à la réforme de christianisme du 16e siècle. Zurich et Genève en sont des foyers importants. (9)

Certains cantons restent catholiques, d’autres deviennent protestants.

La confédération parvient à être confortée après les grandes guerres européennes, notamment après:

  • la guerre de Trente ans, par le traité de Westphalie en 1648 ;
  • les guerres napoléoniennes par le traité de Vienne en 1815.

La notion de neutralité perpétuelle de la Suisse s’installe au niveau international.

Et le 7 août 1815, la confédération se dote d’un nouveau pacte unique entre les cantons qui scellent les multiples alliances existantes. (10)

Espoir RIC et l’équipe Les Lignes Bougent souhaitent vous annoncer une grande victoire pour le RIC Constituant : notre voix a été entendue !

Grâce à plus 6600 signatures, la commission des lois est maintenant obligée d’examiner à nouveau les revendications du mouvement Espoir RIC lors de leur prochaine réunion qui aura lieu en octobre.

19e siècle : dialogue Franco-Suisse

Il est probable que lorsque Jean-Jacques Rousseau a fait paraître son œuvre phare, Le contrat social en 1760, ses contemporains Genevois et Suisses, plus généralement, n’aient pas été aussi éblouis que ses lecteurs français. (11)

Car, les deux grandes idées de son ouvrage sont déjà largement en germination dans les cantons Suisses de l’époque.

Rousseau défend l’idée que le contrat social permet aux hommes de passer de l’état de nature à l’état de société. (12)

Il estime que le peuple est souverain et que les hommes naissent libres et égaux en droits.

La qualité de son écriture et la renommée de son auteur vont donner un souffle nouveau à ces idées avec deux applications bien différentes entre la France et la Suisse.

Les Français vont passer de révolutions en crises tout au long des 19 et 20e siècles pour espérer trouver une réponse politique adéquate à ces idées.

Les Suisses connaissent aussi de nombreux débats et mutations sociales. Ils doivent même faire face à une guerre civile entre cantons catholiques et cantons protestants en 1847.

Mais les bains de sang sont évités.

Et à chaque fois, la culture de la négociation, de la concertation et de la réconciliation prévalent.

Des deux côtés, on vote pour lever des troupes. On s’affronte puis on discute. (13)

Les libéraux gagnent la guerre, mais les conservateurs n’en sortent pas concassés.

Le temps pansera les plaies et le système démocratique permettra aux idées des uns et des autres de s’exprimer.

 

1848 : Etat fédéral et démocratie directe

En France, 1848 marque l’avènement d’une nouvelle république dont le nouveau Président élu s’appelle : Louis Napoléon Bonaparte !

Trois ans plus tard, il est devenu dictateur. Ci-gît la Deuxième République…

Au même moment, en Suisse, naît l’Etat fédéral bien que le pays s’appelle toujours une confédération. (14)

Les pouvoirs sont répartis entre les cantons et l’Etat.

Et la vieille méthode Suisse de demander l’avis des uns et des autres et faire voter autant que possible est constitutionnalisée.

L’esprit des Waldstätten libres est encore vivant !

Et c’est lui que l’on célèbre encore le 1er août de chaque année en ce premier quart de siècle.

On retrouve dans le système Suisse d’aujourd’hui les ingrédients du début : des hommes et des femmes libres, des juges locaux, une égalité de droits entre les citoyens devant le juge et la volonté de se choisir un destin commun.

 

La votation : un système efficace et moderne

Les Suisses votent 2 ou 4 fois par an sur des sujets très importants. (15)

Cela peut concerner l’immigration, le réchauffement climatique, la ratification des traités, etc.

Les citoyens sont priés de prendre position sur les sujets essentiels du pays.

Les responsables politiques sont chargés de mettre en œuvre la volonté souveraine du peuple.

Pour n’importe quel Français, ce système relève de l’utopie.

Il est pourtant pratiqué au quotidien par près de 9 millions de Suisses qui parlent quatre langues différentes, ne pratiquent pas les mêmes religions et ont des coutumes et des traditions différentes d’une vallée à l’autre !

 

Comment cela fonctionne ?

Tout commence par le dépôt d’une initiative populaire.

Il faut un groupe d’au moins 7 à 27 citoyens disposant du droit de vote qui souhaitent une révision de la constitution fédérale.

Le groupe crée un comité d’initiative. Il propose un ajout, une suppression ou une modification d’article.

Le projet est déposé à la Chancellerie fédérale.

L’administration fédérale vérifie que le texte est conforme aux exigences légales du pays.

Le Comité d’initiative doit, ensuite, réunir 100 000 signatures de soutien des citoyens Suisses.

Si le projet est recevable, le Conseil fédéral organise la votation populaire. Le Parlement peut faire une contre-proposition.

Les citoyens votent sur les deux textes.

Pour que l’initiative populaire soit adoptée, elle doit convaincre la majorité des citoyens et des cantons. Le Parlement passe ensuite une loi d’application.

Oui, non, c’est voté, c’est adopté. Le problème est réglé, on passe à autre chose.

Et, si en France on s’inspirait de l’esprit libertaire des Waldstätten ?

Cela nous sortirait du cycle des révolutions !

Bonne fête nationale à tous nos amis Suisses.

 

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

P.S.S. : Cliquez ici pour consulter la pétition officielle pour le RIC Constituant.

P.S.S.S. : Cliquez ici pour partager cet article sur Facebook.

Espoir RIC et l’équipe Les Lignes Bougent souhaitent vous annoncer une grande victoire pour le RIC Constituant : notre voix a été entendue !

Grâce à plus 6600 signatures, la commission des lois est maintenant obligée d’examiner à nouveau les revendications du mouvement Espoir RIC lors de leur prochaine réunion qui aura lieu en octobre.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

(1) https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/conseil-federal/histoire-du-conseil-federal/pacte-federal-1er-aout-1291.html
(2) https://www.unige.ch/rougemont/livres/ddr1965shph/5
(3) https://blog.nationalmuseum.ch/fr/2019/01/l-embuscade-de-morgarten/
(4) https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/026413/2012-02-08/
(5) https://www.unige.ch/fapse/edhice/application/files/9314/7879/0310/6_Charte_des_pretes_1370.pdf
(6) https://www.herodote.net/almanach-ID-3420.php
(7) https://www.travailler-en-suisse.ch/histoire-de-la-suisse.html
(8) https://www.bfs.admin.ch/asset/fr/453856
(9) https://www.letemps.ch/culture/christianisme-reforme
(10) https://mjp.univ-perp.fr/constit/ch1815.htm
(11) https://gallica.bnf.fr/essentiels/rousseau/contrat-social
(12) Idem
(13) https://books.openedition.org/cths/5955?lang=fr
(14) https://www.ejpd.admin.ch/ejpd/fr/home/themes/175-jahre-bundesverfassung.html
(15) https://www.rts.ch/decouverte/monde-et-societe/economie-et-politique/systeme-politique-suisse/9075568-les-votations-comment-ca-marche.html

S’abonner
Notification pour

51 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Souveraineté populaire et liberté
10 mois il y a

Bonjour , merci pour ce formidable article , je suis un partisan du R.I.C.C ( Référendum d’Initiative Citoyenne Constituant ) et je remercie encore LLB de nous soutenir dans notre action pour la mise en place de ce droit en France.

10 mois il y a

Il y a une grande différence. j’écris en tant que bis nationale franco-suisse. En France, il y a un tel clivage entre les gens riches et le moins riches. Les moins riches se contentent souvent de critiquer les patrons et de se contenter des aides sociales qui d’après eux leur sont dues. D’autre part il y a beaucoup trop de jeunes qui ont un bac, qui ne veut plus rien dire. En Suisse, la majorité apprennent un métier et après cet apprentissage, s’ils en ont les capacités, ils peuvent poursuivre une formation de type supérieur. Bref, moins d’aide sociale et plus de responsabilisation des gens, moins de grèves, moins de manifestations.. et ça marche !

Étienne
10 mois il y a
Répondre à  Christine

Certainement. Mais qui sera le plus à même d’amener la France au niveau de la Suisse ? Les citoyens ou les représentants ? Ca fait quand même 50 années consécutives que pas un seul gouvernement n’a tenu ses comptes à l’équilibre.
Je ne crois plus dans leur capacité, je crois beaucoup plus dans celle des citoyens français.

Myriam
10 mois il y a

Bonjour.
Hélas ce pacte n’est plus respecté et la constitution suisse est bafouée. Toutes nos dernières votations ont été truquées et les resultats changés quelques minutes avant la fin. Nous vivons maintenant dans une fausse démocratie ou nos dirigeants sont tous à la solde du groupe Bilderberg, WEF et cie

Jean-Yves Grognuz
10 mois il y a
Répondre à  Myriam

Bonjour Myriam ? Votations truquées ? Et par qui ? Etes – vous déjà allée effectuer le dépouillement des votes dans un bureau communal ? Vous y constaterez qu’ils sont, communes par communes, contrôlés par des citoyens. Par simple addition des votes de l’ensemble des communes, vous obtenez le résultat tel qu’annoncé par le Canton ou la Confédération. Complotisme, quand tu me tiens…..On peut parfois dire des bêtises, mais pas à ce point là !

Capricefini
10 mois il y a
Répondre à  Myriam

bravo

Marie
10 mois il y a

Merci pour vos voeux et votre résumé de notre histoire.
Même si tout n’est pas parfait !
C’est probablement cette volonté de rester très indépendants qui a freiné notre intérêt pour l’Europe… Nous souhaitons pour la France (si beau pays!) et l’Europe une organisation aussi participative dans laquelle on a l’impression de pouvoir agir même au niveau individuel.
Belle journée à toutes et tous

10 mois il y a

Tout n’est certes pas parfait dans ce magnifique pays mais au cours de chacun de nos séjours, nous y ressentons la sérénité et la joie de vivre de ses habitants. Parlant l’allemand et le français et comprenant le suisse alémanique (malgré ses diverses expressions locales), le contact avec les Suisses que l’on dit souvent distants est facile et direct. Un exemple de démocratie et de paix sociale à côté d’une France de plus en plus fracturée.

Geneviève
10 mois il y a

il serait juste de préciser que ce merveilleux système n’a concerné que les citoyens mâles, les femmes n’ont eu le droit de vote, par une loi fédérale, que très tardivement (dans les années 1970). Revers de l’utopie !

Capricefini
10 mois il y a
Répondre à  Geneviève

c’est bien vrai alors que les françaises en 1944.

Kris Mart
10 mois il y a

Vous est-il déjà posé la question du vote électronique comme en Suisse? C’est simplement une parodie de démocratie où les citoyens croient qu’ils votent et décident mais tout est décidé d’avance (il est tellement facile de tricher lorsque le vote est électronique!). Ainsi le gouvernement n’a jamais de problème à imposer quoi que ce soit puisque c’est le résultat d’un vote…!!!

10 mois il y a
Répondre à  Kris Mart

Le vote électronique n’est pas encore instauré. Il est en période d’essai dans certaines communes, et n’est pas encore prêt d’être institutionalisé. Il faut mieux vous informer. S’il y avait un vote que l’on peut truquer en Suisse, gentiment, sans manifs, on remettrait les choses au point.

Capricefini
10 mois il y a
Répondre à  Kris Mart

exactement, on en a eu encore la preuve cette année en mai!

Danyel
10 mois il y a

Cqfd, foi de Haut-Valaisan…une précision : Uri, Schwyz, Unterwald….
Que ce 1er août soit fêté avec toute la dignité, la foi et la détermination de nos ancêtres à maintenir la paix entre nous et avec  » les autres  » , coûte que coûte.

Capricefini
10 mois il y a
Répondre à  Danyel

top, faudrait en parler à nos élus!

Rauwers
10 mois il y a

interessant l’histoire de la suisse et les resolutions par la conciliation effectivement c’est un exemple a suivre un exemple inspirant dans lequelle il est question de libertée individuelle et collective et d implication dans la communautée

François
10 mois il y a

Merci et bravo pour cet article qui est une jolie synthèse des valeurs que nous défendons en Suisse. Beaucoup d’entre nous souhaitent en silence que ce système soit appliqué dans d’autres pays, car nous savons qu’il est un gage de stabilité et surtout qu’il donne un fort sentiment de citoyenneté et de responsabilité à ses habitants. Restons modeste, il n’est pas parfait, mais par comparaison, je pense qu’il reste une référence.

Marie
10 mois il y a
Répondre à  François

Très juste ! Merci

MARTIAL
10 mois il y a

Merci ces bonnes infos. Quand je me ballade en Suisse, j’ai l’impression d’être sur une autre planète, saine celle-ci…mis à part les français et autres, évadés fiscaux(!). Sans dire que c’est mieux ailleurs, si chez-nous on pouvait enfin admettre que la France est une « acquisition » de Nations différentes, langue et culture etc, et pourrait être une « Fédéralité » de Nations justement, on avancerait d’un grand pas vers une réelle Unicité, saine, authentique et non pas une indivisibilité ; Ce mot sous entend de suite la main de fer mise sur ce qui n’est qu’un puzzle. Souvenons nous de l’ancienne Yougoslavie artificielle. L’appellation tournoi des 5/6 nations ne pose aucun problème aux hexagonaux, alors qu’Écosse, pays de Galles, et peu avant l’Irlande, sont entendues, acceptées comme dites Nations. Mais sans État, sans président, roi…comprenez donc la différence. Point barre.
Par exemple je suggère de remplir la page blanche du drapeau par les armoiries de Nos Nations devenues provinces par l’hégémonie parisienne dominante, certes vainqueuresse, soit, ce serait le début du respect de l’Histoire-elle-même. L’Espagne l’a bien fait, et reconnu SES origines dès le début de sa constitution !!
Je prêche dans le désert, en attendant un oasis. J’ai soif. Et vous ?
CDLT.

10 mois il y a

Quand on constate la profonde dégradation de la morale de la population en France (due à une immigration non contrôlée mais certainement pas que), on peut penser que des consultations fréquentes -et aussi très coûteuses – pourraient s’avérer catastrophiques en engendrant des conflits internes déjà trop présents actuellement.

rafael
10 mois il y a

Peut être les journalistes experimentés de votre site web sont en vacances…
Venez en Suisse,rester quelque temps,et vous verrez pourquoi cette tricherie de la démocratie directe aboutit a 175 ans !!! de « formule magique » dont l’adiction de L’EXTRÊME DROITE POLITIQUE+EXTRÊME DROITE ECONOMIQUE (UBS,NOVARTIS,GLENCORE…) »gère » sans discontinuité LA SUISSE S.A. sur le dos de tous e toutes qui composent la main d’ouvre étrangère!!!

10 mois il y a
Répondre à  rafael

Les faits vous contredisent. Le PIB est plus haut qu’en France, la Suisse est première en recherche, le salaire minimum est beaucoup plus haut, ils ont trois hôpitaux universitaires, plus de prix Nobel par rapport à leur population que beaucoup de pays plus grands., etc. Bon, ils ont aussi qq gauchistes malheureux qui prennent exemple sur des pays qui ne fonctionnent pas bien !

Gilbert Magnenat
10 mois il y a

Excellent résumé ! Gilbert , 1ère élection en 1974, toujours actif au niveau communal en 2023. 50 ans d engagement civique , quasi bénévole !

Anne
10 mois il y a

D’après ce que j’ai entendu dernièrement à propos des votations suisses, les gouvernants prennent quelques libertés avec les propositions des citoyens quant aux sujets proposés et la neutralité de la Suisse a là aussi du plomb dans l’aile avec ses prises de positions avec l’Ukraine,…. j’y a t il pas eu de livraison d’armes ou d’argent?

10 mois il y a
Répondre à  Anne

La neutralité les obligent à ne pas envoyer d’armes. Mais ils envoient du matériel médical, beaucoup d’argent et des machines très perfectionnées pour le déminage. Entre autre, il y a plus de réfugiés ukrainiens en Suisse qu’en France par rapport à sa population et son terrritoire.

J. PRIEUR
10 mois il y a

Merci, Julien, pour cette page d’histoire si intéressante et si documentée ; il est très agréable, voire passionnant, de vous lire ; et instructif en même temps. Si la Sagesse de certains pouvait pénétrer l’esprit obtus et accaparateur de nos dirigeants, un grand pas serait fait dans l’ Histoire !

FREY
10 mois il y a

Effectivement ça a l’air sympa sur le papier mais pour moi ce qui compte c’est le résultat, est-ce que ce système aboutit à la solidarité et au partage ou bien au chacun pour soi, au rejet de l’étranger, au rester entre soi. Je ne suis pas sûre que la Suisse soit un grand pays d’accueil. Bien qu’ayant un père suisse, je n’ai aucune envie d’y vivre.

10 mois il y a
Répondre à  FREY

Ayant vécu dans les deux pays (double nationale) j’ai préféré élever mes enfants en Suisse. Quant au rejet de l’étranger ? C’est vrai qu’il y a une crispation contre les personnes qui ne veulent pas s’intégrer, comme partout. Mais il n’y a pas beaucoup de personnes d’origine entièrement Suisse. Un exemple, 25% des Suisses ont un parent italien.

Michèle du Valais
10 mois il y a

Merci Julien, votre article me touche en ce jour de fête nationale. Je suis Suissesse et j aime beaucoup la France et ses habitants, nous partageons la même culture et un de mes grand oncle
Maternel est mort à Verdun.
Mais recevoir de temps en temps des éloges sur mon pays plutôt que des critiques (souvent méritées je le accorde) du mépris voire même avoir l impression de ne pas exister dans cette europe, cela fait vraiment du bien.
Et que notre devise :
“Un pour tous, tous pour un”
S applique au monde entier.
Michèle

Françoise
10 mois il y a

Merci pour cet article, suissesse vivant en France et votant des deux côtés car c’est important de pouvoir donner son avis, je vous confirme que le système suisse est nettement meilleur que le français.

Maflor
10 mois il y a

Mes très vives félicitations pour cette brillante présentation, si bien documentée!

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

51
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x