Facebook
Twitter
Telegram
Email
WhatsApp

Les biocarburants peuvent-ils remplacer le pétrole russe ?

La guerre en Ukraine et les sanctions de l’UE contre la Russie ont des conséquences directes sur les économies européennes.

Au Royaume-Uni, l’inflation officielle atteint les 9%. (1) En France, elle est de 6%. (2)

Et il est possible que la vraie inflation soit encore plus élevée. (3)

L’euro est au plus bas par rapport au dollar depuis 2002, c’est-à-dire au moment de sa création. (4)

Et les économistes commencent à parler de récession. (5)

À l’inverse, la hausse considérable du prix du pétrole avantage les pays producteurs : Russie et États-Unis en tête. (6)

Dans ce contexte particulier, la France et les États européens ont-ils intérêt à développer les biocarburants ?

Augmentation de la consommation et du prix du bioéthanol

En tout cas, lorsque la crise ukrainienne a éclaté, beaucoup de Français ont par le comportement répondu oui à cette question.

Au mois de mai, le bioéthanol se vendait entre 65 et 70 centimes d’euros le litre. Mais début juillet, il a dépassé les 1,20 euros dans certaines stations. (7)

Cela reste bien en dessous des 2 euros et plus qu’il faut dépenser pour de l’essence ou du diesel.

Sans surprise donc, les consommateurs se sont rués sur les pompes de bioéthanol.

Et lorsque leur voiture ne pouvait pas en recevoir, ils ont pris rendez-vous avec leur garagiste pour faire installer un kit de conversion sur leur auto. (7)

Mais l’attente peut être longue. Saturés de demandes, les garages sont obligés d’étaler les rendez-vous sur plusieurs mois !

Qu’est qu’un biocarburant ?

Vous qui roulez peut-être encore à l’essence ou au diesel, vous vous demandez sûrement ce que sont ces biocarburants.

Il s’agit avant tout de deux produits (8,9):

  • l’éthanol qui est un alcool présent dans les boissons alcoolisées et dans les solvants industriels,
  • l’ETBE (éthyl tertio butyl éther) qui est un dérivé de l’éthanol.

Ces alcools sont obtenus par distillation.

En France, on utilise essentiellement du blé (35%), du maïs (30%), de la betterave (23%), des résidus viniques (9%). (9)

Ces plantes contiennent beaucoup de sucre ; ce qui rend leur distillation pour faire de l’alcool plus efficace.

Les biocarburants représentent environ 8% du total des carburants utilisés en France. Ce n’est pas une quantité négligeable. Mais ce n’est pas suffisant pour répondre à l’ensemble des besoins. (9)

Le site de Bazancourt

L’une des plus grandes usines de bioéthanol de France se trouve à Bazancourt dans la Marne. Il est géré par la société Cristal Union. (10,11)

Elle utilise du blé et de la betterave.

Elle consomme 1400 tonnes de blé par jour. Ce blé provient de 4 silos d’une entreprise voisine ou peut également être acheminé par camion.

Le directeur de l’usine explique qu’il faut 30 ou 40 camions par jour pour approvisionner le site en blé. (10)

Le blé est transformé en farine par un moulin. La farine est transformée en un produit fermentescible.

Vient donc ensuite la fermentation puis la distillation qui donne de l’alcool brut de blé.

L’usine est par ailleurs fournie par la sucrerie de Bazancourt située de l’autre côté de la voie ferrée. Elle envoie par tuyau du jus vert de betterave. Il est fermenté et distillé ce qui donne de l’alcool brut de betterave. Cette production se fait du 15 septembre au 15 janvier.

À partir du 15 janvier sont utilisés les déchets pauvres de la sucrerie qui sont transférés par tuyau. Ces produits sont plus lourds que le jus de betterave. Il faut leur rajouter de l’eau.

L’éthanol produit sort par camion ou grâce à des trains de fret et vont dans les dépôts pétroliers de Total, BP et les autres.

Le site tourne avec 170 permanents. La distillerie produit 2,7 millions d’hectolitres de bioéthanol par an.

Une énergie alternative plutôt qu’une énergie verte

Certains observateurs estiment que la production d’éthanol destiné à se mélanger à l’essence n’a rien d’une activité écologique.

Et en effet, il s’agit tout simplement d’une activité agro-industrielle.

Un hectare de betteraves produit 8000 litres de bioéthanol et 3,5 tonnes de pulpes (le résidu) de betteraves utilisées dans l’alimentation animale. (12)

Un hectare de céréales produit 3500 litres de bioéthanol et 3,5 tonnes de drêches ou résidus issus des distilleries et des brasseries qui, lui aussi, sert à nourrir les animaux d’élevage. (12)

Bien organisée, la production de cette énergie est potentiellement plus efficace que l’extraction de pétrole.

Elle présente surtout un intérêt stratégique. Ces carburants issus de l’agriculture permettent d’importer moins de pétrole. C’est aussi une activité industrielle locale qui fournit des emplois et structure l’économie.

Leur appellation de “biocarburants” est toutefois sujette à caution. Oui, la matière première utilisée est organique mais c’est tout de même une activité polluante qui a vocation à nourrir d’autres activités polluantes ! (13)

Des OGM dans le diester !

Sur le papier ou vu de loin, la solution “biocarburants” peut paraître attrayante.

Dans le contexte critique actuel, cet apport en carburant est sans doute utile. Mais si d’ici quelques mois, la nourriture venait à manquer, nous risquons de regretter ce choix !

25% des betteraves cultivées servent à faire du bioéthanol. En 2020, 3,7% des céréales, soit 2,13 millions de tonnes de blé, ont servi à produire de l’éthanol. Ce n’est pas encore considérable mais ce n’est pas rien non plus. (14)

Par ailleurs, ce type de production conduit à importer de nombreuses plantes oléagineuses d’Australie, du Canada ou d’Amérique Latine qui sont souvent OGM.

C’est le cas notamment sur le site de Saipol du groupe Avril à Rouen. Ce site importe du colza OGM ainsi que des huiles usagées pour faire du diester, une huile qui est associée au diesel. (15)

Il a été montré du doigt dans l’émission Sur le front, animée par Hugo Clément. (13,15)

Il est évident qu’il y a une certaine hypocrisie à importer des graines de colza OGM pour en faire de l’éthanol alors que cette importation est interdite au niveau alimentaire.

Cela dit, la plupart du fourrage importé par les élevages en France, que ce soit du soja ou du maïs, est OGM…(16)

Le problème ne se limite pas aux carburants agricoles…

L’enfer des riverains

Si les sites de production sont bénéfiques aux consommateurs qui disposent d’un carburant local et moins cher, ils ont aussi de nombreux défauts pour les riverains.

Le va-et-vient permanent de nombreux camions, notamment durant la saison des betteraves, rend la vie des riverains impossible. (13)

Par ailleurs, les populations s’inquiètent de l’effet de ces sites de production sur leur santé.

À Bazancourt, site plutôt bien pensé, avec le chemin de fer, les silos et la sucrerie à côté, les élus pressés par la population, ont tout de même demandé à ce que soit réalisée une étude d’impact environnemental de l’ensemble du pôle agro-industriel. (17)

Les résultats semblent positifs sur la qualité de l’air. Elle précise qu’il ne semble pas y avoir d’effets notables sur les sols à part une présence augmentée de sulfure d’hydrogène (H2S), une substance que l’on retrouve souvent sur les sites d’extraction de pétrole. (18)

Des choix cornéliens

Les carburants agricoles ne sont pas “bio”. Ils ne sont pas non plus écologiques.

Ce sont des activités industrielles semblables aux autres. Il est possible que ces carburants soient légèrement moins polluants que le pétrole mais les scientifiques ne sont pas vraiment d’accord entre eux sur ce sujet. (13,15,18)

Il est peu probable que ces activités industrielles permettent réellement d’assurer une transition écologique.

Dans l’immédiat, elles ont le mérite d’exister et d’offrir une alternative au pétrole russe.

Ce n’est pas rien.

Comme toujours avec les questions énergétiques, il faut bien choisir à un moment donné.

Construire une société de la sobriété comme le voulait Pierre Rabhi prend du temps.

Et ce n’est pas non plus le souhait de tout le monde !

La seule manière d’avancer sereinement sur ces sujets est d’avoir des études d’impacts et de faire participer les populations, qu’elles puissent choisir ce qu’elles veulent.

Par exemple, dans le département de l’Aisne, où se trouve le site de Bazancourt, les carburants agricoles représentent des emplois, l’accès à une essence moins chère et une fierté pour la région. Cela compte aussi !

Solidairement,

Julien

 

P.S. : vous voulez réagir à cet article ? Cliquez ici pour laisser un commentaire au bas de cet article.

Partagez-nous vos idées et vos textes de pétition en cliquant ici.

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

Vous aussi, prenez part à la mobilisation citoyenne !

Références 

  1. http://www.slate.fr/story/229994/royaume-uni-risque-importantes-greves-ete-inflation-cout-vie-mondialisation-thatcher-1970
  2. https://www.latribune.fr/economie/france/inflation-en-france-la-hausse-des-prix-continue-son-envol-a-5-8-en-juin-923911.html
  3. https://www.youtube.com/watch?t=142&v=2v_EWlMiwwc&feature=youtu.be
  4. https://www.leparisien.fr/economie/leuro-au-plus-bas-depuis-20-ans-face-au-dollar-leconomie-de-lue-inquiete-06-07-2022-KNQUBTN36BH2FMJHXBVWEC35X4.php
  5. https://www.capital.fr/entreprises-marches/analyse-aof-cloture-france-europe-le-risque-de-recession-angoisse-les-marches-1440848
  6. https://www.tradingsat.com/petrole-brent-MP0000000BRN/actualites/petrole-brent-comment-la-hausse-des-prix-du-petrole-sauve-la-russie-d-une-deroute-budgetaire-1015669.html
  7. https://www.capital.fr/auto/prix-du-carburant-le-bioethanol-e85-nechappe-pas-a-la-hausse-1440404
  8. https://www.geo.fr/environnement/ethanol-biocarburant-47331
  9. https://www.ecologie.gouv.fr/biocarburants
  10. https://www.lebetteravier.fr/videos/2021/06/22/les-secrets-de-la-plus-grande-usine-de-bioethanol-en-france/
  11. https://www.cristal-union.fr/
  12. https://www.semencemag.fr/ethanol-varietes-cereales.html
  13. https://www.france.tv/france-5/sur-le-front/3308995-biocarburants-biogaz-le-grand-enfumage.html
  14. https://www.passioncereales.fr/dossier-thematique/la-filiere-bioethanol-en-chiffres
  15. https://www.infogm.org/7400-agrocarburants-colza-transgeniques-ogm-aux-portes-de-rouen
  16. https://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/les-animaux-d-elevage-francais-gaves-de-soja-ogm-importe_1383879.html
  17. https://www.grand-est.ars.sante.fr/sites/default/files/2017-01/Etude_environnementale.pdf
  18. https://fr.blacklinesafety.com/blog/h2s-gas-need-know
  19. https://www.bioethanolcarburant.com/actualite/une-rentree-sous-le-signe-des-biocarburants/
S’abonner
Notification pour

81 Comments
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Annieroelen
4 mois il y a

Il y a aussi le méthane produit par les déchets de tout genres

Clc
4 mois il y a

Bon résumé. Merci

BARRERE
4 mois il y a

Il y a longtemps que le diester existe en France. IL s’agit d’un carburant vert, que notre agriculture est capable de produire. Nos gouvrenants n’ont jamais eu la volonté de développer ce carburant  » non polluant », c’est regrettable, car cela peut encore apporter tout un débouché économique pour l’agriculture française.
Quant aux OGM… laissez-moi rire, comment peut on incriminer un danger sur la recherche génétique des plantes pour améliorer leurs rendements ? Ceci se fait depuis que l’homme cultive des plantes, au départ il avait sélectionné les plantes, ensuite il à fait des croisements sur les lignées ( hybrides), et actuellement les moyens matériels permettent d’aller plus loing sur la génétique. Ceci ne constitue pas le moindre danger pour l’homme. Toutefois, il faut savoir qu’il serait dangereux de croiser la génétique en le végétal et l’animal…Le pire, c’est compatible, mais tant que nous restons sur du végétal avec du végétal, il n’y a pas le moindre danger.
Pour terminer, je profite de ce post pour dénoncer ouvertement l’utilisation du mot « pesticide » à tort et à travers par des écologistes peu instruits sur le sujet. Déjà le mot « pesticide » n’existe pas pour désigner un quelconque produit chimique… Le sens est donné purement par certains pour effrayer l’opignon, car tout moyen destructif est un pesticide. L’écologie extrème diabolisant le monde moderne est un « pesticide » des plus dangereux .
Posez-vous la question future, lorsque la population de la terre aura doublée, pensez-vous qu’une production agricole telle qu’elle est actuellement sera suffisante pour nourrir l’humanité ? En conséquence, nous devrons nous adapter et accepter de nouvelles méthodes de travail pour vivre, nous n’aurons pas d’autre choix.

Je tenais a vous donner ma version sur ce sujet, étant agriculteur maintenant à la retraite, notre génération possède les diplômes d’état pour écrire cette vérité.

Michel Sucur
4 mois il y a
Répondre à  BARRERE

Que dire de la voiture a air de Guy Negre ! Pas un mot ? Silence complet ?
Un autre moyen, le fuel cell,qui ne polue pas nonplus ?
C’est politique evidemment !

josse
4 mois il y a
Répondre à  BARRERE

Vous croyez vraiment que la fabrication d’une plante dans un tube en verre à partir d’un seul grain de pollen (sans cellule femelle donc) se fait depuis l’aube de l’agriculture ?
Si vous le pensez, laissez moi rire à mon tour…
Le mot pesticide (cide=tuer) est bien le mot juste, herbicide, tuer l’herbe, fongicide les champignons, insecticide, les insectes…tout cela issu des gaz de combat de la guerre 14,
mis au point par l’industrie allemande… merci bayer/monsanto…

Chat Sauvage
4 mois il y a
Répondre à  BARRERE

Vous avez en partie raison sur les écolos…mais pas trop sur les pesticides….

Pia
4 mois il y a

Le bioéthanol peut (et devrait) être produit à base de déchets (p.ex. sciure, graisses, déchets municipaux), comme c’est le cas en Finlande (v. St1)

Marie-Thérèse Struyven
4 mois il y a
Répondre à  Pia

Là je serais heureuse d’en savoir plus. Faire d’une pierre deux coups me semble intéressant !
Par contre blé, betteraves, etc……il est grand temps de préserver l’agriculture. Je n’ai pas envie de choisir entre manger et rouler ! Je trouve cela aberrant alors qu’on se plaint si on ne reçoit plus le blé venant d’Ukraine !
Il est grand temps aussi de retrouver les métiers qui disparaissent depuis le libre échange. Des kms de camions et/ou avion déjà rien que pour aller faire décortiquer nos crevettes à moindre coût et……on ose faire des grands discours d’écologie.
Que d’hypocrisie en ce bas monde.
Cela recréerait aussi des emplois.
(Je signale pour les esprits chagrins que j’ai une voiture et aime rouler ! ).

Riquet
4 mois il y a

Moi aussi ! Je viens de faire 2400 kms en 8 jours pour voir ma sœur, une copine et des fêtes municipales ! Quand on roule ou respire on nourrit la végétation !
Ceux qui veulent nous en empêcher brûlent les arbres ou les abattent, alors là arrive l’excès de co2. Les mêmes vont en jet privé et ne voient pas les cargos qui polluent 100 fois plus, je trouve ça un peu bizarre, il faut approfondir le sujet !

JOUAN
4 mois il y a

Oui… le pain d’abord, les courses en bagnoles… non pas ensuite mais jamais.

BOULARD
4 mois il y a

Voici une analyse assez complète sur ces agro-carburants improprement nommés bio-carburants. Pourtant très porté par les idées écologistes de sobriété énergétique et de refus des énergies fossiles, j’apprécie la modération de l’article qui met aussi en avant la notion d’indépendance énergétique de l’union européenne dans le contexte de la guerre en Ukraine, la création d’emplois et l’insuffisance des études scientifiques actuelles concernant notamment l’impact de cette industrie sur l’environnement.

HENRIET Thierry
4 mois il y a

Bazancourt n à jamais été dans l Aisne.
Cela en dit long sur la qualité de cette publication

Ginedi LEBART
4 mois il y a
Répondre à  HENRIET Thierry

Cette erreur ne remet pas en cause le reste du trxtr

Leclerc
4 mois il y a

Bonjour. Pour moi le seul biocarburant c le methane isau de la digestion de dechets organika.vous connaissez? Au 19e aiecle pres de Londre 2000habitants dune ville collectent leur CACA kiva dans des fosses le methane est collecté et alimente les lampadaires de la ville.
Today vous payez pour ke vos CACA soient « traité » et pour les lampadaires ben centrales nucleaires……. cherchez les erreures……
Dardosguyane

Marie-Joëlle Bouyat
4 mois il y a

Merci pour cet article informatif et pour cette réflexion équilibrée. Je pense le partager. Amicalement.

Skrogneu2
4 mois il y a

Bravo pour cet article, qui décrit surtout un effet d’appel lié à la moindre taxation du E95!
Mais il faut aussi rappeler que tout comme l’huile de palme dans le diesel, l’éthanol n’est pas une solution en soi, et peut être considérée comme une hérésie sur le plan écologique. A commencer par la consommation plus élevée de carburant, on a des moteurs moins performants que le diesel! Pour ce qui est de la production agricoles concernée, elles requièrent encore une fois de l’énergie (tracteurs…), mais aussi beaucoup d’engrais et de pesticides, la plupart dérivés du pétrole. Il faut ensuite transporter la récolte (noria de camions à Bazancourt pendant 5 mois de l’année dans un rayon de 50 km…), la préparation de la matière première (moulin, sucrerie), et enfin la fermentation (il faut chauffer tout ça, le filtrer…). Donc encore une fois, grosse consommation énergétique, pollution des sites (ça pue à des kilomètres!), et aussi grosse consommation d’eau.
Les Brésiliens ont fait ce pari il y a plus de trente ans de faire de l’éthanol pour gagner leur indépendance énergétique: pour cela, ils ont rasé la forêt primaire et évincé les petits fermiers. La révolution gronde, beaucoup ont faim…
Pour toutes les productions agricoles, il faut aussi compter avec les mauvaises années, entre sécheresse, gelées tardives et excès d’eau qui empêchent ou limitent les récoltes, et vous aurez aussi compris que la production d’éthanol est aussi soumise aux aléas climatiques, peut voir son cours flamber, et peut-être aussi bientôt se retrouver taxée comme le sera demain la recharge des véhicules électrique au nom d’une écologie punitive et de la Doxa néolibérale Européenne.
Bref, il faudrait aussi savoir si vous voulez manger du pain et sucrer votre café sans vous ruiner, ou rouler au E95!
Bien évidemment, on pourrait aussi convertir une partie de la production de vin en éthanol (c’est déjà le cas), au lieu comme disait Gérard de boire les excédents, mais dans une planète où il faudra choisir entre rouler dans de gros monospaces thermiques ou manger, le choix sera vite fait.

Coudevylle
4 mois il y a

Les marques qui sortent des « voitures bioéthanol » d’usine, renforcent certaines pièces.
Le bioéthanol lubrifie moins. Cela peut créer des problèmes : démarrage quand il fait froid, usure des pièces. Foi de garagiste.

Olivier
4 mois il y a

Article intéressant mais on ne parle que de prix du litre, de production..etc. mais quid du rapport énergie produites/énergie consommée. Parce que votre betterave, elle ne pousse pas toute seule. Il faut produire la graine, la transporter, la semer, l’entretenir ( engrais, traitement), l’arracher, la transporter, la transformer..etc. et tout ça consomme de l’énergie ( du pétrole le plus souvent, pour mettre dans les tracteurs, les camions…). Donc quel est le résultat énergie consommée énergie produite? À mon avis proche de 0, s’il n’est pas négatif….

turoleg
4 mois il y a

Notre pays est plein de contradictions :depuis quand existe l’usine de BAZANCOURT ?

Il y a 30 ans, il n’y avait certainement pas de maisons autour de cette usine , et personne ne protestait . Je pense que les élus ont une responsabilité en délivrant des PC à côté des usines, des circuits automobiles, bref de toute activité polluante . Arrêter l’usine, 170 familles au chômage, plus les emplois induits , plus de taxes à percevoir pour la commune , et nous importerons par bateau de l’éthanol du Brésil ou de L’Argentine ; et ces riverains
connaîtront les pleurs du silence . Réflechissons avant de prendre ce genre de décision . Le dogmatisme ne doit pas l’emporter sur tout ….. L’exemple des incendies des Landes est une triste conséquence de ce genre de décision

René
4 mois il y a

La sucrerie de Bazancourt se trouve dans la Marne et non pas dans l’Aisne !

scamdoc
4 mois il y a

la crise ukrainienne
Il est plus juste de parler d’invasion russe!

les carburants agricoles représentent des emplois
Pour le même argument, il faut continuer à faire la guerre car la France fabrique et vend des armes!

Riquet
4 mois il y a
Répondre à  scamdoc

La Russie distribue des passeports russes à ceux qui en veulent pour sortir du merdier ukrainien. C’est gentil !

4 mois il y a
Répondre à  scamdoc

Excellent ! Il y a toujours une excuse ou un prétexte pour justifier une action nuisible

Sophie
4 mois il y a

On n’en est plus à chercher à remplacer les carburants les plus nocifs par des un peu moins nocifs !!!….On en est a vouloir revivre dans des conditions biologiquement viables pour les humains. .promotionnons les transports en commun et limitons nos déplacements en avion .
Sophie

Blandine
4 mois il y a

Voir cette émission de l’équipe sur le Front. Et ce n’est pas le centième du scandale!
https://www.france.tv/france-5/sur-le-front/3308995-biocarburants-biogaz-le-grand-enfumage.html
Retournements de prairie en zone inondable pour planter du maïs, accaparement des terres et des récoltes à vendre, lobbies puissants et rien en règle, pollutions réccurentes, mais il ne faut rien dire… Epluchures parcourant des centaines des kilomètres… 800 pour certaines, bruit…

Francis
4 mois il y a

L’éthanol de betterave est une bonne solution de carburant automobile alternatif. La consommation humaine de sucre est excessive d’où diabète et obésité, en reporter une bonne partie sur cette industrie est une mesure de salubrité publique. La culture de la betterave dans ce but conserve un intérêt agroécologique: la diversité d’assolement, c’est un excellent précédent pour le blé mais à condition de ne pas labourer et de faire produire sa fumure azotée par une culture intermédiaire de légumineuses et de recycler ses vinasses pour récupérer la potasse.

Someil
4 mois il y a
Répondre à  Francis

Et ce sont les puissants looby bettraviers qui ont réussi à forcer la main des autorités européennes pour prolonger l’utilisation du glyphosate pourtant interdits par les mêmes européens et grâce à quoi une quantité insoupçonnée de faune est en train de disparaître dans l’indifférence quasi générale ( hérissons , insectes pollinisateurs, oiseaux ……)
On peux fort bien remplacer la bettrave par une autre culture ; mais voilà : ça serait moins rentable financièrement parlant !

Francis
4 mois il y a
Répondre à  Someil

N’importe quoi, le glyphosate ne tue pas les animaux. Quant à remplacer la betterave dans une rotation de longue durée, j’attends vos propositions.

Peter
4 mois il y a

On ne peut pas juste comparer le prix du bioethanol avec le prix de l essence pour estimer l ecart de coût entre ces deux types de carburant. Avec un litre de bioethanol, le même véhicule fera beaucoup moins de kilomètres qu avec de l essence.
En effet l essence possède un pouvoir calorifique environ 50% supérieur à celui du bioethanol.
Donc on trompe le consommateur en ne comparant que le prix au litre des deux types de carburants.

Stéphane Jourdain
4 mois il y a

Vous racontez des betises.
Vous melangez tout, preuve que vous n y connaissez rien.

Le colza sert a faire de l huile vegetale, comme le tournesol et d autre oleagineux. Cette huile une fois esterifiee, devient un biodiesel, miscible avec le gasoil. En aucun cas et d aucune manière il ne sert a produire du bioethanol. Le bioethanol, ne fonctionne que sur les voitures a injection essence.

Fiocco
4 mois il y a

Et le moteur à hydrogène c’est pour quand. Cela fonctionne pour les bus donc ??

turoleg
4 mois il y a
Répondre à  Fiocco

Il y a actuellement plusieurs voies de recherche pour les moteurs à hydrogène :

1/ les automobiles : l’opération H24, prototype ayant tourné sur le circuit des 24h du mans

certains constructeurs ont réalisé des prototypes qui fonctionnent (BMW depuis 10 ans au moins) d’autres aussi, mais ne communiquent pas sur le sujet (Audi, Porsche )

2/ Les poids lourds des constructeurs ont aussi des prototypes qui fonctionnent ( Man )

cette voie est très intéressante,car ils sont gros consommateurs de gas-oil .

2 bis / Les tracteurs agricoles un constructeur (John Deere ) a déjà présenté un modèle

fonctionnant à l’hydrogène

« 3/ L’aviation le problème est plus complexe, car il faut résoudre le problème de sécurité

du carburanr vis à vis des passagers , et également la charge utile de l’avion , car l’hydrogène est liquéfié, et doit comme pour les autres véhicules repasser en phase gazeuse pour être utilisable par les futurs moteurs . Aussi, dans un premier temps
les motoristes expérimentent des carburants de synthèse décarbonés

Délais probables de 5 à 10 ans

Fiocco
4 mois il y a
Répondre à  turoleg

Merci pour vos explications.

4 mois il y a
Répondre à  Fiocco

L’avenir de la motorisation des véhicules est l’hydrogène avec la pli pile à combustible et non les batteries actuelles des véhicules électriques

Pourquoi créer une pétition ?

Il est important et nécessaire que les opinions et valeurs des citoyens soient prises en compte en permanence et pas uniquement au moment des échéances électorales.

Une pétition est un moyen d’action efficace, pour que les citoyens reprennent le pouvoir sur les combats qui leur semblent justes.

81
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x