Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

Les biocarburants peuvent-ils remplacer le pétrole russe ?

La guerre en Ukraine et les sanctions de l’UE contre la Russie ont des conséquences directes sur les économies européennes.

Au Royaume-Uni, l’inflation officielle atteint les 9%. (1) En France, elle est de 6%. (2)

Et il est possible que la vraie inflation soit encore plus élevée. (3)

L’euro est au plus bas par rapport au dollar depuis 2002, c’est-à-dire au moment de sa création. (4)

Et les économistes commencent à parler de récession. (5)

À l’inverse, la hausse considérable du prix du pétrole avantage les pays producteurs : Russie et États-Unis en tête. (6)

Dans ce contexte particulier, la France et les États européens ont-ils intérêt à développer les biocarburants ?

Augmentation de la consommation et du prix du bioéthanol

En tout cas, lorsque la crise ukrainienne a éclaté, beaucoup de Français ont par le comportement répondu oui à cette question.

Au mois de mai, le bioéthanol se vendait entre 65 et 70 centimes d’euros le litre. Mais début juillet, il a dépassé les 1,20 euros dans certaines stations. (7)

Cela reste bien en dessous des 2 euros et plus qu’il faut dépenser pour de l’essence ou du diesel.

Sans surprise donc, les consommateurs se sont rués sur les pompes de bioéthanol.

Et lorsque leur voiture ne pouvait pas en recevoir, ils ont pris rendez-vous avec leur garagiste pour faire installer un kit de conversion sur leur auto. (7)

Mais l’attente peut être longue. Saturés de demandes, les garages sont obligés d’étaler les rendez-vous sur plusieurs mois !

Qu’est qu’un biocarburant ?

Vous qui roulez peut-être encore à l’essence ou au diesel, vous vous demandez sûrement ce que sont ces biocarburants.

Il s’agit avant tout de deux produits (8,9):

  • l’éthanol qui est un alcool présent dans les boissons alcoolisées et dans les solvants industriels,
  • l’ETBE (éthyl tertio butyl éther) qui est un dérivé de l’éthanol.

Ces alcools sont obtenus par distillation.

En France, on utilise essentiellement du blé (35%), du maïs (30%), de la betterave (23%), des résidus viniques (9%). (9)

Ces plantes contiennent beaucoup de sucre ; ce qui rend leur distillation pour faire de l’alcool plus efficace.

Les biocarburants représentent environ 8% du total des carburants utilisés en France. Ce n’est pas une quantité négligeable. Mais ce n’est pas suffisant pour répondre à l’ensemble des besoins. (9)

Le site de Bazancourt

L’une des plus grandes usines de bioéthanol de France se trouve à Bazancourt dans la Marne. Il est géré par la société Cristal Union. (10,11)

Elle utilise du blé et de la betterave.

Elle consomme 1400 tonnes de blé par jour. Ce blé provient de 4 silos d’une entreprise voisine ou peut également être acheminé par camion.

Le directeur de l’usine explique qu’il faut 30 ou 40 camions par jour pour approvisionner le site en blé. (10)

Le blé est transformé en farine par un moulin. La farine est transformée en un produit fermentescible.

Vient donc ensuite la fermentation puis la distillation qui donne de l’alcool brut de blé.

L’usine est par ailleurs fournie par la sucrerie de Bazancourt située de l’autre côté de la voie ferrée. Elle envoie par tuyau du jus vert de betterave. Il est fermenté et distillé ce qui donne de l’alcool brut de betterave. Cette production se fait du 15 septembre au 15 janvier.

À partir du 15 janvier sont utilisés les déchets pauvres de la sucrerie qui sont transférés par tuyau. Ces produits sont plus lourds que le jus de betterave. Il faut leur rajouter de l’eau.

L’éthanol produit sort par camion ou grâce à des trains de fret et vont dans les dépôts pétroliers de Total, BP et les autres.

Le site tourne avec 170 permanents. La distillerie produit 2,7 millions d’hectolitres de bioéthanol par an.

Une énergie alternative plutôt qu’une énergie verte

Certains observateurs estiment que la production d’éthanol destiné à se mélanger à l’essence n’a rien d’une activité écologique.

Et en effet, il s’agit tout simplement d’une activité agro-industrielle.

Un hectare de betteraves produit 8000 litres de bioéthanol et 3,5 tonnes de pulpes (le résidu) de betteraves utilisées dans l’alimentation animale. (12)

Un hectare de céréales produit 3500 litres de bioéthanol et 3,5 tonnes de drêches ou résidus issus des distilleries et des brasseries qui, lui aussi, sert à nourrir les animaux d’élevage. (12)

Bien organisée, la production de cette énergie est potentiellement plus efficace que l’extraction de pétrole.

Elle présente surtout un intérêt stratégique. Ces carburants issus de l’agriculture permettent d’importer moins de pétrole. C’est aussi une activité industrielle locale qui fournit des emplois et structure l’économie.

Leur appellation de “biocarburants” est toutefois sujette à caution. Oui, la matière première utilisée est organique mais c’est tout de même une activité polluante qui a vocation à nourrir d’autres activités polluantes ! (13)

Des OGM dans le diester !

Sur le papier ou vu de loin, la solution “biocarburants” peut paraître attrayante.

Dans le contexte critique actuel, cet apport en carburant est sans doute utile. Mais si d’ici quelques mois, la nourriture venait à manquer, nous risquons de regretter ce choix !

25% des betteraves cultivées servent à faire du bioéthanol. En 2020, 3,7% des céréales, soit 2,13 millions de tonnes de blé, ont servi à produire de l’éthanol. Ce n’est pas encore considérable mais ce n’est pas rien non plus. (14)

Par ailleurs, ce type de production conduit à importer de nombreuses plantes oléagineuses d’Australie, du Canada ou d’Amérique Latine qui sont souvent OGM.

C’est le cas notamment sur le site de Saipol du groupe Avril à Rouen. Ce site importe du colza OGM ainsi que des huiles usagées pour faire du diester, une huile qui est associée au diesel. (15)

Il a été montré du doigt dans l’émission Sur le front, animée par Hugo Clément. (13,15)

Il est évident qu’il y a une certaine hypocrisie à importer des graines de colza OGM pour en faire de l’éthanol alors que cette importation est interdite au niveau alimentaire.

Cela dit, la plupart du fourrage importé par les élevages en France, que ce soit du soja ou du maïs, est OGM…(16)

Le problème ne se limite pas aux carburants agricoles…

L’enfer des riverains

Si les sites de production sont bénéfiques aux consommateurs qui disposent d’un carburant local et moins cher, ils ont aussi de nombreux défauts pour les riverains.

Le va-et-vient permanent de nombreux camions, notamment durant la saison des betteraves, rend la vie des riverains impossible. (13)

Par ailleurs, les populations s’inquiètent de l’effet de ces sites de production sur leur santé.

À Bazancourt, site plutôt bien pensé, avec le chemin de fer, les silos et la sucrerie à côté, les élus pressés par la population, ont tout de même demandé à ce que soit réalisée une étude d’impact environnemental de l’ensemble du pôle agro-industriel. (17)

Les résultats semblent positifs sur la qualité de l’air. Elle précise qu’il ne semble pas y avoir d’effets notables sur les sols à part une présence augmentée de sulfure d’hydrogène (H2S), une substance que l’on retrouve souvent sur les sites d’extraction de pétrole. (18)

Des choix cornéliens

Les carburants agricoles ne sont pas “bio”. Ils ne sont pas non plus écologiques.

Ce sont des activités industrielles semblables aux autres. Il est possible que ces carburants soient légèrement moins polluants que le pétrole mais les scientifiques ne sont pas vraiment d’accord entre eux sur ce sujet. (13,15,18)

Il est peu probable que ces activités industrielles permettent réellement d’assurer une transition écologique.

Dans l’immédiat, elles ont le mérite d’exister et d’offrir une alternative au pétrole russe.

Ce n’est pas rien.

Comme toujours avec les questions énergétiques, il faut bien choisir à un moment donné.

Construire une société de la sobriété comme le voulait Pierre Rabhi prend du temps.

Et ce n’est pas non plus le souhait de tout le monde !

La seule manière d’avancer sereinement sur ces sujets est d’avoir des études d’impacts et de faire participer les populations, qu’elles puissent choisir ce qu’elles veulent.

Par exemple, dans le département de l’Aisne, où se trouve le site de Bazancourt, les carburants agricoles représentent des emplois, l’accès à une essence moins chère et une fierté pour la région. Cela compte aussi !

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Références 

  1. http://www.slate.fr/story/229994/royaume-uni-risque-importantes-greves-ete-inflation-cout-vie-mondialisation-thatcher-1970
  2. https://www.latribune.fr/economie/france/inflation-en-france-la-hausse-des-prix-continue-son-envol-a-5-8-en-juin-923911.html
  3. https://www.youtube.com/watch?t=142&v=2v_EWlMiwwc&feature=youtu.be
  4. https://www.leparisien.fr/economie/leuro-au-plus-bas-depuis-20-ans-face-au-dollar-leconomie-de-lue-inquiete-06-07-2022-KNQUBTN36BH2FMJHXBVWEC35X4.php
  5. https://www.capital.fr/entreprises-marches/analyse-aof-cloture-france-europe-le-risque-de-recession-angoisse-les-marches-1440848
  6. https://www.tradingsat.com/petrole-brent-MP0000000BRN/actualites/petrole-brent-comment-la-hausse-des-prix-du-petrole-sauve-la-russie-d-une-deroute-budgetaire-1015669.html
  7. https://www.capital.fr/auto/prix-du-carburant-le-bioethanol-e85-nechappe-pas-a-la-hausse-1440404
  8. https://www.geo.fr/environnement/ethanol-biocarburant-47331
  9. https://www.ecologie.gouv.fr/biocarburants
  10. https://www.lebetteravier.fr/videos/2021/06/22/les-secrets-de-la-plus-grande-usine-de-bioethanol-en-france/
  11. https://www.cristal-union.fr/
  12. https://www.semencemag.fr/ethanol-varietes-cereales.html
  13. https://www.france.tv/france-5/sur-le-front/3308995-biocarburants-biogaz-le-grand-enfumage.html
  14. https://www.passioncereales.fr/dossier-thematique/la-filiere-bioethanol-en-chiffres
  15. https://www.infogm.org/7400-agrocarburants-colza-transgeniques-ogm-aux-portes-de-rouen
  16. https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-animaux-d-elevage-francais-gaves-de-soja-ogm-importe_1383879.html
  17. https://www.grand-est.ars.sante.fr/sites/default/files/2017-01/Etude_environnementale.pdf
  18. https://fr.blacklinesafety.com/blog/h2s-gas-need-know
  19. https://www.bioethanolcarburant.com/actualite/une-rentree-sous-le-signe-des-biocarburants/
S’abonner
Notification pour

81 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Astrid Mattern
6 mois il y a

Bonjour et merci! Je suis toujours contente de lire vos analyses, que je trouve, sans trop de longueur, si bien équilibrées et argumentées.

Patricia
6 mois il y a

Quand vous dites que tout le monde ne souhaite pas, comme Pierre Rabhi, une société de la sobriété, je pense que la sobriété n’est plus un choix aujourd’hui, mais une nécessité si nous voulons continuer à vivre ensemble sur cette terre. Utiliser nos céréales pour faire fonctionner nos voitures alors que certains d’entre nous ne mangent pas à leur faim me semble une aberration. Nous appauvrissons nos sols, notre terre en souffre et bientôt ne pourra plus nous nourrir… à quoi servira à ce moment là d’avoir un carburant éthanol si nous mourrons de faim ! Réfléchissons, il y a d’autres solutions: à tous niveaux, soyons plus sobres.

Cd'O
6 mois il y a

Chacun fait son colibri comme disait Pierre Rabbi

Olivier
6 mois il y a

Ces carburants ne sont pas bio du tout. Il ne faut pas oublier que les betteraves utilisées sont enrobées de néo nicotinoides qui pollue tout l’environnement et détruit la faune et la flore notamment par ruissellement des eaux.
De plus pour produire ces blés, maïs…il faut des tracteurs au diesel, des engrais faut avec du gaz et des pesticides produits à base de pétrole….

Autret
6 mois il y a

Il vaut mieux laisser les terres agricoles pour semer du blé, de la moutarde, du sarrasin et autres aliments pour les humains et les animaux. Pourquoi ne pas développer le GPL, résidu pétrolier en trop grande quantité sur la planète et qui se vend trois fois rien ? Je suis ravie depuis 13 ans de rouler au GPL à +- 80 cts le litre, critère vignette 1, et voiture peu chère par rapport à une électrique, et sans toucher aux terres agricoles. Ce n’est pas développé car cela rapporte sans doute peu à l’état et aux constructeurs. Quelle hypocrisie de demander après des économies de bout de chandelle aux français.

MOREAU
6 mois il y a

Article bien fait et objectif.

6 mois il y a

C’est scandaleux que les wallons sont plus taxés que les flamand tout sa ses parce que Alexander de croo est flamand

martine MIGNOTTE
6 mois il y a

article intéressant, objectif qui prouve que l’on est dans une phase de transition qui n’est pas complètement satisfaisante, ni pour les uns ni pour les autres. Cependant, attention à l’utilisation du blé qui, en cette période difficile, devient une céréale indispensable pour nourrir la population mondiale.

Josiane robcis
6 mois il y a

Et la bonne solution elle est où. Je pense qu’il n’y a pas de solution miracle.

JOUAN
6 mois il y a

Très documenté et pas sujet à polémique stérile…
Merci. J’ai appris plein de chose.
Chaude.

Nanouche
6 mois il y a

Bonjour
Merci pour cette présentation claire.
Anne

Chat Sauvage
6 mois il y a

Bonjour.tres intéressant votre exposé sur le biocarburant.cest déjà fait dans le nord .ne peut on pas le propager sur d’autre régions ?…si possible sans OGM …car cela vas après aux animaux et l’être humain…. merci au plaisir.dan.

Coco
6 mois il y a

Merci pour ce compte-rendu qui éclaire ma pensée.

6 mois il y a

Le déplacement individuel qu’il soit à essence ou électrique doit être réduit d’au moins 80% grâce à un réseau de transport en commun. Ce qui implique de moins s’agiter pour produire de la valeur qui nourrit le système boursier, de vivre plus lentement et sobrement.
https://lejustenecessaire.wordpress.com/2022/04/06/le-neoliberalisme-detruit-lecologie-pour-leconomie/
Or les gouvernements ne conçoivent aucun ralentissement de l’économie, il faudra encore quelques canicules, quelques milliers d’hectares brulés, des milliers de morts dans les pays développés et des millions dans les autres… et là, peut-être que les gouvernements géreront la décroissance, si les peuples n’ont pas déjà explosé de colère.

Muche
6 mois il y a

Quand mettrons nous de l’éthique dans nos réflexions ( du local au global) ?
Produire du bio carburant avec nos déchets, pourquoi pas !
Produire des denrées alimentaires pour en faire, NON !
Et les mettre en plus dans les véhicules de pays riches et nos 4*4 alors que 30 % de la population mondiale ne mange pas à sa faim, émigre pour ne pas mourir, … !
A quand le débat : quel être humain a des droits à une vie, la santé, une économie, un travail, de la nourriture, l’accès à l’eau, à l’énergie… s’il consomme bio et qu’allons nous faire des autres ?
Mais ou sont passés nos réflexions humanistes et citoyennes ? ainsi que nos actes !

FAURE
6 mois il y a

Qu’est ce qu’il y a de « bio » dans ce bioéthanol?
les surfaces agricoles sont là pour nourrir les humains et non pour faire rouler nos satanées bagnoles….
recycler nos déchets, oui.

VALLIN
6 mois il y a

2e Erratum de ma part : Uzine de Bazancourt.
Nuit blanche due à la canicule/ Bruits et pollution/ odeurs d’égouts qui remontent dès les hausses de température…
Avec mes excuses/ j’interviendrai qd j’aurai dormit.
Bref, cet article m’a cependant intéressée, ainsi que les diverses interventions de chacun.

VALLIN
6 mois il y a

Erratum : UZINE de Bethancourt

VALLIN
6 mois il y a

Merci de cette précieuse information concernant les carburants urine de Bethancourt.

josse
6 mois il y a

Biocarburant est le mot de l’industrie (utilisation du préfixe « bio » pour abuser les citoyens), , le mot juste c’est agrocarburant.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

81
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x